Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 09:28
Venezuela. Une crise d’une importance capitale pour la gauche latino-américaine

Alors que le Venezuela traverse une crise économique, sociale, politique et institutionnelle majeure, dont les résonances seront déterminantes pour l'ensemble de la gauche latino-américaine, nous ne pouvons que constater une manière particulièrement biaisée d'aborder ce dossier dans la presse française, dont la seule grille de lecture semble être de voir quel avantage elle pourrait tirer de la décomposition du système chavo-maduriste contre la France Insoumise et Jean-Luc Mélenchon...

Peu d'articles ont tenté de resituer les véritables enjeux de la crise actuelle et ses racines anciennes. On rappellera ici l'excellent papier de Gaël Brustier dans Slate.fr qui permet déjà de rappeler le contexte général de la situation : " Victime de son économie de rente comme de la faiblesse de sa construction étatique, dépourvu de monopole de la violence légitime, en proie à une crise liée à la baisse des cours du pétrole, théâtre d’une extrême polarisation sociale et politique, le Venezuela s’enfonce dans la violence. Les interprétations de la situation au Venezuela sont souvent marquées par le recyclage de concepts, de termes, de mots hérités de la Guerre Froide."

Je me permets cependant de mettre en ligne ci-dessous un article beaucoup plus complet rédigé par deux universitaires chiliens - Giorgio Boccardo, professeur à l’Université du Chili [master « Les études latino-américaines »] ; Sebastian Caviedes, chercheur à la Fondation Nodo XXI, enseignant à l’Université du Chili - et publié en France sur le site Mémoires des luttes. Il permet selon moi de comprendre plus précisément les racines et la réalité du conflit en cours et de sortir du manichéisme occidental, au-delà de l'évidente dérive autoritaire du Président Nicolas Maduro qui fait face lui-même à une opposition qui n'a de démocratique et d'unifiée que le nom (tout autant putchiste et autoritaire que Maduro lui-même).

Espérons que les forces critiques présentes dans le chavisme et le socialisme bolivarien puissent faire émerger une voie de sortie de crise en se rappelant "qu’il ne suffit pas de « prendre l’Etat » pour avancer dans la transformation de la société capitaliste, même si c’est avec les outils de la démocratie libérale".

Frédéric FARAVEL

 

Venezuela. Une crise d’une importance capitale pour la gauche latino-américaine

Par Giorgio Boccardo, Sebastian Caviedes | 7 août 2017

Il est douloureux d’écrire sur le Venezuela. En partie parce que cela implique rendre compte du drame d’un peuple qui, pour la première fois, commençait à participer à la redistribution de ses ressources. Mais également parce que cela implique d’aborder le déclin d’un processus politique qui a été une référence pour la gauche latino-américaine pendant les dernières décennies.

C’est la raison pour laquelle il est fondamental d’encourager un débat critique et réfléchi sur la crise vénézuélienne. Cela n’implique pas qu’il faille se soumettre à l’opportunisme de la droite, qui, sous une façade démocratique, réduit tout débat à la question de savoir si oui ou non le régime vénézuélien est une dictature, alors que ses intentions vont dans le sens de réinstaller un modèle aussi socialement et politiquement excluant que celui de type néolibéral. Mais il ne serait pas non plus responsable d’éviter le débat comme le fait la majorité des penseurs critiques, qui prônent une sorte de solidarité inconditionnelle avec le processus, au point de se montrer apathiques face à la tragédie que vit le peuple vénézuélien.

Notre intérêt pour un débat sur la grave crise que traverse la société vénézuélienne, sur les réussites et les erreurs du chavisme tient à l’importance de ce qui est en jeu au Venezuela, non seulement pour l’avenir de ce pays et de toute l’Amérique latine, mais également pour la construction de projets radicalement démocratiques, alternatifs à ceux de la société capitaliste.

1. La crise du puntofijismo

Entre 1958 et 1993, l’ordre politique vénézuélien a reposé sur le Pacte de Punto Fijo [1]. Fondamentalement cela signifiait que les deux principaux partis politiques, Accion Democratica (AD) et Comité de Organizacion Politica Electoral Independiente (COPEI), d’orientation respectivement social-démocrate et chrétienne-sociale, se sont mis d’accord sur le fait que, indépendamment de qui gagnerait les élections, ils mettraient en place des gouvernements d’unité nationale sur la base d’un programme minimum et sur la répartition entre eux des institutions étatiques. Cet accord a entraîné une société « méritocrate » formée de groupes d’entreprises, de bureaucraties étatiques et des ouvriers du pétrole, tout cela autour de la distribution de la rente générée par l’« Etat dans l’Etat » que constituait Petroleos de Venezuela SA (PDVSA). Mais cette « méritocratie puntofijista » excluait une proportion considérable de travailleurs ainsi que les paysans et des groupes marginaux.

A la fin des années 1970, il y a eu une longue crise économique et politique. Le déclin de la rente pétrolière a réduit la capacité de l’Etat à répondre aux demandes des forces faisant partie du Pacte. De leur côté, AD et COPEI sont de plus en plus devenus des machines électorales clientélistes et corrompues et se sont éloignés des bases qui les avaient soutenus sur le plan politique [2]. Au cours du deuxième gouvernement de Carlos Andrés Pérez, partisan de l’AD (1989-1993), des politiques radicales d’ajustement structurel ont commencé à être appliquées, ce qui a entraîné, en février et en mars 1989, des protestations populaires massives connues sous le nom de « Caracazo ». La violente répression de ces protestations a provoqué des centaines de morts et des milliers de disparus.

La bureaucratie puntofijista s’opposait à des réformes, car leur application aurait entraîné leur mutation et la réduction des prébendes versées aux clientèles, ce qui aurait déstabilisé le délicat équilibre au sein de l’alliance bourgeoise dominante. Des changements furent effectués, mais ils ne purent stopper la crise économique et politique. En 1993, le puntofijismo a destitué Carlos Andrés Pérez [qui occupa le poste de vice-président de l’Internationale social-démocrate et était très lié à Felipe Gonzalez], accusé de corruption, et c’est ainsi que, pour la première fois depuis 1958, un candidat non issu du Pacte a pu s’imposer lors de l’élection présidentielle.

L’ex-partisan de COPEI, Rafael Caldera [il avait été président entre 1969 et 1974 ; après un échec il est réélu en 1998], a créé un nouveau parti chrétien-social et, en s’alliant avec des organisations de gauche, il a gagné les élections sur un programme anti-néolibéral. Cependant, après avoir évité la pire crise financière de l’histoire du pays [en 1994], Caldera a négocié avec le FMI et a impulsé l’Agenda Venezuela. Celui-ci prévoyait l’application de mesures monétaristes orthodoxes, une réduction drastique des prestations sociales aux travailleurs et le lancement de politiques d’ouverture et d’internationalisation de l’industrie pétrolière. Cet ensemble de mesures a suscité de nouvelles protestations.

Hugo Chavez a été libéré après avoir passé deux ans en prison pour son rôle dans le coup d’Etat manqué de 1992. Une tentative de coup d’Etat qui a fait de lui une référence politique à échelle nationale. Avec le soutien de militaires, d’intellectuels et de militants de gauche, il se lance dans une forte activité politique. C’est dans ce contexte d’une société profondément divisée, dont le système politique était totalement délégitimé et les conditions de vie de la population se dégradaient de plus en plus, que Chavez a fondé en 1997 le Movimiento Quinta Republica (MVR). L’année suivante il s’est imposé aux élections présidentielles en mettant en avant un projet qui exprimait cet énorme malaise social en lui donnant une orientation et un espoir.En résumé, la transformation néolibérale avait entraîné l’effondrement d’un système politique corrompu qui était en place depuis l’accord de Punto Fijo. C’est ce contexte de vide politique qui explique en partie la vertigineuse ascension de Chavez. Après quinze ans de ce gouvernement, le chavisme va inverser plusieurs des réformes néolibérales en appliquant une redistribution radicale de la rente pétrolière. Cela permettra le développement de nouvelles clientèles à un Etat qui soutient un projet national et populaire mais qui ne cesse pas pour autant d’être capitaliste [3].

2. L’ascension et le développement du chavisme (1999-2013)

Le projet initial de Chavez n’est pas très éloigné des orientations du populisme latino-américain : un discours anti-impérialiste, la récupération de la souveraineté nationale, la centralité de l’Etat, un chef de file militaire, des styles de pouvoir politique autoritaires et d’importants programmes de redistribution de la richesse [4]. Lors de son premier mandat, le gouvernement de Chavez a mis la priorité sur la convocation d’une Assemblée constituante pour la création de la Cinquième République. Avec une large majorité chaviste, la nouvelle Constitution réaffirme le caractère capitaliste de l’économie vénézuélienne avec un Etat fort, qui se réserve l’activité pétrolière et les autres industries d’intérêt publique ou stratégique. Sur le plan politique, il incorpore divers mécanismes participatifs en vue d’approfondir la démocratie [avant tout à l’échelle locale] ; ainsi les droits populaires sont significativement élargis sur les plans économique, social et culturel.

Etant donné l’extrême dépendance de toute l’économie – et de l’Etat vénézuélien – par rapport à la rente pétrolière, le chavisme commence par inverser certaines des mesures politiques néolibérales des années 1990 [5]. Cela le conduit à s’affronter directement avec la PDVSA [Petróleos de Venezuela SA, compagnie pétrolière dont le capital appartient pour l’essentiel à l’Etat], qui, depuis des années, donnait priorité à la rentabilité au détriment de l’intérêt national [tout en distribuant de manière socialement sélective une grande partie de la rente pétrolière]. Chavez a restructuré la politique fiscale de la PDVSA, augmenté sa contribution directe à l’Etat et a mis un terme au processus d’ouverture à des capitaux multinationaux initié au cours de la décennie précédente. Le gouvernement chaviste a également récupéré l’initiative au sein de l’OPEP, afin de contrôler les niveaux de production à l’échelle internationale et ainsi stabiliser ou augmenter les prix du baril. En particulier, la politique de « contrôle des prix » convenue avec des pays comme l’Irak [de Saddam Hussein] et la Libye [de Mouammar Khadafi] provoque des confrontations entre Chavez et les Etats-Unis.

Deux lois passées à cette époque par le gouvernement chaviste ont particulièrement suscité l’opposition du patronat : d’abord, celle relative à la terre et au développement agraire et, ensuite, celle concernant les hydrocarbures. La première de ces lois a été une tentative tardive de réforme agraire pour limiter le pouvoir des latifundistes et donner une certaine sécurité agroalimentaire aux paysans [mais sans appui technique, entre autres]. La deuxième permettait de récupérer le contrôle politique et économique sur la PDVSA. Les deux lois ont été cataloguées par le patronat et par l’opposition politique comme étant un attentat contre la propriété privée.

Pendant son deuxième mandat (2001-2007), Chavez a entamé l’affrontement avec une opposition qui était prête à utiliser tous les moyens pour renverser le gouvernement. Cette opposition regroupait des secteurs militaires, des patrons, des partis puntofijistes, la « méritocratie » de la PDVSA et presque tous les médias, sans compter le soutien du gouvernement états-unien. En avril 2002, elle a déclenché un coup d’Etat, mais une mobilisation populaire combative, appuyée par un secteur clé des militaires, oblige finalement les putschistes à restituer la présidence à Chavez. C’est à la fin de cette même année qu’une grève pétrolière patronale a été lancée [6].

Une fois de plus, la résistance populaire était en faveur du chavisme, ce qui a permis de faire reculer le sabotage de l’opposition. Après avoir surmonté ces deux assauts et malgré les dommages qu’ils ont entraînés sur le plan économique et la drastique réduction des revenus fiscaux, Chavez en est sorti renforcé. Il s’est produit un changement dans le rapport des forces qui a permis de désarticuler l’opposition d’un secteur militaire et les bureaucraties pétrolières, mais en échange d’un nouveau pacte avec les groupes populaires dont dépendait la survie du régime. Même s’ils avaient déjà voté pour Chavez, c’est la chaleur du conflit qui les fait sentir que ce gouvernement était « le leur » [7].

Au cours des premières années du chavisme, la crise budgétaire, la priorité constitutionnelle et la déstabilisation provoquée par l’opposition ont empêché une amélioration des conditions de vie des secteurs populaires. Mais étant donné, d’une part, la centralité des secteurs populaires pour la continuité du processus et, d’autre part, l’imminence d’un référendum révocatoire convoqué par l’opposition, l’administration chaviste a mis toute son énergie à développer une nouvelle politique sociale. Au moyen de ce qu’on a appelé les « Missions » [initiatives concernant la santé et l’éducation dans les quartiers paupérisés, s’appuyant fortement sur une aide de Cuba compensée par des livraisons pétrolières et des crédits], elle a appliqué un programme de démocratisation de la rente pétrolière qui a permis d’améliorer de manière significative les revenus, la santé, l’éducation, les communications et l’accès à la culture du peuple vénézuélien [8]. En contraste avec les politiques qui ont prévalu dans une bonne partie de l’Amérique latine, les dépenses sociales ont été concentrées de manière à diminuer les inégalités, devenant une composante fondamentale des dépenses publiques. En résumé, pendant cette période le chavisme a construit un relatif tissu productif et social ainsi qu’une nouvelle institutionnalité.

La légitimité de la nouvelle politique sociale s’est exprimée clairement lors du référendum révocatoire de 2004, où Chavez s’est imposé avec 59% des votes. De même, lors des élections des gouverneurs des départements [structure fédérale] la même année, il n’en a perdu que 2 sur les 23 Etats. L’année suivante, devant la possibilité d’être balayée de l’Assemblée nationale, l’opposition s’est retirée des élections, ce qui a laissé un Parlement constitué exclusivement de partisans du chavisme. Lors des élections présidentielles de 2006, Chavez a triomphé avec presque 63% des suffrages face à Manuel Rosales, candidat de l’AD.

