Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 16:39

Nous sommes au printemps 2009, deux ans après le séisme électoral qui a propulsé mario dumont dans le siège de chef de l'opposition officielle. Pendant ces deux années, Jean Charest s'est maintenu au pouvoir avec le concours alterné de l'Action démocratique et du Parti québécois. De son côté, le parti de René Lévesque a digéré, de peine et de misère, son amère défaite. D'intenses discussions, de graves déchirements ont agité le PQ. Avec des acteurs et des stratèges de la scène politique québécoise, nous avons voulu faire un petit exercice de politique-fiction: de quoi pourrait avoir l'air le PQ dans 2 ans? Montez dans la machine à voyager dans le temps et choisissez votre scénario.

Scénario A: l'éclatement

Ce qui est arrivé
Après les élections, André Boisclair est demeuré 1 an à la tête du Parti québécois. Sous sa gouverne, le PQ a officiellement mis son option en veilleuse. La souveraineté demeure donc l'objectif ultime, mais le référendum n'est plus un automatisme. C'est, en gros, le retour aux conditions gagnantes de Lucien Bouchard. Le programme du PQ reste de centre gauche. Les purs et durs, ulcérés par ce qu'ils considèrent comme une trahison, ont quitté le parti. Les souverainistes qui se retrouvent plus à droite dans le spectre idéologique ont aussi quitté le PQ pour l'ADQ, persuadés que Mario Dumont sera, à terme, celui qui fera la souveraineté. Car, à l'issue de négociations constitutionnelles infructueuses, il pourrait, croient-ils, être contraint de tenir un référendum sur la souveraineté.

Ce qu'ils en pensent
Les purs et durs du Parti québécois n'accepteraient pas facilement que l'on mette la souveraineté sur la glace. «Le Parti québécois existe pour faire la souveraineté du Québec», lance Paul Bégin, ex-ministre péquiste et membre de la faction dure. Il partirait, advenant une mise en veilleuse de l'option ? «Certainement», dit-il, rappelant le schisme qu'avait créé, en 1985, la doctrine d'affirmation nationale de Pierre Marc Johnson.

«À partir du moment où le PQ n'est plus souverainiste, quelle est la différence entre le PQ et le PLQ dans la gestion de l'État à la petite semaine ? Pas grand-chose», ajoute Patrick Bourgeois, éditeur du journal Le Québécois et membre, jeune celui-là, de l'aile pure et dure. «Si on s'enligne pour un autre beau risque, à l'aile orthodoxe, on va se réunir et voir ce qu'on fait

«Le risque d'éclatement est réel», dit un ancien élu péquiste. «Parce que nous n'avons plus de chef immense pour nous tenir. Le réflexe de l'Homo pequs, c'est le Messie. Mais là, c'est fini».

Une fois la souveraineté mise en veilleuse, le Parti québécois, une coalition hétéroclite de gens de gauche et de droite, perdrait son ciment, estime Jean-Claude Rivest, sénateur libéral et fin observateur de la scène politique québécoise. «Si on enlève le couvercle sur la marmite du Parti québécois, il y a 2 sauces qui vont sortir : une de droite et une de gauche», illustre-t-il.

Le débat gauche-droite s'engagerait donc au PQ. Et si d'aventure l'aile gauche, qui a gagné beaucoup de muscle, remportait la mise, un certain nombre de souverainistes partiraient, estime l'ex-ministre Jacques Brassard. «On a encore un programme social-démocrate des années 1960-1970. Si on choisit de s'engager à gauche encore davantage, moi, je décroche. Et il y en a beaucoup qui vont décrocher

Ces souverainistes de droite iraient-ils se réfugier dans les bras de Mario Dumont ? En tout cas, un gouvernement Dumont relancerait «l'industrie constitutionnelle», croit Jean-Claude Rivest, qui était l'éminence grise de Robert Bourassa au moment de l'accord du lac Meech. «Avec Mario, on rembarque dans la démarche de Jean Lesage, de Robert Bourassa. Mais si on accepte ça, on va frapper un mur

«Beaucoup de souverainistes sont tentés par l'ADQ parce qu'ils pensent qu'il faut rejouer dans le grand film constitutionnel», admet un péquiste de longue date.


Scénario B: le «New PQ»

Ce qui est arrivé
Oui, le Parti québécois a mis son option sur la glace en revenant aux conditions gagnantes de Lucien Bouchard. Mais non, cette redéfinition n'a pas causé de schisme. Quelques « caribous» sont partis, mais la majorité des membres a volontiers accepté que le référendum ne soit plus un automatisme. Cependant, la discussion sur la nature idéologique du programme a été vive. Les tenants d'un «New PQ», à l'image du New Labour de Tony Blair, ont finalement remporté le combat. Le Parti québécois, disent-ils, sera donc fidèle à ses racines - souveraineté et social-démocratie -, mais les moyens pour atteindre ces objectifs seront différents. Cette orientation n'a pas plu aux éléments les plus à gauche, qui ont quitté le parti pour se joindre à Québec solidaire.

