Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 09:41

Depuis lundi 20 juillet, les masques sont devenus obligatoires dans tous les lieux clos, comme ils l'étaient dans les transports en commun. Après des mois de cafouillage, après avoir expliqué que les masques ne servaient à rien, après avoir laissé les initiatives citoyennes et les communes (comme la municipalité dirigée par Dominique Lesparre) assumer à sa place la protection des habitants contre l'épidémie par la fabrication et/ou la distribution de masques gratuits à toute la population, nous ne pouvons que nous réjouir que le gouvernement aient enfin pris des mesures de bon sens pour réduire la circulation du virus et ainsi empêcher un nouveau confinement qui serait fatal à l'économie du pays et catastrophique pour la vie quotidienne de nos concitoyens.

OR, À PARTIR DU MOMENT OÙ LES MASQUES DEVIENNENT OBLIGATOIRES DANS DE NOMBREUX LIEUX DE LA VIE QUOTIDIENNE ET COLLECTIVE, IL EST NÉCESSAIRE, INDISPENSABLE, QUE CEUX-CI SOIENT ACCESSIBLES À TOUTES ET TOUS ET DONC GRATUITS.

Le gouvernement refuse aujourd'hui de répondre positivement à cette exigence de bon sens. Comme il avait refusé précédemment d'encadrer les prix des masques pour « ne pas décourager l'innovation » – en plein confinement le gouvernement souhaitait d'abord protéger la capacité de la grande distribution à faire des profits.

L'annonce par le ministre de la santé, mercredi soir après avoir été fortement secoué par les parlementaires de gauche à l'Assemblée nationale et au Sénat, de l'envoi de 40 millions de masques aux personnes les plus modestes est évidemment une bonne nouvelle, mais c'est un pis-aller. Même Florent Guéguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (qui rassemble près de 900 associations), qui ne réclame pas la gratuité, juge que « le périmètre de distribution » est « un peu étriqué » : « Des travailleurs pauvres, des familles modestes qui ont pu avoir des surcoûts liés à la crise et une baisse de pouvoir d'achat ne seront pas éligibles », tout comme « les familles qui sont au Smic et pour lesquelles le coût des masques coûte entre 100 et 200 euros » par mois. Devant les sénateurs, le ministre de la santé s'est livré d'ailleurs à un calcul du coût pour une famille moyenne qui n'avait aucun rapport avec la réalité.

DANS CES CONDITIONS, L'ANNONCE DE LA VISITE IMPROMPTUE DE LA MINISTRE DU LOGEMENT AUJOURD'HUI À BEZONS À MIDI POUR DISTRIBUER DES MASQUES DANS LES LOCAUX DE L'ASSOCIATION AURORE NOUS APPARAÎT COMME UNE OPÉRATION DE COMMUNICATION PARTICULIÈREMENT INDÉCENTE. NOUS DÉNONÇONS ÉGALEMENT QUE Mme MENHAOUARA SE PRÊTE AUSSI COMPLAISAMMENT À UNE TELLE MANIPULATION AU SERVICE DE LA PROPAGANDE GOUVERNEMENTALE.

C'est d'autant plus caricatural que le parti socialiste auquel adhère nominalement Mme Menhaouara réclame de manière répétée avec toute la gauche parlementaire la gratuité des masques. Mais nous savons que la cohérence et les convictions sincères n'ont jamais caractérisé la nouvelle maire de Bezons.

Les Bezonnais.e.s n'ont pas voté pour avoir à la tête de la municipalité un relais servile et caché de la propagande macroniste. C'est d'autant plus malsain ici qu'il s'agit de la santé des habitants et des plus modestes d'entre eux.

Nous continuerons donc à exiger de l'État et de la nouvelle municipalité que les masques désormais obligatoires dans tous les espaces collectifs clos soient gratuits et distribués à nos concitoyens. Il existe suffisamment de stocks dans les entreprises françaises qui ont décidé de produire dès mars des masques pour que l'État en achète massivement – une dépense dont le coût sera toujours inférieur aux conséquences d'une éventuelle deuxième vague. Ces masques doivent être considérés comme des "biens de santé" qui sont pour la plupart pris en charge par la solidarité dans notre pays.

Frédéric Faravel
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine & Socialiste de Bezons
Liste "Vivons Bezons"

infographie publiée par Le Parisien, rappelant le coût mensuel pour une famille confrontée au port obligatoire du masque dans les espaces publics clos.

infographie publiée par Le Parisien, rappelant le coût mensuel pour une famille confrontée au port obligatoire du masque dans les espaces publics clos.

Partager cet article

Repost0

commentaires