Dès lors, Chavez s’est consolidé en tant que figure internationale, non seulement parce qu’il était un acteur important de la nouvelle stratégie de contrôle des prix de l’OPEP, mais aussi parce qu’il a réussi à freiner la politique états-unienne de subordination latino-américaine au travers de l’ALCA [zone de libre-échange des Amériques]. Il a pu accomplir cela grâce à une alliance avec les gouvernements du Brésil de Lula et de l’Argentine de Nestor Kirchner, en créant l’ALBA en 2004 [un projet que ne se concrétisera qu’à la marge] et au moyen d’autres initiatives d’intégration économique et sociale, sans compter le soutien croissant à des gouvernements tels que ceux de la Bolivie [Evo Morales] et de l’Equateur [Rafael Correa]. C’est ainsi qu’a pu s’établir une résistance politique et culturelle aux prétentions hégémoniques des Etats-Unis sur l’Amérique latine menées par George W. Bush.

Au début 2007, Chavez a annoncé que la « phase de transition » au Venezuela était achevée et que c’était le moment d’avancer dans la construction du « Socialisme du XXIe siècle ». Pour cela il lui fallait des lois de type constitutionnel pour lui accorder des pouvoirs extraordinaires, et donc une réforme constitutionnelle pour déclarer socialiste la République bolivarienne de Venezuela. A cela, il a ajouté la construction du Parti socialiste uni vénézuélien-PSUV [qui était étroitement contrôlé par les sommets du chavisme]. Parmi d’autres propositions spécifiques, Chavez réaffirmait la propriété et le contrôle de l’Etat sur les hydrocarbures, l’élimination des restrictions pour la réélection présidentielle pour plus de deux mandats [afin d’assurer une permanence de son pouvoir] et la réorganisation territoriale politique du pays [réorganisation du dit fédéralisme et de l’indépendance des unités fédérales par rapport au pouvoir central].

C’est précisément pendant cette période qu’il y a eu un infléchissement dans le processus économique et politique, qui allait avoir des conséquences très importantes pour le Venezuela. D’abord, au lieu de s’orienter vers une diversification productive afin de rendre le pays moins dépendant de la rente pétrolière et des cycles économiques internationaux, il s’est employé à renforcer la distribution de la rente [avec des dimensions clientélaires renforcées] et la formation d’un patronat chaviste de caractère commercial et financier [la dite "bolibourgeoisie"]. C’est ainsi que la « malédiction des ressources naturelles » a fini par enterrer sur le long terme les efforts de démocratisation sociale qui avaient été atteints. Ensuite, Chavez a fini par réduire son projet de socialisme à un étatisme et à un verticalisme [pouvoir concentré autour de Chavez et d’un secteur militaire]. En effet, au lieu de radicaliser la démocratie politique, il est resté prisonnier de l’autoritarisme militaire et – malgré sa rhétorique – de l’héritage du populisme et des dits socialismes réels. Enfin, au lieu d’accorder davantage de pouvoir politique aux classes populaires, il finit par le diminuer en faveur d’un clientélisme étatique plus important et d’un contrôle bureaucratique du processus.

Donc, au-delà des difficultés liées à l’affrontement face aux Etats-Unis et face aux forces réactionnaires de l’opposition ainsi que des limitations du sous-développement latino-américain, c’est justement au moment de l’apogée du chavisme que celui-ci perd une possibilité historique de radicaliser le processus social et politique en cours. Nicolas Maduro [fonction présidentielle prise le 8 mars 2013, puis élection gagnée le 14 avril 2013 ; Chavez décède le 5 mars 2013] a hérité de conditions sociales et politiques qui vont éclater suite à la baisse des prix du pétrole, mais ces conditions ont été créées bien avant son ascension à la présidence.

3. Le Venezuela après Chavez

Avec la mort de Chavez en 2013, et en l’absence d’autre leader de la même carrure dans le PSUV, le « choix » porta sur Maduro, d’une part, étant donné sa position de position de vice-président depuis octobre 2012 et, d’autre part, à cause de ses liens politiques à l’échelle nationale et internationale. Cela pour prendre la tête d’un amalgame complexe de tendances et de mouvements qui convergent dans l’alliance chaviste. Mais son ascension au pouvoir a coïncidé avec la diminution de la rente pétrolière. Celle-ci représentait près de 95% des revenus d’exportations, 60% de ses rentrées budgétaires et 12% de son PIB. En suivant cette pente, en 2015, les revenus issus de l’exportation de pétrole brut étaient tombés de 40%, et en 2016 la dette extérieure augmentait de plus de 350% par rapport à 1998 [9].

L’effet dévastateur de cette contraction économique fait que le gouvernement peut très difficilement maintenir les programmes de redistribution sociale et par conséquent aussi le consensus au sein de l’alliance dominante. A cela s’ajoute le renforcement des traits autoritaires du régime politique, aussi bien ceux hérités du processus bolivarien dans son ensemble que ceux liés à l’incapacité politique du nouveau président. Il faut surtout souligner la destruction du tissu social que l’hégémonie chaviste avait stabilisé. En effet, la crise économique et politique a aggravé la faille d’origine du chavisme, qui consistait en une mauvaise compréhension de l’organisation sociale de base sur laquelle s’est fondé ce mouvement considéré comme étant autogéré et autonome, alors qu’en réalité ce mouvement était plutôt le produit de politiques publiques menées par l’Etat vénézuélien [10].

Au sein du PSUV et du mouvement chaviste, cette faille s’est exprimée dans une culture politique qui, depuis l’époque de Chavez, a peu à peu supprimé le débat critique au sein des rangs du parti, ce qui avait été en partie un trait lors de sa fondation [11]. Par ailleurs, une des tendances de ces dernières années est l’augmentation de la militarisation de l’Etat et du gouvernement. Il est possible que cela soit dû au fait que Maduro, n’ayant pas de lien organique avec les Forces armées, a incorporé davantage de ses membres à des postes de pouvoir pour s’assurer leur loyauté. C’est ainsi qu’aujourd’hui un tiers des ministres (12 sur 31) et des gouverneurs (13 sur 20) sont des militaires, et beaucoup d’autres se trouvent dans des positions clés de l’économie, où, le manque de contrôles démocratiques crée des conditions favorisant la prolifération de la corruption, surtout dans les domaines comme la répartition des devises, le contrôle des ports [importations de biens de consommation, pour l’essentiel devant être achetés sur les marchés internationaux] ou la distribution d’aliments [12].

Outre la corruption, vieux problème vénézuélien qui est antérieur à l’expérience chaviste, la crise met en évidence les effets négatifs liés au régime rentier pétrolier (extractiviste) qui régit l’économie. Par exemple, dans le secteur énergétique, le manque d’investissements a provoqué des coupes et des restrictions dans la fourniture d’électricité et a fait sombrer le pays dans une pénurie de gaz naturel et de ses dérivés, alors même que celui-ci possède une des plus importantes réserves reconnues de gaz conventionnel à l’échelle mondiale. Pire, le gouvernement s’est déclaré intéressé à utiliser les techniques de perforation horizontale et de fracking, qui se sont avérées dommageables pour l’environnement et pour la santé, cela dans le but de commercer l’exploitation de gaz dans le bassin du lac Maracaibo [13]. Ce sont ces techniques qui, paradoxalement, ont permis aux Etats-Unis d’obtenir une relative autonomie énergétique, entraînant un déséquilibre dans le marché mondial du pétrole, ce qui a contribué à faire chuter les prix globaux et a nui au Venezuela [14].

En outre, la crise approfondit la pénétration du capital transnational, comme le montre la création de la Nouvelle zone de développement stratégique nationale « Arco minero del Orinoco », qui ouvrira presque 112.000 kilomètres carrés à la grande industrie minière locale et étrangère sous la supervision des Forces armées [15].

Consciente de la faiblesse de Maduro, la même opposition qui avait affronté Chavez s’est renforcée et a repris vigueur suite à la légitimité perdue sous l’effet du coup d’Etat de 2002. Rassemblée au sein de la Mesa de Unidad Democratica (MUD), elle réunit des groupes qui vont de la gauche modérée à l’extrême droite putschiste, chacun ayant son programme propre. A cause de leur poids majoritaire dans l’Assemblée nationale [élue en décembre 2015], les organisations qui dirigent la MUD sont Primero Justicia (PJ) et Voluntad Popular (VP) [16] aux côtés de l’ancien parti AD (Alliance démocratique). Parmi les membres de PJ se trouvent l’ex-candidat présidentiel Henrique Capriles et Julio Borges, l’actuel président du Parlement, archétypes de la génération politique qui, avec la montée du chavisme, n’ont pas pu effectuer leur passage logique à la politique puntofijista après avoir été éduqués à l’étranger et avoir appartenu au COPEI. VP, dirigée par Leopoldo Lopez, appelle à la mobilisation de rue, avec un degré élevé de violence, en refusant d’accepter la légitimité du gouvernement et faisant campagne pour une intervention étrangère contre le Venezuela de Maduro [17].

Bien qu’elle ait existé, l’orientation de l’opposition prônant le dialogue n’a duré que jusqu’à la publication des résultats de l’élection présidentielle de 2013. En effet, depuis l’intenable accusation de fraude électorale de la part de Capriles [18], appel qui a entraîné 11 morts, la radicalisation de l’opposition a donné lieu à des faits brutaux comme ceux qui se sont passés lors des manifestations d’étudiants de février 2014, lorsque Lopez et son parti, aux côtés de la parlementaire Maria Corina Machado et du maire de Caracas, Antonio Ledezma, ont soutenu une mobilisaton qui a fait 47 morts et durant laquelle on a vu l’installation de fils de fer tendus dans les rues pour décapiter les motocyclistes pro-gouvernementaux. L’appel à faire tomber le gouvernement a fait que Lopez et Ledezma ont été condamnés à des peines de prison. Cependant, une offensive internationale dirigée par l’ex président espagnol José Maria Aznar et d’autres ex-mandataires ibéro-américains, avec le soutien du secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro [d’origine uruguayenne], les a transformés – malgré leurs antécédents putschistes – en « martyrs » de la défense de la démocratie et des droits humains.

Le grand problème de l’opposition est le manque d’un projet commun et alternatif au chavisme. Cela est apparu clairement suite à la « super majorité » parlementaire qu’elle a obtenue en décembre 2015 [19]. Sa politique ne s’est centrée que sur le démantèlement de tout ce qui avait été fait précédemment et sur la stratégie la plus adéquate pour renverser Maduro, en négligeant la recherche de mesures concrètes pour affronter la criminalité et l’insécurité [ces phénomènes sont très marqués, depuis longtemps, entre autres dans la périphérie de la capitale Caracas ; le « Gran Caracas » compte quelque 4,5 millions d’habitants] ou pour soulager la crise économique. Les rares propositions programmatiques à son actif vont dans le sens d’une croissance de la rente pétrolière, la libéralisation économique et « l’aide » que pourrait offrir le FMI [face à la dette publique], ce qui est peu attractif pour la société vénézuélienne, car beaucoup de fractions populaires pensent que si l’opposition arrivait au pouvoir, ces mesures leur feraient perdre encore davantage que ce qu’elles ont déjà perdu [20]. Ces propositions vont enfin dans le sens d’une ré-articulation du pacte élitaire qui a dominé toute l’histoire vénézuélienne. En s’insurgeant contre le régime qui les exclut de la politique distributive étatique ou qui limite sa participation à la distribution de la rente pétrolière, cette opposition cherche à déstabiliser cet Etat par la force.

Mais dernièrement, la crise humanitaire provoquée par la détérioration socio-économique grave du pays a permis à l’opposition d’instrumentaliser en sa faveur la mobilisation populaire de l’ouest de Caracas, bastion du chavisme, ouvrant ainsi une brèche dans l’indiscutable enracinement populaire bolivarien. L’opposition appelle à créer un couloir humanitaire [terme utilisé par analogie avec les couloirs humanitaires demandés par des ONG pour des villes assiégées] afin de résoudre le manque de produits et de médicaments. Mais elle se mobilise surtout sur des revendications politiques telles que la libération des prisonniers politiques ou le référendum révocatoire contre Maduro. En même temps le peuple, qui se réfère en majorité au chavisme d’origine, se mobilise contre les autorités poussé par la faim, par la pénurie de médicaments et de produits de base ainsi que suite à l’explosion de la violence et de l’insécurité généralisées [liée à la paupérisation et à la crise des institutions et du régime] [21].

Le système de contrôle des devises et des prix imposé en 2002-2003 pour faire face au sabotage économique de l’opposition est devenu dysfonctionnel lorsqu’il a permis la spéculation par les secteurs qui contrôlent les devises. Le manque chronique de dollars a sapé toute capacité économique, surtout dans le secteur de l’importation. Par conséquent ce sont les groupes populaires qui dépendent des produits importés par le gouvernement et qu’il vend à des prix contrôlés qui sont les plus touchés [car ces produits sont rares]. Cette situation a entraîné une croissance du marché noir. Le manque d’une stratégie d’approvisionnement et de distribution – une autre tare du développement bolivarien – y a également contribué [22]. Outre ces graves problèmes de pénurie, les dernières données économiques diffusées par l’Institut national de statistique (INE) vénézuélien et par la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPAL) indiquent pour décembre 2015 une inflation générale de 180,9% et une inflation du prix des aliments de 218% [23]. Dans ce contexte, la dénutrition augmente, pour la première fois à cause de la faim et non pas des maladies, la population a perdu en moyenne 8 kg par personne, alors qu’augmentent ceux qui indiquent qu’ils ne mangent que deux fois par jour, ou moins [24].

