Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 15:14
Dominique Strauss-Kahn propose de "casser la machine à faire des pauvres"

ous affirmez que la tendance en faveur de Ségolène Royal s'inverse, que vous êtes désormais en mesure de la battre. Sur quoi vous fondez-vous ?

Depuis que les candidatures ont été déposées, début octobre, chaque jour qui passe, la donne change. Il y a un mouvement réel. Je le sens lors de mes déplacements et de mes contacts.

Les sondages, qui ne concernent que les sympathisants, ne peuvent prédire le vote des militants. J'ai la conviction qu'il peut y avoir un deuxième tour et que, si tel est le cas, il sera très ouvert. Je ne vois pas la réserve de voix dont pourrait disposer Ségolène Royal.

Et la vôtre ? Qu'est-ce qui pourrait inciter les militants fabiusiens à voter pour vous ?

Si nous avons eu des différences sur la question européenne, leur conception de la politique est très proche de la mienne.

Quelle est-elle ?

C'est le sens de la responsabilité politique, c'est le rejet d'une démocratie d'opinion. C'est le sentiment qu'il faut construire le combat politique sur des convictions, et la conviction que les problèmes principaux des Français sont des problèmes économiques et sociaux et non des problèmes qui s'organisent principalement autour du rappel à l'ordre.

Plusieurs cadres jospinistes ont réclamé de pouvoir voter blanc lors du scrutin interne. C'est donc que vous n'êtes pas leur candidat naturel…

Ce n'est pas ce que je constate sur le terrain – bien au contraire ! Ceux qui ont été déçus que la candidature de Lionel Jospin ne se traduise pas dans les faits ne voteront pas pour Ségolène Royal – d'ailleurs Lionel Jospin s'est lui-même exprimé là-dessus –, ne voteront pas pour Laurent Fabius, et ils voteront quand même, parce qu'aucun socialiste aujourd'hui n'a envie de rester à l'écart du choix qui va être fait pour 2007.

Regardez ce qu'a écrit dans vos colonnes Alain Geismar, qui a été un jospiniste "pur et dur ", et qui donne une argumentation imparable : "J'ai vu trop de gens pleurer le 21 avril 2002 pour ne pas faire le choix de la raison." Et ce choix, c'est : je ne veux pas voter pour l'une, je ne peux voter pour l'autre, donc je voterai pour Dominique Strauss-Kahn.

Ségolène Royal vous a ravi l'image de la modernité. Cela vous irrite-t-il ?

Je n'ai jamais cessé de considérer que j'incarnais la modernité ! Pendant un temps, j'ai eu, c'est vrai, une difficulté à faire valoir dans les médias ce que je pensais. Il est vrai aussi que Ségolène Royal incarne quelque chose de neuf. Je partage avec elle le fait de vouloir une rénovation du parti, de la vie politique et du pays. Simplement, nous n'incarnons pas la même modernité.

Qu'est-ce qui vous distingue de vos deux rivaux ?

Aujourd'hui, il y a deux stratégies politiques différentes entre lesquelles les adhérents vont devoir choisir – celle de Ségolène Royal et la mienne. D'abord, les priorités. La mienne est économique et sociale : il est vain de chercher à résoudre la crise de la représentation si les Français n'ont pas de réponse à leurs difficultés économiques et sociales. Or elle défend avant tout l'idée de l'ordre, juste dit-elle. Ensuite, la cohérence. La mienne est clairement social-démocrate, fondée sur un ensemble de convictions et ayant l'ambition de proposer une offre politique nouvelle. Je considère l'autre stratégie davantage "attrape-tout" : c'est d'abord une volonté de répondre au coup par coup à des demandes contradictoires de l'opinion.

Enfin, la conception de la fonction présidentielle. Je veux un président de la République engagé, qui se batte pour les convictions sur lesquelles il a été élu. Je ne veux pas d'un président attentiste. De ces trois différences, j'en tire une quatrième, décisive pour battre la droite : la priorité économique et sociale, la cohérence des propositions et la présidence engagée, voilà ce qui semble nécessaire pour rétablir la confiance. Je suis pour une société de confiance alors que je vois assez fortement une société de suspicion sur certaines propositions qui ont été faites, comme celle sur les jurys populaires.

