Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 13:35
La crise entre les Flamands et les francophones enflamme la Chambre belge des députés
LE MONDE | 11.10.07 | 15h59  •  Mis à jour le 11.10.07 | 15h59
BRUXELLES CORRESPONDANT

n incident survenu à la Chambre belge des députés, mercredi 10 octobre, a entraîné un approfondissement de la crise qui oppose les partis flamands et francophones. Invitée, au lendemain de la rentrée officielle du Parlement, à examiner des propositions flamandes visant à scinder l'arrondissement électoral et judiciaire bilingue de Bruxelles-Hal-Vilvorde, au nord de la capitale belge, la commission de l'intérieur a été le théâtre d'une division claire : les néerlandophones sont restés en séance, alors que tous les francophones quittaient la salle. L'histoire des relations entre les deux communautés a beau être tumultueuse, elle a rarement été marquée par de tels épisodes.

L'affaire a eu des conséquences immédiates sur les difficiles négociations gouvernementales. Celles-ci avaient repris sous la conduite d'Yves Leterme, chef de file des démocrates-chrétiens flamands. Mercredi soir, M. Leterme a annulé une conférence de presse au cours de laquelle il devait annoncer un accord sur les questions de politique étrangère et européenne. Lundi, les quatre partis censés former un jour l'"Orange bleue" avaient trouvé un terrain d'entente sur l'asile, l'immigration et l'acquisition de la nationalité.

L'incident survenu en commission, prélude à un probable vote Flamands contre francophones sur une question institutionnelle très sensible, pourrait ruiner la stratégie du formateur. Tirant la leçon d'une première expérience de formation ratée, celui-ci espérait engranger divers accords avant d'en venir au chapitre de la réforme du fédéralisme, sur laquelle les deux communautés restent en totale opposition.

HOMOGÉNÉITÉ LINGUISTIQUE
Tous les représentants flamands demandent la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, dit BHV, invoquant la nécessaire homogénéité linguistique du territoire flamand. Contraints de revoir le statut BHV suite à un arrêt de la Cour constitutionnelle, Flamands et francophones formulent des propositions radicalement différentes. Tandis que les Flamands prônent une séparation nette, les francophones veulent préserver les droits dont jouissent plusieurs dizaines de milliers des leurs vivant à la périphérie de Bruxelles. Les différentes formations francophones proposent, par exemple, une extension des limites de Bruxelles, région bilingue, ou une consultation de la population sur sa volonté d'appartenance à l'une ou l'autre région.

Le débat est byzantin mais divers observateurs estimaient qu'un éventuel vote de la majorité flamande contre la minorité francophone sur Bruxelles-Hal-Vilvorde serait l'un des possibles déclencheurs d'un vrai divorce belge. Des négociateurs de l'Orange bleue avaient suggéré de former le gouvernement avant de rechercher un compromis sur ce dossier.

C'est le président de la commission de l'intérieur, Pieter De Crem, membre du même parti que M. Leterme, qui a mis le feu aux poudres. Il s'est rangé à une demande du Vlaams Belang - extrême droite xénophobe et séparatiste - qui exigeait une conclusion de la discussion et un vote.

Jean-Pierre Stroobants
Article paru dans l'édition du 12.10.07

Partager cet article

Repost 0
Published by FARAVEL - dans Francophonie
commenter cet article

commentaires