Après avoir scellé définitivement son accord avec les secteurs populaires au début des années 2000, les politiques sociales chavistes ont entraîné une diminution pratiquement ininterrompue de la pauvreté et de l’indigence. Celles-ci atteignaient leur niveau le plus bas en 2012, lorsque la pauvreté était estimée à 25,4% de la population et l’indigence à 7,1% [25]. Mais, entre 2014 et 2016, le pourcentage de foyers pauvres monte en flèche, passant de 48,4% à 81,8% ; 51,5% des foyers se trouvant dans une situation de pauvreté extrême [26]. Cela démontre l’importance qu’a eue la redistribution sociale de la rente pétrolière, tout en étant en même temps le talon d’Achille du système.

La crise politique s’est accentuée depuis avril 2017, alors que les traits autoritaires se sont exacerbés avec Maduro, au point de contourner la Constitution de 1999, cela avec l’assentiment du Conseil national électoral (CNE) et, initialement, du Tribunal suprême de justice (TSJ) [27].

Il faut ajouter à cela l’augmentation de la radicalité des affrontements entre les forces de choc de l’opposition et celles du gouvernement. Ce qui est le plus marquant du point de vue politique est à quel point cette situation approfondit la division au sein du chavisme. Au début du mandat de Maduro la tension se manifestait entre, d’une part, une faction civile chargée d’importants ministères tels que celui de l’Agriculture et des Terres et celui de l’Energie et du Pétrole et, d’autre part, une faction militaire, composée d’éléments actifs et retraités, dont plusieurs compagnons de Chavez depuis l’émeute de 1992, et qui dirigeaient des secteurs nationaux stratégiques. Ces derniers contrôlaient l’Assemblée nationale et le PSUV en la personne de Diosdado Cabello [28]. Mais aujourd’hui cette division, faussant la polarité initiale, s’élargit vers de nouvelles franges civiles et militaires.

En ce qui concerne les militaires, le « commando F4 » gagne en importance. Ce groupe, dirigé par d’ex-compagnons d’armes de Chavez, reproche à Maduro son éloignement de tout projet révolutionnaire, socialiste ou bolivarien, tout en soulignant la précarité économique qui affecte la troupe professionnelle et les familles des militaires [29]. De son côté, la dissidence de gauche du chavisme – dont le noyau est Marea Socialista, un collectif de politiciens et d’intellectuels chavistes critiques dont l’existence précède la crise actuelle – gagne de nouveaux appuis, y compris des ex-ministres de Chavez et de Maduro, des dirigeants politiques, sociaux et universitaires qui critiquent la « rupture des lignes de force constitutionnelles » et l’état de polarisation et de violence qui affectent le pays [30].

Les deux groupes misent sur l’ouverture d’un dialogue politique et social pour permettre un consensus national. Mais pour l’opposition de gauche, il s’agit d’alerter sur le fait que le tournant anti-démocratique pris par Maduro, qui vient s’ajouter à celui de l’opposition et qui a mis à mal le fragile régime institutionnel vénézuélien, pourrait ouvrir la porte à l’intervention étrangère. Mais cette alternative de gauche est quoi qu’il en soit peu développée et, en réalité, elle n’a pas la capacité suffisante pour diriger le processus de transition. L’orientation qu’adopte ce processus continue plutôt à être entre les mains des militaires, dont le soutien à Maduro explique en bonne partie son maintien au pouvoir.

Ce qui est en jeu après la mort de Chavez est plus que le processus de démocratisation du Venezuela, une question qui pourrait concerner la majorité des pays latino-américains. En jeu est la possibilité que se développe en Amérique latine un capitalisme national et populaire dans le cadre d’une économie internationale de tendance néolibérale. Cependant, aujourd’hui la position immédiate que devraient défendre les forces de gauche dans la région est de veiller à l’autonomie populaire dans la résolution de cette crise, en évitant toute dérive vers un nouveau pacte élitaire, qui pourrait y compris être décidé depuis l’extérieur des frontières vénézuéliennes.

4. Critique et internationalisme face à la crise vénézuélienne

Le processus vénézuélien reste très ouvert. En grande partie parce qu’il n’y a pas eu [pour l’instant] de brèche importante au sein des Forces armées. Néanmoins les conditions de vie dramatiques que connaît quotidiennement le peuple pourraient accélérer le cours des événements. Suivant quelles fractions du chavisme et/ou de l’opposition finiront pas s’imposer (ou par conclure un accord), le cours historique de Venezuela pourrait prendre une orientation imprévisible. Mais plutôt que de chercher à prédire ce que l’avenir réserve au Venezuela, nous tenons à réaffirmer quelques réflexions sur la crise du chavisme et – qu’on le veuille ou non – ce qu’héritent de cette expérience les efforts de ceux qui visent à une transformation anti-néolibérale et cherchent la faire émerger sous différentes latitudes de la planète.

D’abord, quelle que soit l’attractivité des bénéfices que procure l’exploitation des ressources naturelles pour étendre la « démocratie sociale », y compris lorsque ces bénéfices sont monopolisés par l’Etat, ce moyen impose des limites aux projets politiques de transformation. En effet, ils génèrent une extrême dépendance par rapport aux cycles économiques internationaux [prix des commodities], ils produisent des crises socio-environnementales dans les territoires exploités et entraînent en général une dépression d’autres secteurs productifs (le dit « syndrome hollandais » qui résulte d’une surexploitation des ressources naturelles et conjointement produit le déclin de l’industrie manufacturière). Il est évident que de telles critiques doivent être compatibles avec les revendications légitimes de redistribution des secteurs populaires, qui sont justement ceux qui alimentent ces expériences.

Deuxièmement, il a été démontré une fois de plus qu’il ne suffit pas de « prendre l’Etat » pour avancer dans la transformation de la société capitaliste, même si c’est avec les outils de la démocratie libérale. La tragédie que vit le Venezuela nous renvoie de nouveau aux limites historiques des gauches au pouvoir au cours du XXe siècle qui, de manière répétée, ont réduit le problème du socialisme à l’étatisme, alors qu’il s’agit au contraire de socialiser de manière permanente le pouvoir et de démocratiser de manière croissante la vie sociale.

Troisièmement il faut noter que la crise au Venezuela aura un impact énorme pour la gauche latino-américaine. Une défaite entraînerait la délégitimation de certaines bonnes idées que le chavisme a tenté de développer, et permettrait une prédominance accrue de l’influence états-unienne dans la région, cette fois par le biais de la Colombie, où les Etats-Unis disposent de bases militaires importantes. D’autant que le Brésil est également traversé par une crise politique aiguë.

Nous ne savons pas comment va se terminer cette crise vénézuélienne. Mais quelle qu’en soit l’issue nous devrons porter la lourde charge de son héritage. Nous devrons l’expliquer, apprendre de ses réussites et de ses erreurs. Mais la gauche ne pourra en tout cas pas l’ignorer, même si cela entraîne des coûts politiques (ou électoraux) importants. Au minimum nous devons sortir de ce silence intéressé, défendre le fait que notre critique à l’égard du Venezuela est destinée à radicaliser ses réussites et à ne pas les inverser, apprendre de ses erreurs, mais aussi contrer les termes qu’essaient de nous imposer la réaction et le progressisme néolibéral dont les orientations ont été les principales responsables des conditions de vie très pauvres que connaissent les peuples latino-américains, jour après jour.

Dans l’immédiat, la solidarité de la gauche latino-américaine avec le peuple vénézuélien doit s’appuyer sur son engagement critique en faveur d’une solution anti-néolibérale et démocratique de la crise, poussant pour que les forces qui représentent cette orientation s’imposent. Avec la même détermination il faudra affronter le caractère putschiste, élitaire et néolibéral que représentent les actuels agissements de l’opposition. En fin de compte, la constitution d’une gauche radicale passe aussi par le fait de récupérer l’internationalisme critique et solidaire qui a caractérisé la tradition révolutionnaire de notre Amérique latine.

(Article publié le 29 juin 2017, traduction A l’Encontre)

Giorgio Boccardo enseigne à l’Université du Chili dans le master « Les études latino-américaines ». Sebastian Caviedes est chercheur à la Fondation Nodo XXI, enseignant à l’Université du Chili

Source : A l’encontre, Giorgio Boccardo, Sebastian Caviedes, 07-07-2017

NOTES

[1] Le Pacte de Puntofiho a été conclu en 1958 entre les trois grands partis vénézuéliens. Comme expliqué dans l’article, il va se prolonger jusqu’aux années 1980. Voir Becerra, M. (2001). El colapso del sistema de partidos en Venezuela : explicación de una muerte anunciada. En Maingón, T., Carrasquero, J., y Welsch, F. (Eds.). Venezuela en transición : elecciones y democracia, 1998-2000. Caracas : RedPol, pp. 36-51.

[2] Lander, E. (2007). Venezuela : logros y tensiones en los primeros ocho años del proceso de cambio. Gobiernos de izquierda en América Latina. Un balance político. Bogotá : Aurora, pp. 39-76.

[3] Ruíz, C., y Boccardo, G. (2015). ¿América Latina ante una nueva encrucijada ? Anuario del conflicto social.

[4] Chávez, H. (1996). Agenda Alternativa Bolivariana : Una propuesta patriótica para salir del laberinto. Caracas. Recuperado de : http://minci.gob.ve/2014/03/libro-rojo/

[5] Boué, J. C. (2002). Internacionalización de PDVSA : ¿Triunfo estratégico o desastre fiscal ? Revista Venezolana de Economía y Ciencias Sociales, 8(2), pp. 237-282.

[6] Maya, M. L. (2003). Venezuela en la encrucijada. Revista OSAL, (9), pp. 55-60.

[7] Lander, E. (2007). Op. cit.

[8] Maya, M. L. (2008). Venezuela : Hugo Chávez y el bolivarianismo. Revista Venezolana de Economía y Ciencias Sociales, 14(3), pp. 55-82.

[9] Cepal. (2016). Anuario Estadístico de América Latina y el Caribe. Santiago : ONU. Mientras en 2013 el precio promedio del crudo era de US$100, en febrero de 2016 cae a su punto más bajo al costar US$24,25.

[10] Lander, E. (2016, 12 de julio). « La implosión de la Venezuela rentista ». Aporrea.org.

[11] Buxton, J. (2016, julio-agosto). « Venezuela después de Chávez. Entrevista ». New Left Review (99), pp. 7-29.

[12] Lander, E. (2016). Op. cit.

[13] J. (2014, 19 de junio). « El peligroso fracking en Venezuela ». Aporrea.org.

[14] Telesur. (2015, 22 de octubre). « El fracking desequilibró el mercado petrolero mundial ». Telesurtv.net

[15] AVN. (2016, 27 de febrero). « Plan del Arco del Orinoco contempla industrializar potencial minero nacional ».

[16] Son las que vehiculizan más recursos económicos, especialmente del financiamiento que Estados Unidos le viene otorgando a la oposición desde 2002, a través de agencias como Usaid y la NED. Núñez, E. (2014, 5 de abril). « Usaid : ¿agencia de desarrollo o de operaciones encubiertas ? » BBC Mundo.

[17] Lewit, A. y Brito, G. (2016). « Radiografía de la MUD : análisis sobre la oposición venezolana ». Celag.org

[18] Se apuntó a la avería de 535 máquinas del sistema electrónico de votación nacional. No obstante, aun cuando sea cierta esta situación, se trata de una cantidad de votos marginal respecto al total de sufragios. Ver Rosnick, D. y Weisbrot, M. (2013, mayo). A statistical note on the April 14 Venezuelan Presidential Election and audit of results. Center for Economic and Policy Research (CEPR).

[19] Su desproporción visibilizó el fracaso del PSUV al abordar los problemas del marco electoral. El frente opositor obtuvo el 56% de los votos, mientras que el PSUV y su Gran Polo Patriótico el 41%. Sin embargo, habiendo 164 escaños en juego, 113 fueron adjudicados de acuerdo con un sistema mayoritario y los restantes 51 en razón de un sistema de lista. La súper mayoría de la MUD dependía del apoyo de tres miembros que procedían de comunidades indígenas. Pero esta se acabó cuando se descubrió que ellos estaban implicados en un fraude electoral, junto a un miembro del PSUV, siendo los cuatro inhabilitados. Ver Buxton, Op. cit.

[20] Pardo, D. (2017, 5 de mayo). « ‘Si esta es una dictadura, es la más feliz del mundo’ : ¿qué piensan y cómo ven los chavistas convencidos la crisis de Venezuela ? » BBC Mundo.

[21] Pardo, D., Op. cit. La confusión y la propaganda están a la orden del día en este punto. Recordada es la visible naturaleza de clase con que se inician las protestas contra Maduro, a poco de la muerte de Chávez, concentradas en las zonas más acomodadas de Caracas, donde personas exhibían sus camionetas último modelo y sus ropas de US$300. Weisbrot, M. (2014, 20 de marzo). « The truth about Venezuela : a revolt of the well-off, not a ‘terror campaign’ ». The Guardian.

[22] Buxton, J. Op. cit.

[23] Estos datos, ciertamente, son subestimaciones que hoy, además, se han acrecentado. Ver Cepal. (2016). Panorama social de América Latina y el Caribe, 2015. Santiago : ONU.

[24] Esto, según el acceso a una “canasta normativa de alimentos”. Ver UCV-UCB-USB. (2017, febrero). Encuesta de Condiciones de Vida en Venezuela (Encovi), 2016. Caracas : Fundación Bengoa.

[25] Cepal. (2016). Op. cit.

[26] UCV-UCB-USB. Op. cit.

[27] Este giro se expresa, sucesivamente, en : desconocer a la Asamblea Nacional de mayoría opositora (sobrepasada reiteradamente por las decisiones del TSJ) ; bloquear y postergar el referéndum revocatorio para el que la oposición había cumplido con todos los requisitos constitucionales ; postergar la realización de las elecciones a gobernador de 2016 ; y convocar a una Asamblea Constituyente, saltándose el requisito previo del plebiscito, pasando a llevar una disposición que el propio Chávez respeto en su momento.

[28] BBC Mundo. (2012, 11 de dciembre). « Un mapa del chavismo : socialistas y militares. » BBC Mundo.

