Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 13:54

La demande de libération conditionnelle de Bertrand Cantat ne sera pas examinée avant septembre
LE MONDE | 28.07.07 | 13h44  •  Mis à jour le 28.07.07 | 13h44

cantatbertrand.jpgertrand Cantat passera le mois d'août à la prison de Muret (Haute-Garonne). Le chanteur de Noir Désir, qui a purgé la moitié de la peine de huit ans à laquelle il a été condamné par le tribunal de Vilnius pour avoir frappé à mort sa compagne, l'actrice Marie Trintignant, le 26 juillet 2003, espérait pouvoir solliciter une libération conditionnelle. Il devra attendre septembre pour rencontrer le juge d'application des peines qui suit sa détention.

Transféré en France en septembre 2004, Bertrand Cantat avait passé un an dans la prison en Lituanie. Il a depuis obtenu quelques permissions de sortie pour rejoindre sa famille notamment à l'occasion des fêtes. Le chanteur n'a pas un statut de détenu ordinaire. L'appétit médiatique qu'a suscité cette affaire ne s'est jamais démenti et il a fallu instaurer, dans l'établissement de Muret, un système de contrôle particulier, notamment de ses codétenus, pour protéger son image.

Cela n'a pas empêché la diffusion dans l'hebdomadaire VSD (21 au 28 février 2007), de photos, manifestement prises à l'aide d'un téléphone portable à l'intérieur du centre.

A la demande du directeur de l'administration pénitentiaire, Claude d'Harcourt, une enquête interne a été confiée à l'inspection des services pénitentiaires, dont on ne connaît pas pour l'heure les résultats. L'avocat de Bertrand Cantat, Me Olivier Metzner, a de son côté intenté devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans le droit de la presse, une procédure pour "atteinte à la vie privée". Au cours de l'audience, le 4 juillet, il a sollicité 150 000 euros de dommages et intérêts. Le jugement a été mis en délibéré au 1er octobre.

MENOTTÉ

Les hebdomadaires VSD et Paris Match ont été condamnés définitivement à respectivement 5 000 et 6 000 euros d'amende pour la publication de photos montrant le chanteur de Noir Désir, avec des menottes, à l'occasion de l'une de ses comparutions pendant l'instruction à Vilnius.

L'affaire Cantat-Trintignant est également devenue une affaire financière, concernant le préjudice subi par les quatre enfants de Marie Trintignant, nés de pères différents qui n'ont pas tous réagi de la même façon. Un compte bloqué destiné à percevoir les revenus tirés par le chanteur de la sortie d'un CD et d'un DVD avait été ouvert à leur profit.

Le metteur en scène Samuel Benchetrit, partageait la vie de l'actrice avant qu'elle ne rencontre Bertrand Cantat. Il élève deux des enfants de Marie Trintignant et avait fait savoir en septembre 2005 qu'il ne demanderait "pas un centime à un type pareil". Un accord financier est en revanche intervenu avec l'acteur François Cluzet, père d'un autre enfant de Marie Trintignant, qui réclamait 300 000 €, ainsi qu'avec Roman Kolinka, le fils aîné de l'actrice aujourd'hui majeur. "Plus rien n'est dû", indique Me Metzner.

À l'automne 2006, les élus Verts et communistes avaient contesté la proposition du maire de Paris, Bertrand Delanoë, de donner le nom de l'actrice à un square de la capitale. Les écologistes s'étaient abstenus et le PC avait voté contre. La décision avait finalement été adoptée. Et le 13 mai 2007, le square de l'Ave-Maria, dans le 4e arrondissement, a été rebaptisé Marie-Trintignant.

 


Pascale Robert-Diard
Article paru dans l'édition du 29.07.07

Partager cet article

Repost0

commentaires

sam 16/09/2007 01:49

Je pense plutot que c'est traiter qqun de recidiviste avant l'heure et parler depourrir en prison qui est insultant.Il y a un systeme judiciaire qui permet d'etre liberé sous condition. Cela permet (je ne m'étendrai pas sur les arguments pour) de remplacer le vengeance par la justice justement.Sans vouloir etre aggressif, je voudrais juste preciser que le but du systeme est de juger avec recul, constructivité, et non avec ses tripes.

emy 15/09/2007 20:10

liberer bertrand cantat,  c'est une insulte au systeme judiciere ,moi je suis contre ,il doit pourrir en prison       ;;;; l'ecouter chanter  beurk  il devrait se pendre comme on la dit ,il ne manquera a personne , quelqu'un comme lui recommencera surement  , la france aimerait elle les récidiviste?recommencer une nouvelle vie alors qu'il vient d'oter une et sa femme  ,,,,,,je suis degouteeeeee