Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 16:39
Benoît Hamon invité de "Bourdin & Co"
RMC - J. J. Bourdin | 16 juillet 2007
ligne 

PARIS (AFP) - BCE, euro fort : "où sont les résultats de Sarkozy ?", demande Hamon (PS).

Benoît Hamon (PS) a demandé lundi "où sont les résultats" de Nicolas Sarkozy sur la politique de la Banque centrale européenne et l’euro fort, l’accusant d’avoir accepté "le silence ou le statu quo" sur ces dossiers en échange d’un accord sur le traité simplifié européen.

"Que Nicolas Sarkozy, qui parle avec beaucoup de force de l’euro fort, ait des résultats dans ce domaine-là !", a lancé le député européen sur RMC.

"Où sont les résultats aujourd’hui de Nicolas Sarkozy sur la politique de la Banque centrale européenne et le fait que l’euro est surévalué ?", a-t-il insisté.

Le président français et la chancelière allemande Angela Merkel devraient évoquer ces questions, sur lesquelles les deux pays ont de fortes divergences, lors de leur rencontre lundi à Toulouse.

Selon M. Hamon, le chef de l’Etat "avait une occasion de négocier un tournant" lors du Conseil européen des 21 et 22 juin, où les Européens se sont accordés sur un projet de traité simplifié remplaçant la défunte Constitution européenne.

"Ce tournant en matière de politique monétaire, il a été bien incapable de le négocier parce qu’il a négocié en échange de son mini-traité le silence ou le statu quo sur la question de la politique de la Banque centrale européenne", a affirmé l’élu socialiste.

"On constatera dans les semaines qui viennent et dans les mois prochains, a-t-il prédit, que l’euro continuera à être très, très fort par rapport au dollar, au yuan et au yen", ce qui rend l’économie française "bien moins compétitive que celle de nos principaux rivaux et partenaires commerciaux".

Partager cet article

Repost0

commentaires