[29] Santacecilia, M. (2016, 30 de mayo). « ¿Quiénes son las ovejas negras del chavismo ? » Deutsche Welle.

[30] Aporrea. (2017, 25 de mayo). « Sectores fuera de la polarización hacen llamado a detener escalada de violencia ». Aporrea.org.

Repost 0
Published by Frédéric FARAVEL - dans Amérique(s) International gauche
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 17:09
PS : les ambiguïtés, ça suffit !

A la suite de l’élection d’Emmanuel Macron, les socialistes ont, dans leur grande majorité, souhaité que leur parti adopte une stratégie autonome adossée à une certaine cohérence programmatique.

Or voilà que depuis quelques jours plusieurs de ses responsables, anciens ministres et candidats, s'autoproclament membres d'une hypothétique "majorité présidentielle" sous prétexte qu'il faudrait être "utiles à la France". Notre conviction, c'est que nous serons utiles au pays en restant de gauche et en assumant ce que nous sommes.

Car l'ambiguïté, et la confusion qui lui est consécutive, est proprement intenable. Elle n'est pas seulement inopérante pour conjurer la défaite, elle est aussi mortifère pour l’avenir non seulement du PS mais aussi de la Gauche.

A l'heure où la politique est décriée (et souvent injustement), où notre pays traverse une grave crise de défiance, nos concitoyens qui aspirent au changement sont en droit d’attendre de leurs dirigeants de la sincérité, du courage, de la constance dans les convictions.

Qui peut imaginer que les Français soient dupes et ne jugent pas avec dureté ce qui s'apparente à un « sauve qui peut » opportuniste ?

Car sur le fond, le projet, certes flou, du nouveau président, laisse peu de doute quant à ses orientations clairement libérales. Même les plus légitimistes d'entre nous, qui n’ont eu de cesse de vanter le bilan de François Hollande, peuvent constater que si le chef de l'Etat que souhaite prolonger les mesures les plus contestées qu’il avait d'ailleurs inspirées, il prétend surtout abandonner les dispositions les plus populaires, et les plus conformes à nos engagements de 2012, comme la généralisation du tiers payant, l’encadrement des loyers, la prise en compte de la pénibilité dans le calcul de la retraite. Est-ce vraiment ce que nous voulons ?

Nous cherchons vainement les engagements qui s'inscrivent dans un projet de gauche de gouvernement. Le programme présidentiel n'est pas « et de gauche, et de droite », mais bel et bien « et de droite, et de droite », comme en témoigne la nomination d'un premier ministre issu des rangs de LR.

Une réalité politique s’est toujours imposée : en général les électeurs préfèrent l’original à la copie ! C’est encore plus vrai sous la cinquième république. Ceux qui veulent soutenir le Président en lui donnant une majorité, préféreront les candidats qu’il aura adoubés.

Avant qu'il ne soit trop tard, nous sonnons l'alarme. Le Parti Socialiste ne peut plus laisser subsister une ambiguïté qui le conduira à la défaite, voire à la marginalité politique. Le PS n'a pas vocation à être le bagage accompagné d'En Marche !

Si tel n'était pas le cas, nous prendrions nos responsabilités pour faire vivre le message socialiste et travailler à l'indispensable rassemblement de la gauche. Les défis sont immenses : reconquête de l'électorat ouvrier, prise en compte des territoires oubliés, révolution écologique, refondation du modèle républicain, réorientation de la construction européenne, redistribution des richesses, des pouvoirs, des savoirs. Pourvu qu'ils le veuillent, les socialistes peuvent prendre toute leur part à cette ambitieuse rénovation.

Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice de Paris et membre du Bureau National

Emmanuel Maurel, Député Européen et membre du Bureau National

Jérôme Guedj, Conseiller Général de l'Essonne et membre du Bureau Nationa

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 09:50

Nous, militants socialistes d'Argenteuil et de Bezons, avons pris acte du soutien public de Philippe DOUCET, député sortant de la 5e circonscription, à Emmanuel Macron dès le premier tour de l'élection présidentielle.

Philippe Doucet dans les médias et sur le terrain a multiplié, comme Manuel Valls dont il était le porte parole, les actes effectifs de campagne contre Benoît Hamon le candidat investi par le Parti Socialiste et les écologistes pour l'élection présidentielle.

Philippe Doucet, malgré son communiqué de presse du 10 mai indiquant qu'il n'aurait jamais demandé l'investiture du parti d'Emmanuel Macron, a expliqué le soir même aux militants socialistes qu'il avait très sérieusement envisagé d'être le candidat d'En Marche ! Il n'a par ailleurs pas été capable de répondre aux questions qui lui étaient posées pour savoir dans quel groupe parlementaire il choisirait de siéger, si jamais il était réélu.

Nous pensions que Philippe Doucet aurait la décence de respecter les règles communes du Parti auquel nous appartenons qui impliquent logiquement que nous soutenions le candidat qu'il s'est donné. En trahissant nos règles collectives, il a trahi les militants socialistes d'Argenteuil et Bezons, trahi également les milliers d'électeurs de la circonscription qui ont participé aux deux tours de la primaire de gauche les 22 & 29 janvier 2017, qui pouvaient légitimement attendre des candidats et de leurs portes-parole qu'ils respectent la parole donnée.

Philippe Doucet ne peut donc plus prétendre être un candidat socialiste pour l'élection législative de juin 2017 ; les instances nationales du PS et sa fédération départementale ont été saisis de son cas : elles auraient dû dans les plus brefs délais lui retirer son investiture ; elles peuvent encore le faire. Par son attitude et sa décision personnelle, il a fragilisé les chances pour la gauche de conserver le siège de député de la 5ème circonscription du Val-d'Oise.

Pour notre part, nous en appelons donc aux militants socialistes, communistes, écologistes, aux « insoumis », aux sympathisants de gauche d'Argenteuil et de Bezons pour qu'ils se retrouvent sur une candidature de rassemblement à gauche, porteuse d'espoir pour nos concitoyens.

Nous considérons que dans les circonstances présentes et dans les délais trop courts d'ici le dépôt des candidatures officielles, seul Dominique LESPARRE, Maire reconnu et apprécié de Bezons, a les qualités nécessaires et suffisantes pour incarner cette candidature ; nous lui apportons donc notre soutien.

À nous tous désormais de construire l'alternative et de créer la dynamique.

Signataires :

  • Frédéric Faravel, membre du conseil national du PS et du bureau fédéral du PS 95 (Bezons)
  • Xavier Morin, membre du conseil fédéral du PS 95, directeur de campagne départemental de Benoît Hamon (Argenteuil)
  • Christian Gourdet, membre de la commission administrative de la section PS d'Argenteuil
  • Thierry Noiriel (Argenteuil)
  • Christelle Lévi (Argenteuil)
Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 13:28

Emmanuel Macron est-il en train de réussir là où des efforts perpétuels de communicants d'extrême droite ont échoué jusqu'ici ?

Alors qu'il a toujours été entendu qu'un candidat dit "républicain" l'emporterait forcément au second tour de l'élection présidentielle (en tout cas en 2017), la suffisance, le mépris et le caractère erroné du projet de ce candidat donnent désormais corps à la perspective d'une victoire par quiproquo de Marine Le Pen. Il était déjà compréhensible que de nombreux électeurs de gauche - tout particulièrement ceux de Jean-Luc Mélenchon - puissent renâcler à accorder leurs suffrages au candidat libéral-technocrate, tant il est l'incarnation de ce qui produit partout dans le monde la poussée des populismes d'extrême droite, mais il semblerait qu'Emmanuel Macron et son entourage rivalisent désormais de talents pour pousser certains électeurs à voter directement pour la candidate du Front National. Quand ce ne sont pas ses portes-paroles qui racontent - en échos à son discours de "victoire" du soir du 23 avril - que chaque voix qui se portera sur Macron le 7 mai sera une pierre de plus dans le rassemblement et soutien au projet du candidat, il suffit ensuite de regarder la séquence de la visite des candidats à Whirlpool Amiens pour comprendre ce qui se joue aujourd'hui : la candidate xénophobe comme un poisson dans l'eau au milieu des ouvrier(e)s menacé(e)s, le candidat libéral planqué à la Chambre de Commerce puis sifflé par les mêmes ouvrier(e)s, l'un de ses premiers soutiens Jacques Attali qualifiant la situation des salariés de cette usine, en voie de délocalisation vers la Pologne, d'anecdote.

Dix jours à ce rythme et Marine Le Pen sera élue présidente de la République... Se concrétise sous nos yeux ébahis ce que je raconte - notamment à mes collègues - depuis plusieurs mois : Emmanuel Macron est le plus mauvais (le pire) candidat à opposer à l'extrême droite. Ma colère contre ceux qui ont permis son ascension n'en est que plus grande : ceux des ministres, députés et responsables socialistes qui ont tourné casaque et vendu leur âme pour espérer se perpétuer au pouvoir après avoir consciencieusement fracturé la gauche et la société française pendant 5 ans ; ceux des électeurs qui, convaincus par le chœur organisé des médias sous tutelle des grands groupes économiques, se sont résolus à voter pour lui parce qu'on leur racontait à longueur de journée qu'il était le vote utile pour éviter le duel entre Fillon et Marine Le Pen... Plus de 50% de ses électeurs du premier tour avouent ne l'avoir pas fait par conviction, mais par calcul ou par dépit... S'ils avaient tenu bon malgré les diktats médiatiques, Benoît Hamon ne se serait sans doute pas effondré, ou encore Jean-Luc Mélenchon aurait été qualifié pour le second tour... Face à Marine Le Pen ou François Fillon.

Nous nous retrouvons donc avec le candidat le plus nul pour faire face à Marine Le Pen, qui - mise à part son affreuse affiche de campagne de second tour - semble avoir compris l'intérêt qu'il y avait communiqué efficacement autour de la protection économique et sociale. Et parce qu'il est nul et qu'il risque de nous faire élire une national-populiste, je vais sans doute devoir me résoudre à utiliser son bulletin pour faire barrage. Mais ne comptez pas sur moi pour condamner ceux qui en conscience ne peuvent se résoudre à sauter le pas et voteront blanc le dimanche 7 mai. Je l'ai écrit : "On ne peut pas combattre l'extrême droite avec quelqu'un qui nourrira sa dynamique.
Si donc il faudra faire battre Marine Le Pen et son programme de haine le 7 mai, jamais il ne faudra donner la moindre caution à l'orientation de celui qui sera sûrement élu.
"

C'est là que la tribune signée par 160 "responsables" socialistes, proches de François Hollande, est dans l'erreur. Outre que le PS ait mis plus d'empressement à publier et diffuser en deux jours un tract à 4 millions d'exemplaires pour "faire barrage au FN" (faisant l'erreur d'habiller la candidate en présidente de la République !!?!) qu'à mobiliser fortement pour la campagne de premier tour de son candidat, ce texte fait l'apologie sans nuance du bilan du quinquennat, niant les graves divisions qu'il a fait naître à gauche, niant ses échecs notamment en termes d'emplois la veille de la publication des chiffres d'une nouvelle hausse du chômage (!?), pour en tirer la conséquence logique qu'il faut non pas faire barrage mais voter POUR Emmanuel Macron. Cette logique est suicidaire : que parmi les 160 cela traduise la fin de l'ambiguïté et révèle le penchant qu'ils (comme Stéphane Le Foll qui est à l'initiative de la tribune) n'ont pas osé exprimer par prudence pendant la campagne, c'est une chose ; mais pour tous ceux qui par habitude ou volonté de rassemblement ont signé ce texte proposé par leurs amis je veux leur dire qu'ils se sont piégés. Les socialistes n'ont aucun intérêt de fond et de forme à se situer dans une "majorité présidentielle" macronienne.

  1. Le projet de Macron c'est une pseudo modernisation libérale à marche forcée sous pilotage de l'Etat, ou plus précisément de Bercy : c'est le quinquennat Hollande en pire (le président ayant imposé par la force des institutions à un appareil partisan récalcitrant mais lâche des mesures qu'il aurait combattu dans toute configuration) avec énormément de Fillon à l'intérieur ;
  2. La principale force parlementaire, malgré les déboires de Fillon, sera celle de la droite ; Macron sera donc l'otage de LR et de l'UDI, même s'il arrive à faire élire des députés En Marche ! ; alors que le FN devrait obtenir entre 50 et 80 députés, on voit mal quel intérêt auraient les socialistes alors qu'ils seront peu nombreux à venir soutenir une politique de régression sociale et laisser l'extrême droite représenter la seule alternative.

Le Parti Socialiste doit donc trancher très rapidement sa perspective stratégique :

  • soit le PS se donne à Valls, Le Guen et consorts, qui l'ont insulté et méprisé et devient un supplétif du président Macron et il se rend complice de la régression, de l'adieu aux idéaux de la gauche (qui n'est pas de s'adapter aux diktats de la "réalité" mais de transformer la réalité pour permettre l'émancipation individuelle et collective) de nouvelles progressions du FN, de la perspective de sa victoire en 2022 ;
  • soit le PS annonce clairement sa volonté de s'opposer non seulement à l'extrême droite, mais également à la droite sous toutes ses formes qui avec Macron, le Modem, LR et l'UDI s'apprête d'une manière ou d'une autre à gouverner la France dans quelques semaines. Dans ce cas, il est urgent de s'assurer des conditions permettant la constitution d'un groupe parlementaire de gauche ou de plusieurs groupes parlementaires de gauche alliés, et surtout structurés, dans la future Assemblée Nationale, pour s'opposer à la potion libérale que Macron ne pourra pas toujours administrer par ordonnances. Pour y arriver, nous devons dès aujourd'hui décider de parler à ceux qui n'auraient jamais dû cesser d'être nos partenaires : EELV, le PCF, le MRC, mais aussi Jean-Luc Mélenchon, pour faire émerger partout où cela sera possible des candidatures de rassemblement de la gauche pour les législatives qui permettent de dépasser les 12,5% des suffrages nécessaires pour être qualifié au second tour et espérer être élu.

