Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 09:31
Barack Obama passe devant Hillary Clinton dans la course aux superdélégués
LEMONDE.FR avec AFP, Reuters et AP | 11.05.08 | 08h46  •  Mis à jour le 11.05.08 | 08h46

n cap peut-être décisif a été franchi ce week-end dans la course à l'investiture démocrate. En s'assurant, vendredi 9 mai, du soutien de sept "superdélégués", puis de trois autres samedi, Barack Obama a fait un pas de géant vers une victoire face à sa rivale Hillary Clinton. En tête dans la course aux délégués "simples", vainqueur des primaires dans un plus grand nombre d'Etats, plus populaire au plan national que Mme Clinton, le sénateur de l'Illinois est en passe de franchir le seul obstacle qui pouvait encore lui barrer la route de l'investiture : obtenir le ralliement d'une majorité de superdélégués, ces cadres et élus démocrates qui sont habilités à se prononcer librement pour le candidat de leur choix lors de la convention nationale du parti, le 4 novembre. Début février, l'ex-première dame avait encore dans son camp 90 superdélégués de plus que son adversaire. Désormais, M. Obama peut compter sur le soutien de 273 superdélégués, contre 272 à la sénatrice de New York. L'équipe de campagne de M. Obama calcule qu'il lui suffit de gagner le soutien de 157 délégués ou superdélégués pour être soutenu par les 2 025 nécessaires pour s'assurer l'investiture. Quelque 253 superdélégués n'ont pas encore annoncé leur choix. Les 6 dernières primaires prévues jusqu'au 3 juin permettront en outre d'élire 217 délégués "simples".
 
"LA COURSE N'EST PAS TERMINÉE"

OAS_AD('Middle1');

Face à cette sérieuse déconvenue, Hillary Clinton peine à contre-attaquer et se voit même obligée de jouer la défensive. Le site internet TalkingPointsMemo a ainsi indiqué que la candidate avait participé samedi à une téléconférence avec des superdélégués la soutenant encore, à la fois pour les implorer de lui garder leur soutien et pour leur assurer que "la course n'était pas terminée".

De fait, même si nombre de médias ont déjà enterré la candidature de Mme Clinton, aucun raz-de-marée n'a encore permis à M. Obama de crier victoire. Les personnalités les plus influentes du parti démocrate, la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, le chef de la majorité au Sénat Harry Reid, l'ancien vice-président Al Gore, restent muets, comme s'ils voulaient éviter de siffler eux-même la fin de la partie. "Au fur et à mesure que se déroulent les primaires, un vainqueur émergera, et je ferai connaître mes vues", a seulement indiqué Mme Pelosi.

COMMENT CHOISIR ?

Un parlementaire qui n'a pas encore fait son choix, Jason Altmire, résumait vendredi, sur la chaîne MSNBC, le dilemme qui se pose à nombre de cadres démocrates : comment choisir entre la candidate qui a gagné dans sa circonscription, en Pennsylvanie, et celui qui a remporté le plus de voix dans le pays ? "Je vais laisser à Mme Clinton la chance qu'elle mérite d'aller au bout du processus, et voir si elle peut rattraper son retard", tranchait-il, repoussant le moment du choix jusqu'au 3 juin, date de la dernière primaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by FARAVEL - dans Amérique(s)
commenter cet article

commentaires