Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 12:46

Samedi 12 mai 2007, le Parti socialiste s'est réuni en Conseil national pour se préparer aux élections législatives, qui se présentent dans les pires conditions après la défaite à l'élection présidentielle. Tout n'y aura pas été dit sur les causes de cette défaite, sur les conditions de cette élection "que nous ne devions pas perdre" après 5 années où la Droite s'était pourtant discréditée aux affaires. Les responsables du Parti socialiste ont tenté de faire taire un instant leurs querelles et de présenter une figure, quelque peu articifielle sans doute mais imposée, d'un parti qui veut faire face à la difficulté dans la responsabilité collective. Dominique Strauss-Khan et Ségolène Royal ont pourtant continué à expliquer à la presse tous les handicaps qui plombaient le Parti socialiste, belle manière en effet de mettre ses petits camarades en conditions avant d'aller voir les électeurs qui se sentiront rassurés par un tel tableau et auront plus de facilités encore à voter pour les candidats socialistes... mais passons ! tout cela n'est que vétilles !

Car l'important est ailleurs : Ségolène a raison ! en tout point et d'ailleurs l'élection présidentielle est une victoire de sa réflexion et de sa stratégie (ben 46,94% ça les vaut bien non?) qui avaient très fortement définies les trois thèmes porteurs de la campagne : valeur Travail, refus de l'assistanat, ordre juste... tous critiqués par ces félons de responsables socialistes qui n'ont cessé de les dénoncer comme n'étant "pas de gauche" ! Outre que je n'ai entendu aucun responsable socialiste, où que ce soit et à quelque moment que ce soit, que la valeur Travail était de droite, que des critiques dans un débat d'idée au moment de l'investiture interne ont été émises sur la portée et la signification du concept d'"Ordre juste" (mais plus jamais ensuite), il semble cependant que Nicolas Sarkozy ait été plus convaincant sur ses thèmes là... d'ailleurs la candidate malheureuse l'a généreusement concédé, seule concession à ses ignobles détracteurs socialistes (traîtres !!!!), mais l'important est qu'elle eût raison, tout de même.

Pourtant qui a parlé de "plein emploi", et sût le faire savoir, à propos de la valeur travail ? Nicolas Sarkozy... Qui a fait campagne sur les principales préoccupations des électeurs dans cette élection : logement, emploi, salaire, protection sociale, etc. ? je cherche encore... Par contre que n'a-t-on parlé du drapeau, de l'identité nationale, de l'autonomie des universités, etc. Mais non vous vous trompez : c'est la droite qui a fait campagne sur des thèmes que nous avions définis, donc nous avons gagné ! Aveugles que vous êtes !

Bon c'est vrai que tous n'ont pas été très disciplinés, que le débat interne d'investiture tel qu'il a été organisé aurait fini par desservir n'importe lequel de nos trois candidats qui en serait sorti, donnant à nos adversaires la petite musique nécessaire pour bousculer la crédibilité du ou de la socialiste... OK, et personne ne le contestera, comme personne ne contestera non plus qu'ensuite tous les éléphants ont attendu des ordres, des messages, que tous nous les militants avons été de zélés portes-paroles quelques soient nos sensibilités, que nous avons beaucoup attendu souvent le matériel de campagne, que nous avons parfois eu du mal à suivre les multiples virages en dérapages contrôlés de la stratégie de l'équipe de campagne. Et bientôt les études sortiront pour expliquer que "non le parti socialiste n'a pas été une force d'inertie pour la candidate, non son programme économique n'a pas plombé Ségolène Royal", comme ils rappellent déjà que dès le premier tour la principale motivation de ses électeurs était défensive et non l'adhésion à son "Pacte". Après tout Ségolène Royal a tout fait pour mettre le Parti à distance, dès le début,avant même d'être désignée, et c'est surtout de cela qu'elle a souffert en terme d'organisation.

Mais il reste des zélateurs absolus, des pour qui le doute n'existe plus : ceux qui derrière chaque responsable du parti, quelqu'aient été son attitude pendant la campagne, venaient hurler derrière lui en discussion avec la presse "Machin avec Ségolène, Machin avec Ségolène", ou encore ces jeunes rassurants de la Ségosphère levant une banderole devant la Mutualité "Gloire à nos dirigeants, qui font bloc avec Ségolène". Là je le sens bien notre grand parti de toute la Gauche : du maoïsme au pentecôtisme...! aimons-nous les uns les autres.

Frédéric FARAVEL

Partager cet article

Repost 0
Published by FARAVEL - dans Parti Socialiste
commenter cet article

commentaires