Cette stratégie défensive face à une offensive en ciseau des libéraux et des conservateurs d'un côtés, de l'extrême droite de l'autre, doit précéder une phase de plus long terme, qui permette la refondation d'une nouvelle gauche capable de construire une alternative différente de celle de l'extrême droite. Et nous devons voir large : pas question de s'enfermer dans le petit monde des bobos socialos-écolos, de créer un nouveau PSU. Il faudra conjuguer toutes les cultures de la gauche, résoudre tous les débats éludés entre nous, y compris ceux de la souveraineté, de l'Europe, de la réaffirmation de l'identité républicaine, de la production industrielle adaptée à la transition écologique, plutôt que de s'enfermer dans une "deuxième gauche" étriquée et piégée dans des débats sur la fin du travail et le multiculturalisme.

Ce travail est de longue haleine, il faut pourtant l'engager dès maintenant. Car si malgré sa suffisante nullité, Emmanuel Macron est élu pour faire barrage à Marine Le Pen le dimanche 7 mai, sans ce travail, sans cette refondation, la "fille du borgne" sera à l'Elysée au printemps 2022 et disposera d'une majorité parlementaire.

Au boulot !

Frédéric FARAVEL
Mandataire fédéral de la motion B du PS Val-d'Oise

Sans enjamber le 7 mai, refonder l'alternative à gauche...
Sans enjamber le 7 mai, refonder l'alternative à gauche...
Repost 0
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 20:58

Comme en 2002, la gauche sort éliminée du premier tour de l'élection présidentielle ; à une différence près... le score total de la gauche est bien plus catastrophique (à peine 28%, le pire jamais cumulé à une présidentielle), comme le laissait imaginer les reniements et les échecs du quinquennat de François Hollande (qui sur les questions européenne, économique et sociale aura fait l'exact contraire de ce à quoi il s'était engagé devant les citoyens). Par sa politique, il aura fracturé la gauche, durablement peut-être, il aura également inscrit les rapports de la gauche socialiste et des Français sous le signe de la défiance, durablement sans doute.

Pourtant un temps, avec la réussite (inespérée) de la primaire de la gauche et l'élan réel de la campagne interne de Benoît Hamon, avec ensuite la dynamique de fond de Jean-Luc Mélenchon, on a pu espérer que la gauche saurait se reconstruire et retrouver enfin le sens de son projet et de ses valeurs. Las, on ne dira jamais assez à quel point leur incapacité partagée à s'accorder et se rassembler place aujourd'hui la gauche et surtout la France dans une impasse.
J'espère que désormais l'intelligence prévaudra et que pour les élections législatives la gauche saura se rassembler sur la base des projets de ses deux candidats pour qu'un groupe parlementaire d'opposition fort puisse combattre les politiques de faillite économique et de régression sociale qui s'annoncent.

Car si le réactionnaire François Fillon est heureusement écarté, les projets portés par Emmanuel Macron sont du point de vue économique, social et européen à la fois dans la continuité libérale, mais aggravés, de François Hollande et dans une certaine convergence avec les propositions de François Fillon.

Tout le monde connaît mon opposition viscérale à l'extrême droite et à Marine Le Pen, comme à son père auparavant et à tous leurs séides ; je ne confond pas la droite et l'extrême droite, même si depuis Nicolas Sarkozy la droite s'est donnée beaucoup de mal pour nourrir la confusion. Cependant, ce soir, j'ai bien plus peur qu'auparavant car deux courses vers l'abîme nous sont présentées : le nationalisme xénophobe et le libéralisme technocratique... Emmanuel Macron propose de poursuivre en l'aggravant la politique de François Hollande qui a échoué et qui a été rejetée au point que celui-ci a renoncé à se représenter. Il propose même des orientations que la droite réactionnaire partageait (autonomie des établissements scolaires, parmi tant d'autres) ou n'osait pas imaginer (déconstruction de l'assurance-chômage).
Ces politiques ont fait prendre 5 points au Front National en 5 ans, il lui a permis d'atteindre plus de 27% aux élections régionales. On imagine ce que pourraient donc être les conséquences de la perpétuation de ces politiques. Enfin le profil présenté par Emmanuel Macron, fait de libéralisme éculé, de technocratie sourde et d'indifférenciation politique droite-gauche, propose une incarnation presque parfaite à l'argumentation du FN sur l'UMPS ou LRPS.

En conscience, je ne peux soutenir une personnalité et une politique qui serviraient de marchepied à Marine Le Pen en lui permettant une nouvelle progression qui lui apportera la victoire en 2022 avec sans doute une majorité parlementaire à la clef. Je ne veux pas soutenir  quelqu'un qui permettra à l'extrême droite d'arriver en meilleure position plus tard. On ne peut pas combattre l'extrême droite avec quelqu'un qui nourrira sa dynamique.
Si donc il faudra faire battre Marine Le Pen et son programme de haine le 7 mai, jamais il ne faudra donner la moindre caution à l'orientation de celui qui sera sûrement élu. Dès aujourd'hui, nous devons nous mobiliser pour dénoncer l'extrême droite comme les libéraux lors des élections législatives et engager une opposition frontale à leurs projets dans le prochain hémicycle de l'Assemblée Nationale.

Nous devons maintenant construire une nouvelle gauche qui soit capable de conjuguer toutes ses cultures et d'offrir une espérance et un projet neuf qui a pu parfois, même imparfaitement, émerger des campagnes de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon ou Arnaud Montebourg. Cette nouvelle gauche devra combattre tout à la fois la voie du libéralisme technocratique dépolitisé, la droite radicalisée qui n'hésitera pas à dériver encore, et enfin l'extrême droite en lui opposant un projet politique et culturel puissant et diamétralement différent.
Voila comment nous ferons reculer durablement l'extrême droite ; voila comment nous ferons renaître l'esprit de la République sociale.

Frédéric FARAVEL
membre des instances nationales du PS
membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du PS

Macron-Le Pen : reculer pour mieux sauter ? Probablement, sauf si une nouvelle gauche nait...
Macron-Le Pen : reculer pour mieux sauter ? Probablement, sauf si une nouvelle gauche nait...
Repost 0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 20:34

Depuis 2002, le fin du fin de la politique française serait de faire barrage au Front National.

Enfin, surtout pour une partie de la gauche pseudo "réformiste" (ah oui, attention hein, parce que depuis Auguste Blanqui et Marcel Cachin, il paraît qu'il y aurait des dizaines de milliers de responsables politiques et de militants irréalistes qui appartiendraient donc à une sorte de gauche "putschiste", à qui ceux qui auraient de manière autoproclamée une culture de gouvernement pourraient donc donner des leçons...), qui semble se satisfaire de faire élire des candidats de droite (parfois même de droite extrême) sous prétexte de faire barrage à l'extrême droite. Ce "moralisme" intellectuellement et politiquement paresseux baptisé Front Républicain n'a jamais cherché à analyser les raisons pour lesquelles le Front National progressait, pourquoi à force de légitimer ses thèses en les reprenant (sans même parfois les édulcorer) on facilitait la stratégie de dédiabolisation engagée par Marine Le Pen, pourquoi en abandonnant la question sociale et la classe ouvrière la gauche "Terra Nova" (avec l'aide de Nicolas Sarkozy) avait permis au FN de lui substituer la question identitaire.

Car de toute façon, cette majorité populaire des Français vote mal et le peuple ayant déçu les (sociaux)-libéraux, il faut parfois lui en substituer un autre (baptisé "la France de demain") ou le contourner, lui contester sa souveraineté collective comme en faisait si justement la démonstration l'excellent documentaire d'Élisabeth Drévillon diffusé jeudi 2 Mars sur France 3 (➡️ bit.ly/2lAE8yI). Changer le peuple, lui refuser sa souveraineté populaire, réduire démocratie politique et démocratie sociale à une farce, mais jamais se remettre en question, jamais corriger les politiques conduites qui visiblement ne donnent pas de résultats ou sont en contradiction avec les engagements pris devant les citoyens.

À nouveau, cette rhétorique mortifère du Front Républicain et du barrage contre l'extrême droite sert dans la campagne présidentielle pour tous ceux qui "à gauche" depuis longtemps ont en fait abdiqué toute ambition politique face au néolibéralisme où sont profondément acquis à ses principes. Après bien d'autres, et avant quelques ministres paraît-il, Bertrand Delanoë a donc expliqué ce matin qu'il fallait voter pour Emmanuel Macron qui seul pourrait battre Marine Le Pen. Il ajoutait que le programme de Benoît Hamon car il ne permettait pas le "vrai progrès social", que permettrait selon lui une politique économique orthodoxe.
Rappelons que testés pour des seconds tours potentiels et fictionnels à ce stade face à Marine Le Pen, tous les candidats à l'élection présidentielle (sauf Fillon semble-t-il) l'emporteraient ; pas moins Hamon, que Mélenchon ou Macron. Tout cela sans tenir compte évidemment des dynamiques de campagne et de la fragilité de l'ancien ministre de l'économie face à la violence du rejet du "système" auquel il pourrait être confronté, lui qui l'incarne à l'excès.

Mais surtout et avant tout, alors que de 2012 à 2016, la dérive libérale du quinquennat Hollande très largement inspirée et conseillée par ce même Emmanuel Macron - celui que François Hollande envoya auprès des conseillers de Merkel dès février 2012 pour les rassurer et qu'ils ne s'alarment pas des risques de concrétisation du discours du Bourget - est une des raisons de la nouvelle progression en pourcentage et en voix du FN, comment croire que la perpétuation de cette ligne - qui a mené depuis 2012 le PS de défaites électorales en Berezina - stopperait la progression du FN ? Comment croire que l'application de cette logique encore aggravée - car Macron promet une austérité budgétaire renforcée, des lois Macron et El Khomri puissance 10 - ne mettrait pas la France plus encore en difficulté qu'elle ne l'est aujourd'hui, lui promettant en 2022 un basculement plus violent et profond encore vers l'extrême droite ? Comment croire que la perspective d'un quinquennat Hollande aggravé, l'aboutissement de l'on différenciation gauche-droite, donneraient envie aux électeurs français de gauche de se mobiliser sérieusement pour Emmanuel Macron, même face à Marine Le Pen ?

Contrairement aux faux défaitistes, qui cachent des vrais libéraux se réjouissant d'enterrer enfin la gauche de transformation sociale, le seul rempart au Front National et à Marine Le Pen, c'est d'un projet de gauche assumé qui rompe enfin avec les errements du quinquennat et des 30 dernières années dont nous avons besoin.
Benoît Hamon - que je soutiens et que les électeurs de gauche ont désigné clairement dans une primaire en désavouant celui qui portait un projet économique proche d'Emmanuel Macron - et Jean-Luc Mélenchon, mais aussi avec eux les écologistes, les communistes, les socialistes conséquents, portent ce type de projets. Ils ont l'impérieuse obligation de s'entendre désormais sur un programme de gouvernement et de se rassembler pour créer une dynamique politique qui mettrait un terme à cette spirale qui ne nous propose qu'une confrontation entre le désespoir d'extrême droite et l'alliance du cynisme, de la naïveté et de la lâcheté qui se cache derrière la figure libérale d'Emmanuel Macron.

Il est temps de mobiliser pour une vision positive et pour le progrès, les lois Macron et El Khomri ont démontré que ce n'était pas du côté des "Marcheurs" qu'ils se trouvaient.

Frédéric FARAVEL

NÉOLIBÉRAUX ET SOCIAUX-LIBÉRAUX, NOUVEAUX ADEPTES DU DÉFAITISME "RÉVOLUTIONNAIRE"
NÉOLIBÉRAUX ET SOCIAUX-LIBÉRAUX, NOUVEAUX ADEPTES DU DÉFAITISME "RÉVOLUTIONNAIRE"NÉOLIBÉRAUX ET SOCIAUX-LIBÉRAUX, NOUVEAUX ADEPTES DU DÉFAITISME "RÉVOLUTIONNAIRE"
Repost 0
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 16:19
Paul Magnette, ministre-président socialiste de Wallonie © BELGAIMAGE

Paul Magnette, ministre-président socialiste de Wallonie © BELGAIMAGE

Paul Magnette fait partie de ces responsables socialistes européens qui nous permettent de porter avec fierté notre idéal socialiste, quand tant d'autres dirigeants ont depuis longtemps jeté le bébé avec l'eau du bain en abdiquant devant le libéralisme et en cédant face à l'institutionnalisation européenne de l'ordolibéralisme allemande.

Il a commencé à être connu par le grand public en s'opposant frontalement aux dérives du CETA (traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada) et en obtenant des corrections majeures du point de la région Wallonie, dont il est le ministre-président.

Dans l'entretien qu'il donnait le 3 février à L'Echo (Belgique) et que je reproduis ci-dessous, il parle clair et fort ; il traduit très exactement l'état de ma réflexion vis-à-vis de la dérive actuelle de la construction européenne. Cette lecture est de salubrité publique.

Frédéric FARAVEL

entretien donné à L'Echo, recueilli par Frédéric Rohart et publié le 3 février 2017 à 22h30

Vingt-cinq ans après le traité de Maastricht qui a lancé l’aventure de l’euro, où va l’Union européenne ? L’Echo a demandé à plusieurs personnalités de se projeter dans le quart de siècle à venir pour imaginer comment l’Union pourrait évoluer. Aujourd’hui, l’avis d’un "fédéraliste meurtri", un homme politique wallon qui mène un bras de fer obstiné avec les institutions européennes. Et qui est convaincu qu’il faut des cendres pour permettre au phœnix de renaître.

Après avoir consacré l’essentiel de sa carrière à étudier l’Europe, Paul Magnette se demandait en mai dernier s’il n’était pas en train de devenir "le premier des eurosceptiques socialistes". Mais si le ministre-président wallon est en guerre contre l’Europe "libérale-conservatrice", il n’en reste pas moins un Européen convaincu. Un Européen "meurtri" d’assister à la désintégration de l’Europe, mais convaincu qu’elle permettra l’indispensable renouveau.

