Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 22:21
j'ai écrit ça le 16 février au soir ; après les délires vaticano-camerounais de Benoît XVI cela me paraît d'autant plus d'actualité...
Fred


chers amis,
je vous écris après avoir écouté ce soir (une fois n'est pas coutume) "Le téléphone sonne" sur la question de la réintégration des 4 évêques de la Fraternité Saint-Pie-X dans l'Église Romaine.
Il m'apparaît important d'offrir aujourd'hui au désarroi des Catholiques d'Europe de l'Ouest, et plus particulièrement celui des Français, un débouché utile.
d'où la publication d'une lettre ouverte à suggérer à des figures majeures de l'oecuménisme et à des personnalités moins identifiées.
Le but de cette lettre ouverte serait de préparer une hypothèse gallicane faisant ouvrir une nouvelle phase à une oecuménisme blessé, alors que le Pape Benoît XVI a d'ores-et-déjà entamé une réaction impressionnante sur Vatican II.
Il s'agirait de rappeler ces premiers exploits de Cardinal effrayé par les conséquences de Vatican II, après les mouvements de libération socio-culturels du monde occidental dans les 70's. Sa sortie un an avant de devenir Pape sur l'incompatiblité pour les chrétientés non-catholique et non-orthodoxe avec le statut d'Église ; son choix ouvert de privilégier dans le dialogue inter-chrétien comme interlocuteur les éléments les plus retardataires de l'orthodoxie slave ; le rétablissement de la prière pour la conversion des juifs et celui de la messe en Latin ; les ambigüités provocatrices et les affirmations erronées sur immanence, transcendance et Raison face l'Islam dans son discours de Ratisbonne ; et enfin en parfaite cohérence avec tout ceci la poursuite à tout prix d'une réconciliation totale avec les intégristes, qui explique ces constants retours sur les acquis de Vatican II. Il semble que le Pape et avec lui la Curie ait choisi ce qu'il considère comme la meilleure voie du raffermissement du dogme romain par l'intégration de ces brebis galeuses, comme une tactique de reconquête par la foi en Europe.

Nous savons que les communautés de fidèles catholiques européens restent profondément attachés aux avancées de Vatican II, qu'ils ont choisi la voie de l'adaptation au monde et à la modernité, celle de l'acceptation des principes de 1789, de la voie oecuménique, du dialogue inter-religieux et de l'Humanisme.
Nous constatons qu'alors que le bilan de Jean-Paul II est globalement positif du point de vue de la vitalité et de l'ouverture du Catholicisme, il existe une continuité malheureuse avec l'actuel pontificat : la liquidation d'un catholicisme progressiste latino-américain - sous prétexte d'éradiquer la théologie de la Libération -, laissant la place à un conservatisme et parfois un fondamentalisme jugé plus apte de résister à la vague de conversions évangéliques (cf. les Légionnaires du Christ). Aujourd'hui l'Amérique latine est le théâtre d'un combat radical entre 2 fondamentalismes chrétiens, il ne produit dans cette terre principale de l'Église Romaine plus que des Papabile conservateurs, qui défendent une hypothétique pureté du dogme ; de l'autre côté, l'agressivité des fondamentalismes évangéliques apporte le 2e terme d'un affrontement globalisé de plus en plus violent.

Les Chrétiens d'Europe occidentales, issus des Églises catholiques, protestantes et anglicanes, ne peuvent que partager le même désarroi. Car aujourd'hui dans la pratique peu de choses séparent les fidèles à la base.
Créons ensemble une structure chrétienne nouvelle, fondé sur la pluralité théologique, à l'image de cette Église invisible - celle des âmes, si différente de l'Église visible des potentats humains -, qui soit capable de poursuivre ce travail de rapprochement oecuménique que ne permettent plus le Pape et la Curie romaine.
Ensemble nous ouvrirons les débats sur l'organisation des communautés, le célibat des prêtres, le rétablissement de la Communion réelle entre chrétiens, l'approfondissement du débat sur la grâce et les oeuvres et enfin la relance du dialogue religieux avec nos frères juifs et musulmans, pour la Paix des Hommes.
Frédéric Faravel

Partager cet article

Repost0

commentaires