Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube. J'anime aussi le groupe d'opposition municipale de gauche "Vivons Bezons" et je suis membre du groupe d'opposition de gauche ACES à la communauté d'agglomération Saint-Germain/Boucle-de-Seine.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 17:41

La situation politique de notre pays en cette fin d’année 2021 est particulièrement périlleuse et inquiétante. Tout semble s’emboîter pour offrir le Peuple de France aux appétits voraces d’un bloc bourgeois (version libéral-autoritaire avec Emmanuel Macron, version réactionnaire avec Valérie Pécresse) et d’un bloc d’extrême-droite (Zemmour et Le Pen n’ayant pas de véritables différences).

Emmanuel Macron va profiter de sa position institutionnelle et européenne et se déclarera donc candidat le plus tard possible… Il est impératif de rappeler aux Français son bilan catastrophique : reculs des droits sociaux, reculs des libertés publics, perte de pouvoir d’achat pour les classes moyennes et populaires, cadeaux fiscaux à foison pour les plus riches, désindustrialisation et perte de souveraineté économique, casse de l’assurance chômage, casse de l’école publique et errements multiples face à la crise sanitaire : la liste n’est pas exhaustive...

Mais nous devons aussi mettre en garde nos compatriotes sur la boucherie démocratique et sociale qui suivrait une éventuelle réélection d’Emmanuel Macron : comme il n’aura plus de compte à rendre au peuple, ne pouvant prétendre à un 3ème mandat, il engagera un déchaînement de violence sociale inédit. La bourgeoisie d’affaires représentée par Macron et Pécresse, une partie de celle-ci qui s’est ralliée à Zemmour, ne rêve que de mettre à genoux pour le plus longtemps possible les classes populaires et les corps intermédiaires qui peuvent encore faire obstacle à leur prédation. Comme Thatcher avec les mineurs anglais. Marine Le Pen s’en prendrait tout autant aux droits des salariés, avec n’en doutons une violente répression promise aux mobilisations sociales, son pseudo vernis social n’ayant plus d’épaisseur qu’un flop plastique alimentaire.

2022 se jouera autour de la sauvegarde et même du renforcement de notre protection sociale que nous portons ou au contraire de sa mise à mort programmée. C’est cela qu’il faut marteler. Mais il ne suffit pas d’agiter le spectre de l’hypothèse d’une victoire de Le Pen pour le conjurer si l’alternative proposée est une autre forme de catastrophe politique et sociale. Face à ces menaces, c’est un scénario à l’italienne qui se profile : notre camp social effacé dans les urnes… c’est qui est en jeu aujourd’hui c’est l’avenir de la France et la capacité qu’aurait un bloc populaire et républicain, qui n’a pas d’autres relais que les forces de gauche, a lui offrir une perspective d’espoir plutôt qu’un abandon a des fatalités délétères.

Si je suis membre de la Gauche Républicaine et Socialiste, c’est entre autre parce qu’elle a depuis sa fondation toujours appelé toute la gauche à travailler à un « nouveau Front Populaire ». Depuis près de trois ans, nous assistons consternés aux oukases et anathèmes des uns contre les autres dès qu’ils arrivent sur un plateau TV, alors que nous arrivions à les réunir en bonne intelligence lors de nos diverses initiatives que ce soit « Déconfinons Le Débat » ou les Universités de la Gauche Républicaine. L’absurdité fut à son comble quand les mêmes qui n’ont pas de mots assez durs pour s’exclure mutuellement signaient parallèlement ensemble des recours au Conseil Constitutionnel contre les pires lois du quinquennat ou pour initier un référendum d’initiative partagée contre la privatisation d’ADP !…

Alors bien sûr je m'exprime ici à titre personnel, comme citoyen engagé en politique. Mais il est temps de le dire : Ça suffit ! La République Française n’est pas une cour de récréation pour des dirigeants politiques qui s’y disputeraient comme des gamins trop gâtés… Tous savent qu’aucun d’entre eux ne rassemble assez pour survivre au premier tour, mais ils préfèrent maudire le voisin même au prix de la mort de la République !