L’euro, vous le voyez plutôt comme une réussite ou un échec ?

C’est une monnaie mal pensée. Elle a été conçue selon une logique monétariste: créons une monnaie et l’économie suivra. Cela n’a pas marché. La convergence économique ne s’est pas réellement produite par l’effet de l’euro. Cela n’a pas non plus amené à créer une vraie politique économique européenne : il n’y a pas de vrai budget, pas de vraies ressources propres. Une union monétaire sans union économique a pour seul effet de neutraliser la variable monétaire dans les ajustements entre les Etats membres. Du coup, l’ajustement se fait sur des législations sociales et fiscales qui n’ont pas convergé. Cela a produit ce qu’on pouvait craindre : l’euro a accéléré une dérégulation sociale et fiscale, il a inversé la logique de l’Union européenne.

C’est-à-dire ?

Toute la logique de l’Union européenne est une logique de convergence et de protection. Aujourd’hui, il y a une asymétrie fondamentale : la monnaie est contraignante ; la libéralisation se décide à la majorité absolue des États membres ; mais l’union sociale et l’union fiscale, c’est l’unanimité. Donc il y a quelque chose de bancal dans le système. Ce sont une vingtaine d’années qui ont complètement retourné le sens de l’Union européenne. Parce que jusqu’alors, la logique des traités fondateurs, l’idée c’était toujours : je dé-régule au niveau national mais je re-régule en même temps au niveau européen.

Cette période est aussi celle qui mène aux élargissements de l’Union européenne, une erreur ?

D’un point de vue géopolitique, il fallait faire ces élargissements. Le problème, ce sont les conditions qu’on y a mis qui étaient très faibles. Il aurait fallu dire : il faut un jour entrer dans l’euro, on va vous aider — et vous forcer — à atteindre les conditions économiques, à faire de la convergence. Au lieu de ça, on s’est dit : les travailleurs (roumains, bulgares, polonais, hongrois…) vont aller là où on manque de travail, en Europe occidentale. Et le capital (français, allemand…) va aller là où on manque de capital, en Europe centrale.

C’est précisément ce qui s’est passé.

Oui, du point de vue de l’économie abstraite, c’est formidable : les facteurs s’allouent naturellement là où ils doivent aller. C’est la magie de la main invisible. Sauf que pour les gens, c’est brutal. Dans nos pays, ça déstructure complètement les systèmes de sécurité sociale. Et pour les pays d’Europe centrale, c’est une catastrophe : la Roumanie a perdu les 15% les plus jeunes et les plus costauds de sa population ! Et les conséquences politiques sont dramatiques. On est dans un moment de désintégration politique complet. Jusqu’ici l’Europe n’avait jamais reculé, là elle recule. Et ce n’est pas fini à mon avis.

L’Europe recule : vous ne parlez pas seulement du Brexit ?

Non, qui croit encore en l’Europe aujourd’hui ? Moi qui suis un fédéraliste meurtri et un peu désespéré, quand je parle à des étudiants, l’Europe ne représente plus rien pour eux. Par contre elle représente pour tous les perdants de la mondialisation, la cause de tous les problèmes. Donc elle est en train de se désintégrer. Les gens ne le voient pas encore, mais c’est comme un feu de cheminée : ça a pris, c’est invisible, mais à un moment donné, on le verra. Et le Brexit en est le premier symbole.

"J’espère que le Brexit sera suivi par un Polxit, un Hongrexit, un Bulgxit, un Roumaxit…"

À qui la faute ?

Je crois qu’il y a une responsabilité énorme dans le tournant libéral-conservateur. Sans faire tout remonter à Maastricht, le Six Pack, c’est la mort de l’Europe.

Le Six Pack, c’est notamment la menace de sanctions pour les Etats qui ne respectent pas les règles du Pacte de stabilité. Pourquoi était-ce une telle erreur selon vous ?

Parce qu’il a poignardé la catégorie sociale qui avait soutenu le projet européen : la classe moyenne d’Europe occidentale. Le Six Pack a comprimé leur pouvoir d’achat, a prolongé la récession, a aggravé les inégalités. L’Europe s’est privée elle-même de ce qu’était son soutien historique.

Vous visez Angela Merkel, qui l’a porté ?

Merkel a été logique : elle a défendu les intérêts de l’Allemagne. Ce sont ceux qui n’ont pas résisté à Merkel qui sont responsables. José-Manuel Barroso et Herman Van Rompuy d’abord. Et puis François Hollande, qui n’a rien corrigé alors qu’il avait promis qu’il allait renégocier les traités. Plus largement, ces années-là, 2008-2015, sont tragiques: moins parce qu’on a fait que ce qu’on n’a pas fait. Il y a une crise fiscale, il y a des "leaks" partout et on ne fait rien d’ambitieux. On a une récession et on fait un plan Juncker minimaliste. C’est la crise des réfugiés et on confie le problème à Erdogan. On fait démonstration de l’impuissance, de l’inutilité de l’Union européenne telle qu’elle est aujourd’hui. Mais je reste un Européen convaincu.

À condition que l’Europe soit sociale, donc. La recette porteuse pour la gauche, c’est la confrontation, comme vous l’avez faite avec le CETA : montrer aux gens le rapport de force ?

Ce n’est pas la confrontation pour le plaisir : il faut renvoyer la balle à l’Europe. C’est quand même dingue : à la Commission, ils font de l’ingérence dans les matières nationales qui sont extrêmement sensibles. Et ils ne sont pas capables de lutter contre la fraude fiscale ou de gérer le problème des réfugiés.

La Commission s’en prend à Apple, pousse à plus de transparence fiscale, à ce que les profits soient taxés où ils sont produits…

Oui mais c’est mou ! On doit récupérer 1.000 milliards d’euros par an qui nous sont volés. Pour faire avancer la convergence fiscale, il ne faut pas dire : "Bon, je mets une proposition sur la table, qui est d’accord ?" Évidemment qu’il y en aura toujours un qui sera contre, puisque c’est à l’unanimité. La seule manière de faire, c’est de faire de la conditionnalité : "Bon l’Irlande, vous voulez encore des fonds de cohésion ? La condition, c’est que vous acceptiez une norme sociale supérieure." Et il faut faire pareil avec le commerce extérieur. "Bon le Canada, vous voulez faire un accord avec nous ? Alors on met un chapitre fiscal dans le traité commercial." Il faut faire du régime fiscal un objectif absolu. C’est quand même comme ça que Delors arrivait à négocier : il faisait des packages : "Tu veux ça, eh bien tu prends ça."

Depuis votre confrontation sur le CETA, est-ce que vous avez vu un changement d’attitude de la part de la Commission européenne ?

Elle a mis en place un vrai travail sur les mécanismes d’arbitrage. Mais pour le reste, quand je lis Cécilia Malmström encore récemment dans un grand quotidien, le journal me tombe des mains. C’est de l’autisme politique. Il n’y a rien qui change dans son discours et son attitude. Et c’est hallucinant parce qu’il n’y a rien qui va changer dans la nôtre non plus. Donc on va vers de nouvelles confrontations, et je pense qu’on sera de moins en moins seuls.

Trump, Erdogan, Poutine : l’Europe est entourée de leaders qui lui cachent peu leur hostilité. Que peut faire l’Europe à court terme pour reprendre pied ?

À court terme, rien. Que Federica Mogherini ne se fâche avec personne, c’est la moindre des choses qu’on puisse faire pour le moment. Laissons faire le Brexit, après on pourra discuter.

Quel scénario pour l’Europe après le Brexit, dans un horizon de 25 ans ?

J’imagine bien le Brexit être suivi par un Polxit, un Hongrexit, un Roumaxit, un Bulgxit… Si on arrive à négocier un accord dur mais équilibré entre l’Union européenne et le Royaume-Uni, certains pays se diront qu’un modèle à la britannique est enviable. Donc la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie – et peut-être le Danemark et la Suède – sortent de l’Union et nouent des accords commerciaux ou de partenariat.

C’est souhaitable, selon vous ?

Oui, ça permet d’arrêter un peu la concurrence interne : on se retrouve alors avec des pays beaucoup plus proches en termes de niveau de PIB et de modèle socio-économique. L’Union regroupe quand même encore 400 millions d’habitants, on est encore plus nombreux que les États-Unis. On en profite pour signer des accords d’association avec des pays de la Méditerranée. Et avec un peu de chance – c’est horrible ce que je vais dire – mais les Etats-Unis décident d’une intervention unilatérale au Proche-Orient, et les Européens disent NON. Il y a des manifestations un peu partout en Europe : c’est la naissance d’une conscience civique européenne qui ne naîtra que dans l’affrontement. Il faut un "nous contre eux". Et il vaut mieux que ce soit nous Européens, multilatéralistes, légalistes, contre les États-Unis isolés et agressifs. Par la même occasion, on arrête toutes les négociations des traités multilatéraux et bilatéraux et on fait des accords commerciaux purs et on en profite pour renforcer le développement endogène de l’Union européenne.

Comment ?

L’Europe réinvestit massivement, elle mutualise une partie des dettes, et elle finance des grands travaux. Pas des grosses infrastructures type TGV mais des grands chantiers comme la rénovation de l’ensemble du parc énergétique des logements sociaux. On explique aux classes moyennes et populaires que grâce à l’Europe leur facture d’énergie va baisser. On commence doucement à réconcilier les citoyens avec l’Union européenne, on crée de l’emploi, on assure notre indépendance énergétique. Et on redevient les leaders du combat climatique mondial de manière crédible. On doit se donner des objectifs. Mais en mettant de l’argent. Sans quoi ça n’est pas attractif.

"La naissance d’une conscience civique européenne ne naîtra que dans l’affrontement. L’Europe multilatéraliste, légaliste, contre les États-Unis isolés et agressifs."

Dans votre scénario, il faut donc revoir à la hausse le budget de l’Union européenne, qui plafonne à 1% du PIB…

Oui, il faut au minimum le tripler. L’Europe doit rester un cheval léger, garder une administration légère, par contre elle doit avoir un vrai budget d’investissement : un plan Juncker puissance 100. Alors les gens vont commencer à voir des résultats… L’Europe ne fonctionne plus sur la mémoire de son héroïsme, elle ne fonctionne pas sur un patriotisme européen, elle ne fonctionne qu’en démontrant qu’elle est efficace, or elle ne l’est pas.

Le rêve que vous exposez, vous y croyez ? C’est un euphémisme de dire que ce n’est pas un discours dominant…

Je pense que ces élites européennes, qui vivent complètement déconnectées du monde, finiront par être obligées de comprendre. On va aux devants d’une désintégration politique, des pays qui vont devenir ingouvernables, gouvernés par des dingues comme les États-Unis aujourd’hui. Et il y aura des mobilisations civiques massives. Je crois que l’Europe n’échappera pas à une forme de grande désintégration politique, un réveil de la société civile, et l’apparition d’une nouvelle génération politique qui sera plus en phase avec la société civile.

En réponse au Brexit, les États planchent sur une Europe de la défense, ce n’est pas une bonne piste ?

Il faut plus d’Europe sur un pacte énergétique, plus d’Europe des investissements, plus d’Europe des législations sociales, de lutte contre le dumping fiscal, de présence aussi sur la scène étrangère. Mais je crois plus en des accords de partenariat avec les pays du Maghreb, et demain les pays africains qu’en une Europe de la défense. Avec les moyens militaires un peu dérisoires qu’on a sans les Britanniques, l’Europe de la défense, c’est la France…

Manque-t-il aussi une scène politique européenne ? Une circonscription fédérale comme la demande Guy Verhofstadt ?

Il met tout à l’envers. C’est typique des gens qui ne comprennent pas la société. Dire qu’on va changer les institutions pour changer le monde, ça ne marche pas : c’est la société qui bouge. Benoît Hamon, Antonio Costa et même Alexis Tsipras – malgré tout le mal qu'on a pu dire de lui – l'ont compris, eux.

Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 18:31

Manuel Valls, François Hollande ou Emmanuel Macron confondent "culture de gouvernement" et la "culture de LEURS gouvernements" : ceux qui ont conduit à l'échec du fait du renoncement à leurs engagements devant les citoyens, renoncements qui ont nourri une nouvelle et forte progression de l'extrême droite, renoncements qui ont créé une situation politique qui risque de conduire tout candidat étiqueté "socialiste" a une défaite massive en juin prochain... et donc condamner la gauche à ne plus gouverner, et à ne plus gouverner avant longtemps si cette revendication de la "culture de LEURS gouvernements" continue d'empêcher la gauche de se retrouver, de se rassembler.


Je ne connais pas - quelle que soit leur sensibilité - de socialistes qui n'aspirent pas à gouverner parce que - contrairement aux "mouvementistes" - gouverner c'est agir sur le réel et donc potentiellement le transformer, transformer la société (pour ceux qui en ont l'ambition et la conviction).
Par contre, j'en connais des centaines de "responsables" dits socialistes qui ont arrêté de penser et qui nous expliquent que les nécessités de la gestion justifient leur abdication en faveur de l'immobilisme (pour les moins atteints) ou trop souvent en faveur du libéralisme.


"On est socialiste à partir du moment où l'on a considéré ce fait essentiel : le patronat et le salariat s'engendrant l'un l'autre et s'opposant l'un à l'autre, à partir du moment où l'on se refuse à accepter ce fait comme nécessaire et éternel, à partir du moment où l'on a cessé de dire : « Bah ! c'est l'ordre des choses ; il en a toujours été ainsi, et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce soi-disant ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité, de solidarité qui vit en nous." Ces mots de Léon Blum rédigés en 1919 à l'attention des nouveaux adhérents du Parti Socialiste SFIO devraient résonner en nous et nous bousculer à nouveau.


