Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 12:16
Jean Dujardin campe parfaitement la personnalité du Colonel Marie-Georges Picquart, héros malgré lui de l'Affaire Dreyfus (ici lors de la reconstitution de la "cérémonie" de dégradation du Capitaine Alfred Dreyfus aux Invalides)

Jean Dujardin campe parfaitement la personnalité du Colonel Marie-Georges Picquart, héros malgré lui de l'Affaire Dreyfus (ici lors de la reconstitution de la "cérémonie" de dégradation du Capitaine Alfred Dreyfus aux Invalides)

Petit retour sur le film que je suis donc allé voir hier soir.

Évidemment je commencerai par dire qu’à chaque jour suffit sa peine et que toute piqûre de rappel sur cet épisode emblématique, qui a fait partie de la construction de notre identité républicaine, est nécessaire.

Notons d’abord le jeu d’acteur de Jean Dujardin, excellent, il fait un colonel Picquart tout à fait vivant. Les ambiguïtés du personnage sont bien soulignées, ainsi que son appartenance à une société bourgeoise, mondaine et hypocrite qui se prétend pourtant à elle-même avoir des principes moraux, sont bien campées. Le film n’en fait donc pas un héros sans tâche et c’est bien, même si quelques traits de sa raideur personnelle et militaire ont été sous traités alors qu’ils sont bien décrits dans le roman de Robert Harris (soulignons qu’il s’agit de l’adaptation d’un roman et non d’un travail d’historien, même s’il faut reconnaître la qualité du livre que j’avais lu voici quelques années), notamment quand Picquart conseille à la famille Dreyfus de ne pas accepter la Grâce présidentielle. Cet épisode causera une grave rupture entre une grande partie des dreyfusards et le colonel et de graves emportements de ce dernier, mais là on nous le passe au détour d’une terrasse de café...

Plus grave selon moi et qui transparaissait mieux dans le Téléfilm en deux parties qui avait été consacré à l’Affaire... c’est le sous traitement encore une fois de l’environnement politique et social qui permet d’expliquer la genèse de l’Affaire et son caractère explosif qui menaça rien de moins que de plonger notre pays dans la guerre civile.

Ici alors qu’on aurait pu s’attendre à plus d’insistance, l’antisémitisme me parait ne pas plus peser que comme un décor d’arrière plan ; il n’apparaît de manière éruptive que par quelques plans lors de la scène de la dégradation (par ailleurs impressionnante dans sa reconstitution ; d’une manière générale l’effort mis sur la reconstitution historique du point de vue décor etc. est remarquable) et une bien brève échauffourée nocturne dans la rue. Le film laisse peu transparaître l’ambiance politique antisémite, les groupes organisés, l’agitation politique, la campagne de presse violente et qui n’émanait pas que du quotidien assomptionniste La Croix et ses filiales en provinces, tout cela dans une société qui avait été largement préparée en matière d’opinion par le livre d’Édouard Drumond, La France juive, qui conduit le vieil antijudaïsme chrétien à l’antisémitisme politique. Je trouve cela très plat et gentillet ... peut-être est-ce une trace que nous ne saurions imaginer aujourd’hui ce que pouvait être une telle situation et ambiance, je ne peux cependant m’empêcher d’être déçu.

Il y a bien les remarques antisémites de tous ces gradés de l’état-major, dont Picquart lui-même, mais là encore cela reste faible et cela ne permet de compenser l’autre absence politique remarquable de ce film : on perçoit peu voire pas du tout un certain unanimisme politique et religieux chez ces militaires, pour qui la République qu’ils servent n’a été acceptée que par lassitude et par absence de prétendants au trône de France présentables. En fait, une bonne partie des généraux (sauf Mercier qui est républicain) auraient bien brûlé le régime si on leur en avait laissé l’occasion et leur antisémitisme, leur « passion cléricale » (seule expression du film concernant cette facette essentielle du dossier, qui est d’ailleurs de Zola et qui permet de comprendre un peu), c’est-à-dire leur engagement politique en faveur de l’Église catholique romaine, les conduisent à combattre tout progrès républicain dans l’armée, la placer au-dessus de la République car elle est la survivante d’un monde ancien et le rempart de l’Église qui remettra de l’ordre lorsque le régime mortel aura cédé. L’Affaire Dreyfus fut aussi l’occasion de purger ce poison anti-républicain au cœur de la République et l’arrivée du cabinet de défense républicaine conduit par Waldeck-Rousseau permit justement de commencer le nettoyage.

N’oublions pas que ce sont les années où le camp républicain se prépare à engager une lutte politique radicale contre le pouvoir de l’Église romaine qui conduira après bien des vicissitudes à la séparation des Églises et de l’État que certains ont aujourd’hui le culot de trouver trop rigide.

Las, enfin, rien des débats violents à la Chambre des Députés, comme souvent Jaurès est absent de la reconstitution et Clemenceau présenté seulement comme éditorialiste à l’Aurore 😓...

Conclusion : pouvait mieux faire, mais si vous ne connaissez pas l’Affaire allez le voir.

Frédéric FARAVEL

Partager cet article

Repost0

commentaires