Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 09:42
logopsquadri-1.jpgREFONDER LA GAUCHE


Chers amis,
Chers Camarades,



Nous vous proposons de nous retrouver pour débattre ensemble et analyser plus en profondeur les raisons des deux défaites que la gauche vient de subir au printemps 2007 et pour réfléchir à la dynamique qu'il faut recréer pour préparer l'avenir.


JEUDI 5 JUILLET 2007
à 20h30

Maison des associations
Rue du four Gaudon à Ecouen
(plan ci-dessous)

La Vague bleue annoncée par les instituts de sondage n'a pas eu lieu. La gauche socialiste et écologiste a fait mieux que résister lors des législatives. Les résultats qui sont tombé le dimanche 17 juin au soir en ont surpris plus d'un car la gauche fait un bien meilleur score aujourd'hui qu'en 2002 et surtout après un premier tour extrêmement défavorable.
L'électorat de gauche s'est plus fortement mobilisé au 2nd tour, motivé par le rejet de la TVA sociale et d'un assemblée promise "bleu horizon".
La gauche se trouve en position de s'opposer convenablement à la politique réactionnaire annoncée par le président de la République, elle a aujourd'hui le socle solide qui l'oblige et lui permet de se refonder et de tirer les leçons qu'elle n'a pas tirées en 5 ans du 21 avril 2002, du 29 mai 2005 et dernièrement du 6 mai 2007.

Il est important de ne pas se tromper sur la signification des scrutins du printemps. Lors des élections présidentielles, Ségolène Royal a été portée au 1er comme au 2nd tour de scrutin essentiellement par une logique défensive, l'adhésion n'a pas été le moteur principal de sa candidature et de son "pacte présidentiel".
Le dimanche 17 juin 2007, une fois de plus, le peuple de gauche se sera mobilisé de manière défensive : ne pouvant sérieusement  prétendre faire adhérer les électeurs à un programme qu'ils jugeaient avoir été battus le 6 mai (pourtant différent de celui de Ségolène Royal), les leaders socialistes ont martelé le danger que représentait la TVA sociale : preuve qu'on peut mobiliser son électorat quand on a un discours clair et - bien que défensif - ancré clairement  à gauche.
Dans le Val d'Oise, cela n'a pas suffit, nous sommes l'un des rares départements où le PS sort affaibli du scrutin ; il y a là-aussi un devoir d'inventaire.

Tout déni de ralité prolongé sur la défaite et ses causes plongerait la gauche et notre capacité à transformer la société en France, en Europe et dans le monde, dans une nouvelle impasse.

Il est temps de reconstruire la Gauche en parallèle au devoir d'opposition qui nous incombe.
  • Reconstruire dans le dialogue avec toute la gauche démocratique, sociale-démocrate, écologiste, altermondialiste, républicaine et antilibérale ;
  • Reconstruire dans la clarté car on ne peut accepter des divergences avec ses camarades qu'à la condition que celles-ci soietn clairement et sereinement mises sur la table ;
  • Reconstruire en faisant face à la réalité du monde tel qu'il est, en exigeant des conquêtes à réaliser dans notre temps, en faisant face aux erreurs qui nous ont conduits à perdre en 2002 et en 2007.
La campagne électorale nous ayant tous accaparés, cela fait un moment que nous ne nous sommes pas retrouvés ensemble, nous serons donc heureux de vous voir. La soirée se terminera par le verre de l'amitié.

Amitiés socialistes,

Charlotte Brun, Frédéric Faravel, Xavier Morin, Adélaïde Piazzi,
membres du bureau fédéral du Parti socialiste du Val d'Oise pour la motion 5

ruedufourgaudon.gif

Partager cet article

Repost0

commentaires

Luc Vesdun 06/07/2007 02:13

PARIS, 4 juil 2007 (AFP) – Des élus socialistes, dont plusieurs partisans de Ségolène Royal, ont décidé de se lancer sans attendre dans la rénovation du parti, estimant que le processus proposé par la direction "n'est pas à la hauteur de l'enjeu". "Le Parti du mouvement ne doit pas devenir aujourd'hui une machine à broyer les énergies neuves, comme l'issue du dernier Conseil national, plus que décevant, peut le laisser craindre", écrivent dans un communiqué plusieurs élus du parti, dont les députés Gaëtan Gorce, Arnaud Montebourg, Manuel Valls, Christian Paul, Patrick Bloche, Patricia Adam, Christophe Caresche, le maire de Bondy Gilbert Roger... "Pour combattre les idées claires de la droite dure, le PS ne saurait se contenter d'idées floues, de vieilles recettes", ajoutent-ils, refusant "la tentation dominante" de l'immobilisme et défendant "une transformation profonde" du parti. Pour eux, "le processus proposé par la direction n'est pas à la hauteur de l'enjeu": "réplique pure et simple de la méthode déjà proposée en 2002", il risque d'amener aux "mêmes funestes résultats" en 2012 qu'en 2007. "C'est d'un changement beaucoup plus radical et beaucoup plus profond que nous avons besoin", affirment-ils. Pour ce faire, il faut que "tous ceux qui en ont assez des querelles de personnes, des luttes de clans et des ambitions présidentielles se rassemblent, non pour fonder un énième courant ou une énième sensibilité mais pour ouvrir un dialogue franc, approfondi, sans tabou ni a priori, sur les causes de nos défaites et sur les moyens d'y répondre". "Il faut changer de méthode pour changer le fond", a précisé à l'AFP Gaëtan Gorce, qui craint que le parti n'organise qu'un débat "personnalisé et instrumentalisé par les luttes de clans". Et si la direction du parti ne lui "inspire pas confiance", il affirme qu'il ne s'agit en rien d'un procès de personne contre François Hollande, à qui il reproche d'être "la clef de voûte d'un système" qui n'a pas de capacité à "changer rapidement".   Signez la pétition pour la rénovation ! >>> http://www.mesopinions.com/Renovation-du-PS---petition-pour-un-congres-anticipe-petition-petitions-2c973d79c206ad6767f33c71b7f40c58.html    

FARAVEL 06/07/2007 09:29

c'est l'hôpital qui se fout de la charité... ces braves camarades dénoncent les décisions prises en conseil national le 23 juin 2007, mais aucun d'entre eux n'a proposé d'alternative lors de cette réunion du parlement du Parti socialiste. Aucun ne s'est opposé sérieusement à ce qui a été décidé ce jour-là ; Gaëtan Gorce et Manuel Valls ont bien pris la parole pour dire tout le mal qu'ils en pensaient mais cela ne s'est traduit à aucun moment dans les votes du conseil national.Expliquer aujourd'hui que le débat de la rénovation du Parti socialiste se fera en dehors du Parti socialiste voilà une curieuse manière de concevoir le débat démocratique, le respect du cadre du Parti socialiste et de ses fonctionnements : n'oubliez pas que le PS a toujours eu une tradition de représentation proportionnelle démocratique pour rassembler les différentes opinions qui le composaient, la seule période où se fonctionnement fut supprimé (la SFIO de 1946 à 1965), notre parti s'est effondré électoralement... si vous voulez supprimer la proportionnelle par quoi allez vous la remplacer ? les petits chefs ?