En 2008, les inénarrables Jean-Noël Guérini et Gérard Collomb avaient rédigé pour le congrès de Reims une contribution générale intitulée "La ligne claire" qui expliquait qu'un programme socialiste serait l'addition des expérimentations locales des collectivités dirigées par le PS, en tout cas de celles qui étaient les plus raisonnables et les plus "gestionnaires"... c'était l'affirmation par excellence de la défaite de la pensée et du volontarisme, l'abandon de la transformation de la société.
C'est un peu ce qui est arrivé de 2012 à 2017 et qui risque donc de nous conduire pour longtemps à ne plus gouverner si nous ne redressons pas la barre rapidement.

Merci à Claude Askolovitch d'avoir déconstruit dans l'article qui suit l'interprétation absconse portée par les Valls, Hollande, Macron et consorts de leur culture de gouvernement.

Frédéric FARAVEL

Vous pouvez lire son analyse ici sur le site Slate.fr

 

Benoît Hamon et Manuel Valls, lors du débat du second tour de la primaire de gauche le mercredi 25 janvier 2017

Benoît Hamon et Manuel Valls, lors du débat du second tour de la primaire de gauche le mercredi 25 janvier 2017

Repost 0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 16:46


"Dimanche prochain je voterai pour Benoît Hamon et vous invite à faire de même"

Dimanche 29 janvier, j'utiliserai moi-même le bulletin Benoît Hamon pour mettre un terme à la dérive libérale qu'a représenté le quinquennat de François Hollande, incarnée dans cette primaire par Manuel Valls.

Je regrette que les électeurs de gauche n'ait pas entendu le message et le projet porté par Arnaud Montebourg, qui sur les questions européennes et économiques me paraissaient correspondre aux besoins du pays et de nos concitoyens.

Il faudra poursuivre le combat pour porter à nouveau ces orientations qui ont rendu au socialisme français ses lettres de noblesse, dans un débat que certains ont parfois rendu caricatural.

Frédéric FARAVEL

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 14:16
Emmanuel Maurel et Arnaud Montebourg le mercredi 4 janvier 2017 au Comptoir Général pour la présentation du Manifeste économique du projet France

Emmanuel Maurel et Arnaud Montebourg le mercredi 4 janvier 2017 au Comptoir Général pour la présentation du Manifeste économique du projet France

Les dimanche 22 et 29 janvier 2017, le Parti Socialiste et les organisations politiques qui lui sont directement accolées inviteront le Peuple de gauche à venir désigner leur candidat commun pour l'élection présidentielle du printemps prochain.

Après une primaire de la droite et du centre qui a mobilisé près de 4,5 millions électeurs et débouché sur la très large désignation (66,6%) de François Fillon, ce rendez-vous citoyen souffrira tout à la fois de la comparaison avec le scrutin de la fin novembre et des dégâts politiques générés par la politique des gouvernements de François Hollande depuis l'automne 2012 (voire même depuis juin si on prend en compte sa renonciation européenne dès les premières semaines de son mandat) et donc des divisions profondes de la gauche.

Pourquoi faut-il réussir la primaire ?

Pourtant le résultat de cette primaire de la gauche – même avec un périmètre plus restreint que celui que nous étions nombreux à souhaiter – reste déterminant pour sortir la gauche et la France de l'impasse dans laquelle François Hollande (au point que celui-ci a renoncé à se représenter) les a conduites. Soit la primaire de la gauche confirme (même d'une courte tête) les tenants de la ligne libérale qui a présidée à la politique gouvernementale et la fracture de la gauche sera aggravée avec pour conséquence une longue glaciation politique et la condamnation à l'impuissance de la gauche pour de nombreuses années ; soit elle débouche (même d'une courte tête) sur la résurgence d'une gauche socialiste et s'ouvre une opportunité (même ténue et sans garantie de résultat) pour ressouder le camp progressiste en engageant le débat sur un projet et un candidat commun avec les écologistes et les communistes pour tenter de conjurer la défaite annoncée au soir du premier tour de l'élection présidentielle.

Car il faut être bien clair sur l'enjeu de la séquence politique : si la gauche reste fracturée et divisée, comme l'ont voulu François Hollande et Manuel Valls, si elle s'éclate face à un FN à 25% et une droite rassemblée en plusieurs candidatures (un candidat socialiste, Mélenchon, Jadot et l'imposture libérale Macron – qui n'est pas de gauche), aucune d'entre elles ne sera en mesure de réunir au soir du premier tour suffisamment de suffrages pour être qualifiée pour le second. Déjà historiquement affaiblie en termes d'intention de vote et la tripartition du paysage politique, la gauche s'affaiblirait plus encore collectivement, au bord du suicide. Il ne suffit plus de faire jouer la menace de l'extrême droite dans cette élection pour réussir à rassembler les morceaux épars du camp de la transformation (les gens ont bien compris que la droite et les sociaux-libéraux ont créé les conditions politiques qui ont permis la nouvelle progression du FN et « l'impératif moral » invoqué par une certaine « gauche » à cet égard en est devenu ridicule). Il y a nécessité à apporter une alternative à la victoire « annoncée » par les médias et les instituts de sondage de François Fillon, dont le projet (casse de la sécurité sociale et des services publics, austérité aggravée) ou certains aspects de sa personnalité (la revendication de son identité chrétienne « ce qui signifie que je ne prendrai jamais une décision qui soit contraire à la dignité humaine », annexant sans leur demander leur avis ceux de nos concitoyens qui sont chrétiens, récusant aux candidats qui ne seraient pas chrétiens la volonté à respecter la dignité humaine) ne convainquent pas les Français. La position dominante de François Fillon ne l'est que par défaut et sa victoire n'est pourtant pas assurée par la déconfiture actuelle de la gauche, tant son programme social inquiète beaucoup de nos concitoyens qui en désespoir de cause pourraient alors se laisser séduire par Marine Le Pen.

Quatre Français sur dix disent s'intéresser à la primaire de la gauche. Certains parient sur une faible mobilisation, qui inévitablement profiterait à ceux qui ne veulent voir se déplacer que les derniers soutiens indéfectibles de la politique gouvernementale. Nous avons besoin que le peuple de gauche – à tout le moins une fraction importante de celui-ci – se mobilise pourtant en masse pour permettre tout à la fois de créer une dynamique de rassemblement et offrir une légitimité citoyenne suffisante pour affronter la droite et l'extrême droite. Fin novembre 2016, les Français ont démontré qu'ils savaient se saisir des occasions qui leur étaient données de donner leur avis. Il faut espérer qu'ils le fassent aussi les 22 et 29 janvier prochains ; je me risque à un objectif : vu l'état de la gauche, atteindre ou dépasser 1,5 millions électeurs serait un résultat encourageant. Mais pour l'atteindre il faut convaincre les Français de la qualité de nos débats, de nos propositions, de notre éthique collective. Ce qui est difficile à réaliser si les débats s'enlisent encore comme ces dernières semaines sur les thématiques identitaires ou sur des considérations tactiques dignes de congrès du PS.

Un débat politique... pas un champ de foire

Je vais donc, après avoir peigné un tableau de la situation et des enjeux politiques de cette primaire, m'attacher à définir ce qui motive mes choix politiques de fond dans cette primaire.

Chacun sait que j'étais engagé intensément dans la campagne de Marie-Noëlle Lienemann ; elle a souhaité renoncer pour des raisons qui lui sont personnelles – bien que je considère toujours que son projet était le plus pertinent – au premier rang desquelles se trouve la volonté de ne pas en rajouter dans l'éparpillement des candidatures et de permettre le rassemblement de la gauche socialiste. Il me semble donc que pour atteindre l'objectif qu'elle pointait en se retirant, il n'est pas possible de rester silencieux : il faut s'engager et tâcher de faire gagner dans les urnes le projet qui s'en rapproche le plus.

C'est le choix que j'ai fait en rejoignant avec mes camarades de Maintenant la Gauche la campagne d'Arnaud Montebourg. Je ne prétendrai pas que j'ai toujours partagé la démarche du candidat du made in France – sinon je n'aurais pas préféré à l'origine Marie-Noëlle Lienemann – mais pour un certain nombre de sujets essentiels, sa démarche et son projet répondent à mes attentes, bien plus que tout autre candidat.

D'abord et avant tout construire un véritable rapport de force sur la construction européenne

Je crois que la question de la construction européenne est déterminante et qu'elle atteint aujourd'hui un point de non retour. Le projet d'unification européenne est une entreprise inédite, qui pouvait prétendre offrir un dépassement pacifique des nationalismes – pas des nations et du patriotisme – ; pour un militant socialiste, donc internationaliste, cette dimension est enthousiasmante... à condition qu'elle se réalise par et pour la souveraineté populaire, qu'elle la renforce même. Or depuis 1995, depuis le Traité d'Amsterdam et les suivants, la construction européenne s'est enlisée dans un modèle a-démocratique, parfaitement décrit par Emmanuel Todd dans son essai intitulé Après la Démocratie (2008), soumis tout entier au concept technocratique de l'ordo-libéralisme.

Ce refus de la souveraineté populaire s'opère d'abord par la contrainte de règles financières et budgétaires atemporelles dont l'inefficacité face aux crises économiques est désormais évidente ; ces règles inscrites dans les traités empêchent les États de choisir leurs politiques économiques, financières et budgétaires, donc interdisent aux citoyens des différents États membres de l'Union Européenne de choisir librement des politiques qu'ils veulent voir mise en œuvre. Votez pour la gauche française, la gauche italienne, la gauche néerlandaise ou la gauche radicale grecque et vous écopez de la politique de la droite allemande (tout ou partie des trois premières étant par ailleurs convaincues qu'il n'y a plus d'autre politique possible). L'échec économique, la régression sociale, l'aggravation de la situation sociale qu'induisent ces politiques aboutit à l'assimilation par les peuples de la construction européenne à l'ordo-libéralisme et donc à son rejet progressif, de plus en plus au travers de réflexes nationalistes, xénophobes, identitaires. Ce refus de la souveraineté populaire s'est incarné enfin à plusieurs reprises dans le contournement ou la négation des scrutins démocratiques : contournement du rejet du TCE par référendum en France et aux Pays-Bas en 2005 par l'adoption d'un projet identique 3 ans plus tard par voix parlementaires ; affirmation lamentable par le président de la commission européenne qu'« il ne peut y avoir de choix démocratiques contre les traités européens » pour disqualifier par avance les résultats du référendum grec contre l'austérité en juillet 2015. Les citoyens européens comprennent ainsi peu à peu que la construction européenne serait un moyen de les priver de leur capacité à décider de leurs destins. La construction européenne file ainsi peu à peu vers la falaise et menace d'emporter le bébé avec l'eau du bain.

Réagir est donc une nécessité absolue. Briser la fatalité de la dérive ordo-libérale de la construction européenne est la condition essentielle pour réaliser trois objectifs qui devraient être au cœur de n'importe quel projet de gauche :

  • mener une politique économique qui promeuve le bien-être collectif, l'égalité et l'émancipation économique et sociale ;

  • restaurer la souveraineté populaire et une démocratie efficiente ;

  • réorienter la construction européenne dans un sens plus démocratique, et pour plus de pragmatisme économique.

C'était le mandat donné par le peuple Français à François Hollande ; il y a failli dès juin 2012. Cela reste une urgence vitale, aujourd'hui plus que jamais, après le Brexit, alors que la crise des migrants se poursuit, qu'une crise politique se profile en Italie, que la crise grecque n'en finit pas et que la crise bancaire menace l'Allemagne. Pour cela, il n'est plus possible de faire preuve de naïveté devant nos partenaires. François Hollande a abdiqué dès juin 2012 – et a encouragé Tsípras à le faire en juillet 2015 – car il avait de longue date « accepté » l'idée que les conceptions de la gauche française seraient ontologiquement minoritaires en Europe. S'en tenir à cette analyse nous condamne à l'échec, au marasme démocratique et économique, donc aux pires perspectives politiques. Manuel Valls et Vincent Peillon ne proposent pas grand chose de mieux.

Benoît Hamon propose de travailler à la construction d'une coalition des gauches européennes. C'est une proposition importante, nécessaire, mais terriblement insuffisante. Il est absolument nécessaire de s'employer à substituer à la coalition de fait entre social-démocrates et conservateurs (ex- démocrates chrétiens) une alternative rassemblant la gauche radicale dans sa diversité, les écologistes et les membres du PSE. Mais si tant est que les social-démocrates engagent réellement ce débat sur un changement de stratégie – en l'état cela prendra très longtemps avant qu'il ne s'ouvre et soit tranché –, le temps que cette nouvelle coalition soit majoritaire au Parlement européen et également parmi les gouvernements européens, l'Union européenne aura eu le temps de se suicider à plusieurs reprises à coup d'austérité et d'ordo-libéralisme.

La proposition d'Arnaud Montebourg est à la fois plus réaliste, plus potentiellement efficace, et donc plus à gauche au bout du compte. La France doit assumer la confrontation avec les conservateurs allemands et leurs alliés en Europe sur un certain nombre de questions majeures comme la suspension de la directive « travailleurs détachés » ou la réfutation pratique des principaux points du pacte de stabilité. C'est en assumant cette confrontation, en provocant le rapport de force que d'autres États membres sortiront de l'attentisme et de la soumission dans laquelle l'abdication de François Hollande les avait figés – l'Espagne, la Belgique, le Portugal, l'Italie, la Grèce, potentiellement aussi l'Irlande (pour laquelle l'eurogroupe avait contraint les partis au pouvoir à renier tous leurs engagements avec des conséquences politiques désastreuses pour eux).

Assumer le rapport de force permettrait aussi d'accélérer le nécessaire débat dans la social-démocratie européenne pour s'engager vers la constitution d'une coalition des gauches européennes qui viendrait ainsi renforcer en dynamique l'offensive française pour la réorientation de la construction européenne. Sur l'Europe, Arnaud Montebourg – comme Marie-Noëlle Lienemann – est le seul à avoir la tête sur les épaules.