Ce qu'ils en pensent
«L'erreur qu'on fait, c'est de penser que le référendum est le ciment du PQ. Le ciment, c'est la souveraineté, observe Jacques Brassard. L'immense majorité des membres va accepter d'emblée cette réorientation

Sauf rares exceptions, les purs et durs resteraient au Parti québécois, croit aussi Jean-François Lisée, ex-conseiller de Jacques Parizeau et de Lucien Bouchard. «Lévesque a essayé toute sa vie de les faire partir et ils ne partent jamais», dit-il à la blague de cette faction orthodoxe, qui représente, selon lui, un minime 5% des membres du PQ.

«Ces gens-là continuent de parler de souveraineté comme si on était en 1971! Ils m'exaspèrent, lance le père de la stratégie étapiste, Claude Morin. Il faut proposer une feuille de route pour la souveraineté, mais la route n'a pas à être construite avant l'hiver !»

Jonathan Valois, l'un des 3 mousquetaires péquistes qui avaient pondu un rapport incisif sur la souveraineté, est d'accord. «À un moment donné, il va falloir arrêter de se faire gouverner par ces gens-là. Il va falloir les convaincre qu'on est en train d'étouffer la question nationale», lance-t-il.

Cependant, les remises en question au Parti québécois devront aller bien au-delà de son article 1, estime l'ex-ministre Joseph Facal. « Les Québécois veulent une offre politique qui part de leurs besoins réels. On ne renie pas la social-démocratie ; on offre une réponse social-démocrate aux besoins des gens

«Personne n'avait de doute sur les valeurs de Tony Blair. Et ça lui a permis de faire des ouvertures au centre», observe Jean-François Lisée. 
Et qu'est-ce que ça veut dire, concrètement ? «Relisez le manifeste des lucides», dit Joseph Facal. Dégel des droits de scolarité, augmentation des tarifs d'électricité.

Les propositions des lucides devraient cependant être remaniées, estime Richard Nadeau, professeur de sciences politiques, qui a aussi été conseiller de Bernard Landry. «Il faudrait faire une synthèse en intégrant les éléments de diagnostic des lucides, mais aussi d'autres éléments qu'ils n'avaient pas abordés, comme l'environnement

Mais l'aile gauche n'accepterait jamais ce genre de compromis. «Le SPQ-libre va faire ses valises et on devra l'assumer», renchérit Jacques Brassard en parlant du club politique de gauche formé au PQ sous Bernard Landry.

Scénario C: le statu quo

Ce qui est arrivé
Après la défaite crève-coeur de 2007, André Boisclair a fait long feu comme chef. Juste avant l'été, il tombe, achevé par les couteaux bien aiguisés de ceux qui lui reprochaient sans relâche la débandade du PQ. Une course à la direction s'engage, dominée par Gilles Duceppe. Parce qu'ils veulent être élus, les aspirants à la direction s'écartent très peu de l'orthodoxie péquiste. Tous s'engagent donc à tenir un référendum au cours du premier mandat s'ils sont élus. La social-démocratie classique demeure également à l'ordre du jour. Après une longue course à la direction, Gilles Duceppe est élu par une large majorité.

Ce qu'ils en pensent
«Relisez les journaux de 1987 ou 1988. Le PQ était mort, le PQ était rétrograde... Des mots très durs. Et pourtant, avec Jacques Parizeau, on a réussi à remonter la pente. Ce n'est pas vrai que c'est en renonçant à ce qu'on est qu'on va réussir», dit Paul Bégin.

Pour l'ex-ministre de la Justice, la recette du succès est simplissime : le PQ doit retrousser ses manches et continuer la pédagogie. «Il faut faire le cheminement qu'on a oublié de faire depuis le départ de Jacques Parizeau : faire la promotion de la souveraineté.» Et la chose passe immanquablement, croit M. Bégin, par un changement de chef. «Scénario probable : le PQ fait comme d'habitude : il tue son chef et ne change rien», ironise un ex-ministre péquiste.

Or, selon plusieurs, ce scénario serait suicidaire. «Ce serait la NPDisation du PQ. On se condamnerait à être un parti de protestation qui ferait 20% et moins du vote. C'est l'insignifiance», dit un péquiste de longue date. «La pire chose, ce serait que rien ne change», acquiesce Jonathan Valois.

«On est entrés dans un autre beau risque. Mais ce n'est pas nous qui l'avons lancé : c'est l'électorat qui a répondu», dit Jean-Pierre Charbonneau, ex-ministre péquiste. «La stratégie de 2004 a un petit côté suicidaire. Elle est insensée. Elle risque de nous conduire à un 3ème référendum perdant», ajoute Jacques Brassard. «Il faut que les gens acceptent de tout remettre en cause», renchérit Yves Martin, ex-conseiller de Jacques Parizeau et de Lucien Bouchard.

Partager cet article

Repost 0
Published by FARAVEL - dans Francophonie
commenter cet article

commentaires