Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 17:09
PS : les ambiguïtés, ça suffit !

A la suite de l’élection d’Emmanuel Macron, les socialistes ont, dans leur grande majorité, souhaité que leur parti adopte une stratégie autonome adossée à une certaine cohérence programmatique.

Or voilà que depuis quelques jours plusieurs de ses responsables, anciens ministres et candidats, s'autoproclament membres d'une hypothétique "majorité présidentielle" sous prétexte qu'il faudrait être "utiles à la France". Notre conviction, c'est que nous serons utiles au pays en restant de gauche et en assumant ce que nous sommes.

Car l'ambiguïté, et la confusion qui lui est consécutive, est proprement intenable. Elle n'est pas seulement inopérante pour conjurer la défaite, elle est aussi mortifère pour l’avenir non seulement du PS mais aussi de la Gauche.

A l'heure où la politique est décriée (et souvent injustement), où notre pays traverse une grave crise de défiance, nos concitoyens qui aspirent au changement sont en droit d’attendre de leurs dirigeants de la sincérité, du courage, de la constance dans les convictions.

Qui peut imaginer que les Français soient dupes et ne jugent pas avec dureté ce qui s'apparente à un « sauve qui peut » opportuniste ?

Car sur le fond, le projet, certes flou, du nouveau président, laisse peu de doute quant à ses orientations clairement libérales. Même les plus légitimistes d'entre nous, qui n’ont eu de cesse de vanter le bilan de François Hollande, peuvent constater que si le chef de l'Etat que souhaite prolonger les mesures les plus contestées qu’il avait d'ailleurs inspirées, il prétend surtout abandonner les dispositions les plus populaires, et les plus conformes à nos engagements de 2012, comme la généralisation du tiers payant, l’encadrement des loyers, la prise en compte de la pénibilité dans le calcul de la retraite. Est-ce vraiment ce que nous voulons ?

Nous cherchons vainement les engagements qui s'inscrivent dans un projet de gauche de gouvernement. Le programme présidentiel n'est pas « et de gauche, et de droite », mais bel et bien « et de droite, et de droite », comme en témoigne la nomination d'un premier ministre issu des rangs de LR.

Une réalité politique s’est toujours imposée : en général les électeurs préfèrent l’original à la copie ! C’est encore plus vrai sous la cinquième république. Ceux qui veulent soutenir le Président en lui donnant une majorité, préféreront les candidats qu’il aura adoubés.

Avant qu'il ne soit trop tard, nous sonnons l'alarme. Le Parti Socialiste ne peut plus laisser subsister une ambiguïté qui le conduira à la défaite, voire à la marginalité politique. Le PS n'a pas vocation à être le bagage accompagné d'En Marche !

Si tel n'était pas le cas, nous prendrions nos responsabilités pour faire vivre le message socialiste et travailler à l'indispensable rassemblement de la gauche. Les défis sont immenses : reconquête de l'électorat ouvrier, prise en compte des territoires oubliés, révolution écologique, refondation du modèle républicain, réorientation de la construction européenne, redistribution des richesses, des pouvoirs, des savoirs. Pourvu qu'ils le veuillent, les socialistes peuvent prendre toute leur part à cette ambitieuse rénovation.

Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice de Paris et membre du Bureau National

Emmanuel Maurel, Député Européen et membre du Bureau National

Jérôme Guedj, Conseiller Général de l'Essonne et membre du Bureau Nationa

Partager cet article

Repost 0

commentaires