Rompre avec l'austérité, relancer l'économie

Voilà quatre ans qu'avec Emmanuel Maurel, Marie-Noëlle Lienemann et Jérôme Guedj, nous dénonçons les effets pervers d'une politique de rigueur budgétaire découlant directement des principes austéritaires inscrits dans les traités européens et une politique de l'offre libérale indifférenciée, donc peu efficiente. Sans compter la politique fiscale erratique et illisible qui les a accompagnées.

Personne n'ira expliquer ici ou ailleurs, qu'il est pertinent de présenter en permanence des budgets en déficit, mais force est de constater que la politique de réduction des dépenses publiques à marche forcée initiée depuis la fin du mandat de Nicolas Sarkozy a produit des effets ambivalents du point de vue des objectifs attendus avec de graves conséquences sociales : la dette a continué à exploser ; les déficits publics commencent tout juste à se réduire mais au prix d'un effondrement de l'investissement public et des carnets de commandes des PME ; la France, comme la zone euro, est aujourd'hui dans une situation de quasi-déflation ; les recettes fiscales de l’État ont au mieux stagné ; le chômage a continué de progresser durant tout le quinquennat et ne baisse depuis un trimestre que par le recours aux CDD très courts, aux stages et aux formations, en réalité le chômage toutes catégories confondues à continuer de progresser ; la pauvreté s'est accrue comme jamais depuis des décennies.

La politique économique et budgétaire menée par les gouvernements de François Hollande a entretenu l'atonie de l'activité ; les entreprises n'ont pas réinvesti les milliards d'euros qui leur ont été offerts dans l'économie, faute de conditionnalité du CICE et du pacte de responsabilité, formes renouvelées de la TVA sociale. En terme de politique de l'offre, ce qui aurait pu être tenté – comme des nationalisations partielles temporaires afin de préserver des secteurs industriels stratégiques (ex. Florange) – a été écarté ou est resté en deçà des besoins (soutien à la modernisation de l'outil de production). La politique de baisse du coût travail pour retrouver de la compétitivité a été un échec cuisant, alors que rien de sérieux n'a été engagé pour développer des politiques de compétitivité hors coût (recherche-développement, innovation, modernisation).

Prenant acte de l’échec du laissez-faire pour sortir de la crise, Arnaud Montebourg souhaite renouer avec le volontarisme économique, et propose – comme l'avait fait Marie-Noëlle Lienemann – un plan de redémarrage de économique par l’investissement dans les transformations écologique et numérique d’un montant de 20 milliards d’euros en trois ans.
[la totalité du programme économique chiffré d'Arnaud Montebourg est disponible en pièce jointe PDF en fin d'article]

Cet effort d’investissement suit les recommandations pressantes de deux organisations internationales que personne ne peut suspecter de « surmoi marxiste », le FMI et l’OCDE qui demandent aux États membres de la zone Euro de reprendre les dépenses publiques notamment dans les investissements et les infrastructures afin de relancer la croissance mondiale. Une étude du FMI publiée en 2014 montre ainsi qu’une politique de grands travaux menée aujourd’hui bénéficierait de conditions « anormalement favorables » en raison des taux d’intérêts quasiment nuls. Cette étude montre que 1 % de PIB investi conduit à trois points de croissance supplémentaire au bout de 4 ans. C’est un effet vertueux qui permet un remboursement rapide de la dette contractée. Cinq pays du G8 ont annoncé des plans de relance budgétaire. Dix pays du G20. Aucun pays de la zone Euro n’a engagé un processus de relance budgétaire rejoignant ce mouvement international salutaire destiné à sortir de la crise. La France serait, si Arnaud Montebourg était élu président de la République, le premier de la zone euro à s'engager sur cette voie nécessaire, qui répond également à la nécessité de construire le rapport de force pour la réorientation de la construction européenne, dont j'ai longuement parlé plus haut.

Ce plan d’investissement développera les emplois non délocalisables, car il bénéficiera aux PME et à l’économie locale, suivant en cela le plan des mille projets de la Fédération Nationale des Travaux Publics, actuellement dormant dans les cartons des collectivités locales, faute de financements.

Il faut donc parfaitement assumer la nécessité d'accroître la dépense publique en terme d'investissements productifs, d’autant que les conditions de financement de l’État n’ont jamais été aussi favorables. Son impact sur l’économie, calculé par les économistes qui m’entourent, est très positif, tant sur la croissance, que sur la dette et le chômage, donc in fine permettra de susciter un retour des recettes de l’État et remettre en dynamique les comptes publics.

Ce plan d’investissement sera écologique en assumant l’objectif d’une économie décarbonée et circulaire : développement des circuits courts, des transports en communs comme alternative sérieuse au transport individuel, transition vers la voiture électrique et la voiture consommant 2 litres aux 100 km, investissements publics-privés dans les batteries et le stockage, dans les technologies de recyclage ; c'était l'un des points forts du projet de Marie-Noëlle Lienemann pour engager la transition écologique. A ce plan d’investissement public s’ajoutera un programme de rénovation thermique des bâtiments à hauteur de 100 milliards d’euros en cinq ans, assuré par des financements publics et privés, pour permettre des logements consommant moins d’énergie, selon les plans de Nicolas Hulot.

Enfin, ce plan d’investissement sera aussi numérique, afin de connecter au plus vite les villages ruraux et de réduire la fracture technologique.

Au demeurant ce qui explique le redressement « spectaculaire » de l'économie allemande intervenu après 2009 sont des mesures visant à soutenir l'activité et le pouvoir d'achat (soutien au chômage partiel, relance par l'investissement) et non les mesures Hartz IV anti-chômeurs décidées sous Gerhardt Schröder. Celui-ci est intervenu après le plan de relance ciblé décidé suite à la crise financière de 2008 par Angela Merkel, complété plus tard par la création d'un salaire minimum allemand exigé par le SPD. Sans s'aligner sur la politique de la Chancelière conservatrice, on pourrait tout de même tirer quelques enseignements de la réalité économique plutôt que célébrer aveuglèment la mythologie schrödèrienne comme le fit François Hollande en 2013 au 150ème congrès du SPD.

Compléter la relance de l'investissement par la relance du pouvoir d'achat

On a vu que la politique de l'offre a échoué en France, comme elle avait échoué ailleurs. Aujourd’hui, c’est bel et bien la demande qui crée l’emploi et non l’inverse, comme le supposent à tort les initiateurs du Pacte de responsabilité. Aujourd'hui c'est bel et bien un problème de demande, de consommation populaire, de remplissage des carnets de commandes que nous devons résoudre.

Venir en aide aux plus modestes, victimes d’une conjoncture défavorable, et soutenir la demande pour regarnir le carnet de commandes des entreprises procède donc d’une même démarche. Car ce dont ont besoin nos entreprises ce sont des carnets de commandes pleins, donc une relance de la consommation (la droite prétend la créer – à une moindre ampleur – par la demande des plus aisés avec une baisse généralisée de l’impôt sur le revenu ; on a vu ce qu'il en est de la théorie du ruissellement, elle n'apporte rien à l'économie, quand soutenir le pouvoir d'achat des plus modestes se traduit immédiatement par une hausse la consommation de biens majoritairement produits en France).

Une société du travail doit être organisée autour de la juste rétribution du travail. Sur ce point également, le laissez-faire a conduit, à côté de l’explosion des hautes rémunérations, à la stagnation du salaire médian, c’est-à-dire des revenus du « Français moyen ». Cette situation ne peut plus durer, parce qu’elle est non seulement injuste, mais aussi inefficace pour l’économie dans son ensemble. Pendant que les salaires stagnaient, les budgets publics soutenant le pouvoir d’achat diminuaient, et les impôts sur les classes moyennes et populaires, augmentaient. Le pouvoir d’achat a donc reculé de 350 euros en moyenne par ménage depuis 2010.

La politique économique que soumet Arnaud Montebourg au peuple de gauche sera concentrée sur la reprise des gains de pouvoir d’achat, en particulier pour les classes moyennes et populaires, très marquées par des années d’austérité et de stagnation salariale.

Les gouvernement Hollande ont fait le « choix des entreprises » avec le CICE, avec les résultats qu'on connaît, il est temps de rendre du pouvoir d'achat aux classes moyennes et populaires. Arnaud Montebourg propose donc remodeler le pacte de responsabilité afin de rendre 10 milliards d’euros en réduction d’impôts aux ménages sur les 40 milliards alloués aux entreprises. Le CICE devra être également mieux ciblé afin de favoriser les secteurs créateurs d’emplois ; lorsqu'il était ministre du redressement productif, Montebourg avait demandé que le dispositif soit orienté, ciblé vers les secteurs réellement soumis à la concurrence internationale, il avait à l'époque perdu les arbitrages face au Président de la République et à Pierre Moscovici. Il faut espérer que s'il est élu, il mettra donc en œuvre ce qu'il avait plaidé vainement en 2012.

Longtemps promise par la gauche, la réforme fiscale a en effet souvent été réduite à des « mesurettes » techniques qui ont d'abord alourdi la charge fiscale des classes moyennes puis sapé la progressivité de l'impôt sur le revenu (et donc d'une certaine manière atteint son acceptation sociale et in fine sa légitimité). La question fiscale est donc devant nous ; Montebourg propose d'utiliser les 10 milliards d’euros du CICE réformé pour rendre la CSG progressive pour les catégories dont les revenus sont les plus faibles. Concrètement, tous ceux qui gagnent moins de 2000€ brut par mois auront un gain de pouvoir d’achat : 400€ par an pour ceux qui gagnent 1700€ ; 1200€ par an pour ceux qui gagnent le SMIC. Cette réforme fiscale douce, portée par l’économiste et député Pierre-Alain Muet, formera la base d’une imposition plus juste. Pour les salariés au SMIC cela représente un 13ème mois par la baisse de CSG. Rendue progressive la CSG – Pierre-Alain Muet a tiré les enseignements de la censure du conseil constitutionnel suite à l'adoption de l'amendement Ayraut/Muet à la loi de finances pour 2016, la mesure proposée ne devrait plus être censurable – pourra alors plus tard être fusionnée avec un impôt sur le revenu désormais prélevé à la source. C'est une étape donc vers ce grand impôt citoyen progressif que nous appelions de nos vœux avec Marie-Noëlle Lienemann. Ces réformes ne nous exonèrent pas à terme d'un travail sur le barème et les tranches d'imposition, mais il paraît raisonnable que le quinquennat 2017-2022 offre un peu de stabilité fiscale aux Français et aux entreprises.

Arnaud Montebourg reprend enfin une idée que Michel Rocard a popularisée il y a quelques années, consistant à indexer les salaires dans chaque entreprise sur les gains de productivité effectivement réalisés grâce aux efforts de la communauté des salariés.

Arnaud Montebourg se présente donc avec sincérité comme le candidat de la feuille de paie, le candidat de la feuille de soin et de la quittance de loyer, autre axe de campagne précédemment développé par Marie-Noëlle Lienemann. Il suffit pour cela de regarder ses propositions pour le logement et l'assurance-maladie.

* * *

Ces questions me paraissent prioritaires au regard de toutes les autres. Elle sont à la fois stratégiques et suffisamment concrètes au regard de la vie quotidienne et des priorités de nos concitoyens (emploi, rémunération, santé...) pour prévaloir sur d'autres considérations et assurer les fondements d'une discussion indispensable sur un programme commun de la gauche et des écologistes : dès le 30 janvier 2017, s'il était désigné par les électeurs de la primaire de gauche, Arnaud Montebourg s'est engagé à travailler avec les écologistes, les communistes et Jean-Luc Mélenchon pour résoudre l'impasse politique qui menace toute la gauche. Emmanuel Macron est sorti – depuis longtemps – du champ de la gauche, et il paraîtrait invraisemblable de rouvrir des fractures que ce dernier a largement contribuer à élargir tout au long du quinquennat aux côtés de François Hollande et de Manuel Valls.

Pour ceux de nos concitoyens qui espèrent encore qu'une politique conséquente, cohérente et ambitieuse de gauche soit mise en œuvre, ce qui suppose d'accéder au pouvoir, on voit bien que l'enjeu de la primaire est déterminant. Tous ceux qui ont été déçus par les reniements de François Hollande, choqués par la brutalité et la rhétorique identitaire de Manuel Valls, mais aussi tous ceux qui - comme de nombreux socialistes rassemblés autour d'Emmanuel Maurel, Marie-Noëlle Lienemann et Jérôme Guedj - ont dénoncé dès l'origine les errements puis les trahisons du quinquennat Hollande en matières économique, sociale et européenne ont intérêt à se mobiliser les 22 et 29 janvier prochains. C'est là à gauche que la clarification politique se fera ; nous avons l'occasion de clore une fois pour toute la parenthèse libérale insensée imposée par François Hollande, Manuel Valls et Emmanuel Macron (alors même que son échec avait été consommé bien avant en Grande-Bretagne et en Allemagne).

Quelle que soit l'issue de la présidentielle, tous ceux qui souhaitent que la gauche gouverne pour transformer le pays ont intérêt à venir voter Arnaud Montebourg les 22 et 29 janvier pour remettre le Parti Socialiste au cœur de la gauche (non pas pour qu'il y soit hégémonique mais pour qu'il offre ce qu'il reste de sa force à la gauche), permettre un gouvernement de la gauche unie qui applique un programme cohérent ou en cas de défaite permettre une recomposition offensive de la gauche qui ouvre des perspectives pour l'avenir. Une désignation de Manuel Valls serait l'assurance d'une défaite de la gauche dès avril prochain et d'une fracture durable en son sein, car elle donnerait les clefs du PS de manière artificielle aux libéraux exacerbant la rupture avec les écologistes et la gauche radicale.

Frédéric FARAVEL
membre du conseil national du Parti Socialiste
membre du bureau fédéral du PS Val-d'Oise

Manifeste économique d'Arnaud Montebourg pour la société du travail

Humeur primaire...
Repost 0