Il est temps que les uns et les autres prennent leurs responsabilités, devant l’histoire, devant la République, devant le Peuple français ! Soit ils décident de continuer comme avant et ils seront collectivement responsables de la boucherie démocratique et sociale promise ! Soit ils répondent enfin sincèrement aux appels de travail pour élaborer un projet commun pour un gouvernement populaire, républicain, social et écologique… Ce travail aurait encore pu être engagé voici quelques mois lorsque des réunions des différents responsables des organisations de gauche avaient été organisées à l’initiative reconnaissons le de Yannick Jadot. Elles avaient fait long feu, éteintes sous l’amoncellement de mauvaise volonté, d’arrières pensées et de mauvaise foi. Nous n’avons plus le choix ni le temps aujourd’hui : ce qui aurait pu être fait en 4 ans ou en quelques mois devra désormais l’être en quelques semaines !

Attention ! Ne nous y trompons pas, il ne s’agit pas ici d’organiser un casting en départageant les candidats concurrents en lice ou en choisissant une personnalité médiatique et soit disant populaire, dont on verra ensuite qu’elle ne l’était pas tant que cela. La Gauche française est malade du présidentialisme, les institutions de la Vème République l’ont asséchée et elle se complaît trop facilement dans la valse des égos et des nombrils. Le choix d’une primaire et d’un casting c’est à nouveau se condamner à l’échec, car une candidate ou un candidat ne peut convaincre, peut gagner sur sa personne. On crée une dynamique quand on rassemble – ce qui suppose un travail en commun et non une hégémonie artificielle – et quand on propose un projet commun. Les initiatives actuelles font l’impasse sur ce projet commun, ce "Pacte Législatif", quelles que soient leurs bonnes intentions originelles.

Avec mon parti, la Gauche Républicaine et Socialiste, avec Arnaud Montebourg, nous défendons la même ambition de redonner au Peuple français la maîtrise souveraine de son destin, de réparer le pays abîmé par des décennies de politiques libérales et par la crise sanitaire et de redresser son économie en rendant aux travailleurs leur dignité : ce projet qu’il a nommé « La Remontada de la France » est toujours pertinent et nous défendrons ses orientations. Mais comme Arnaud Montebourg et avec Arnaud Montebourg nous voyons les périls qui menacent notre pays et notre camp social. Il faut appeler toutes les organisations politiques de gauche et leurs candidat(e)s, les organisations syndicales, les collectifs citoyens et les associations de défense des libertés à être à la hauteur de l’enjeu, à la hauteur des attentes des Français, à la hauteur de la sauvegarde de la République ! Mettons nous enfin autour de la table, rattrapons le temps perdu et effaçons les occasions manquées ! Travaillons ensemble à construire du commun et à élaborer un projet commun qui pourra rendre espoir au Peuple de gauche et conjurer les menaces qui planent si sombrement sur la France. Le mode de désignation d’une candidate commune ou d’un candidat commun aura peu d’importance ensuite si ce travail est fait.

Entamons maintenant ce travail, c’est notre tâche historique… nous connaissons déjà les conséquences de ne pas vouloir essayer.

Frédéric FARAVEL
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
Coordinateur national des pôles thématiques de la GRS

5 candidats de gauche : choisiront-ils de s'accorder sur un projet commun que pourrait ensuite porter un candidat commun ? ou offriront-ils la victoire par avance à des droites qui sous leurs différentes sensibilités (libéral-autoritaire, bourgeoise-réactionnaire, pétainiste, national-populiste) détruiront la République ?

5 candidats de gauche : choisiront-ils de s'accorder sur un projet commun que pourrait ensuite porter un candidat commun ? ou offriront-ils la victoire par avance à des droites qui sous leurs différentes sensibilités (libéral-autoritaire, bourgeoise-réactionnaire, pétainiste, national-populiste) détruiront la République ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Laisser les droites détruire la République? Je pense qu'elles n'ont qu'un but! Renforcer le caractère monarchique et autoritaire de cet Etat dont elles ont établi en 1958 la constitution instituant non seulement une primauté de l'exécutif sur un législatif de godillots, mais en outre un système de déreprésentation dans la représentation: au premier tour, on élimine la partie du peuple qui n'aura pas droit à une représentation. Et c'est cela que vous baptisez république?
Répondre
F
oui je pense que les différentes droites - libérale-autoritaire, bourgeoise-réactionnaire, identitaire-pétainiste, national-populiste - visent chacune à leur façon à détruire le modèle républicain qui n'est pas qu'un système institutionnel mais aussi une mise en musique de principes fondateurs qui construit avec le temps un modèle universaliste et social spécifique.
Les institutions de la Cinquième République sont mauvaises, je ne reviendrai pas dessus ici j'ai suffisamment écrit dessus dans ce blog pour ne pas avoir à me répéter. La République il faut la sauver, les institutions de la constitution de 1958 et un mode de scrutin inadapté, non...