Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 09:58

Je viens de voir que le JDD.fr avait fait lundi dernier un vote en ligne (ils ont d'ailleurs laissé courrir les votes et visiblement la fachosphère s'en est donnée à coeur joie, puisque s'affichent 71% de "oui") pour savoir si nous voulions voir "nos" régions passer au FN ? évidemment que non ! la question n'est pas là, mais savoir quels moyens nous mettons en oeuvre pour l'éviter...

Le premier secrétaire de mon parti propose un référendum sur l'unité aux régionales (je dis bien le premier secrétaire - et évidemment l'appareil rangé derrère lui - car le conseil national du Parti Socialiste réuni le samedi 19 septembre, lorsque Jean-Christophe Cambadélis a conclu sur cette proposition, ne l'a pas voté [Lire l'excellent papier de Paul Alliès sur Mediapart.fr) et c'est sur ce moyen qu'il y a divergence !

Comment faire un tel événement de manière sereine en balayant d'un revers de la main tous les débats sur la nature de la politique gouvernementale qui accroît les divisions à gauche et pèsent de plus en plus sur les élections intermédiaires (on l'a vu aux départementales un seul département avait réussi à faire presque toute l'union dès le premier tour) ?

Comment faire cela quand nos ex partenaires et une grande majorité de leurs électeurs considèrent que notre politique est en grande partie responsable de l'explosion des abstentions à gauche et de la progression du vote FN ?

Comment croire qu'on peut mobiliser des électeurs sur un sujet qui leur paraîtra à juste titre parfaitement politicien (et qu'importe en l’occurrence la manière dont ils répondent aux sondages, car évidemment personne ne veut de la défaite et que les questions posées dans un sondage sont réductrices et n'abordent jamais les causes de la division, mais ceux qui répondent aux sondages n'iront pas voter) !????

Toute l'histoire de la gauche et des refondations de la gauche socialiste démocratique démontre que l'union réelle se fait sur un programme, des objectifs économiques et sociaux, pas sur des admonestations et des injonctions morales...

Or que proposons-nous ? seulement de poursuivre la même politique qu'aujourd'hui qui divise la gauche, qui ne réussit pas, de ne pas demander aux députés et aux sénateurs socialistes d'appliquer les consignes du BN du PS sur le budget 2016... et de réduire le débat à un "chers partenaires, vous dont nous ne tenons jamais compte, venez sur nos listes et faites voter pour nous vos électeurs afin qu'on sauve nos sièges de conseillers régionaux... Belle perspective ! On aura encore plus tendu les choses au matin du 19 octobre, les difficultés dans les négociations entre les deux tours des régionales seront accrues pour élaborer des listes d'union.

La pente sera longue à remonter...

Si on consultait les électeurs de gauche sur la politique menée depuis 2012 et le respect des engagements du candidat Hollande, sur les moyens à mettre en oeuvre pour réussir la fin du quinquennat, cela aurait bien plus de sens. Les primaires citoyennes, élargies à toute la gauche, pourraient jouer ce rôle, mais l'ensemble des appareils politiques - le PS et le PG plus que tous les autres d'ailleurs (tiens ! y a au moins un sujet sur lequel leurs dirigeants s'accordent) - le refusent à ce stade. C'est dire le niveau de défiance collective qui étreint la gauche française.

Pourtant, il n'est pas encore trop tard pour faire prévaloir la raison.

Frédéric FARAVEL

La Rochelle 2014, c'est la dernière fois où les dirigeants des partis de gauche (sauf le PG) étaient réunis à la même tribune

La Rochelle 2014, c'est la dernière fois où les dirigeants des partis de gauche (sauf le PG) étaient réunis à la même tribune

Partager cet article

Repost0

commentaires