Et Laurent Fabius ?

Il est volontiers critique à l'égard de la social-démocratie. Il a un programme traditionnel de la gauche française qui s'appuie presque exclusivement sur la décision d'Etat et qui, je le crains, est devenue insuffisante dans le monde d'aujourd'hui.

Que direz-vous aux militants si vous êtes qualifié pour le second tour ?

Je les appellerai à voter utile. Voter utile, c'est avoir à l'esprit que la gauche ne peut gagner que si elle montre un autre chemin et que si ce chemin est jugé praticable. Les Français rejettent le libéralisme que proposent la droite et – plus encore – Nicolas Sarkozy, mais ne sont pas encore disposés à voir dans ce que proposent les socialistes un chemin praticable.

Si nous ne sommes pas capables de montrer que notre modèle de solidarité peut survivre dans la compétition internationale et qu'il peut aussi apporter à la France la compétitivité nécessaire, alors les Français voteront pour Nicolas Sarkozy. Ma conviction est que seul mon projet d'une société de confiance peut le battre.

Pourquoi avoir combattu les 35h face à Martine Aubry alors que vous les aviez préconisées lors de la campagne des législatives de 1997 ?

Les 35h étaient une réforme nécessaire. Mais, et j'en prends ma part de responsabilité, nous l'avons fait trop largement par la loi, en privilégiant une démarche étatiste. Il aurait fallu plus de négociation. J'en ai tiré les leçons. C'est là qu'interviennent le compromis social et la méthode social-démocrate. L'objectif des 35h était juste, la réduction du temps de travail nécessaire, mais nous l'avons conduite trop à l'ancienne.

Vous privilégiez donc la démarche contractuelle. Que reste-t-il au politique ?

Beaucoup ! Il y a des domaines où il lui appartient de conduire les réformes. Il y en a d'autres où il doit impulser la négociation et faire en sorte que le rapport de force ne soit pas le même sous la droite ou sous la gauche. Quand je propose le "pacte de l'Elysée", qui consiste à traiter d'ici à la fin 2007 des grandes questions qui minent la confiance des Français, il s'agit d'une négociation avec les partenaires sociaux où l'Etat est porteur d'un mandat politique, et non pas un arbitre neutre. Il ne s'agit pas seulement de dire que les partenaires sociaux se réunissent et que ce qu'ils décident sera transcrit dans la loi. Il s'agit de peser dans la négociation à partir du mandat politique reçu. Dans le combat dans les entreprises et l'économie de marché, le rôle de la gauche, c'est d'aider les salariés dans la négociation.

Mme Royal dit s'inspirer du modèle nordique. Le vôtre est-il anglo-saxon ?

Il nous faut inventer ! Je veux une social-démocratie renouvelée, adaptée au temps de la mondialisation. Cela n'a rien à voir avec le modèle anglo-saxon ni avec le modèle nordique.

Qui, en Europe, a élaboré ce modèle de sociale-démocratie renouvelée ?

Personne, et c'est bien pour cela que nos partenaires européens commencent à se tourner vers nous. La proposition du service public de la petite enfance qui a été inscrite dans le projet socialiste au titre de l'égalité réelle, après forte pression de ma part, est une illustration concrète du renouvellement de la social-démocratie. Celle-ci a été fondée sur une pratique de redistribution, certes indispensable, mais dont on voit les limites : 50 ans après, les inégalités prospèrent toujours.

L'idée que la gauche ne peut plus se contenter de constater les inégalités de marché pour les corriger après coup, mais qu'elle doit s'attaquer à la mécanique même de création de ces inégalités pour casser la machine à faire des pauvres, cette idée-là est clairement née ici et irrigue une partie de la réflexion de nos partis frères.

Vous parlez d'une "énorme" machine à redistribuer. Faut-il la faire maigrir ?

Non, mais il faut la rendre plus efficace. Je ne dis pas qu'on redistribue trop, je dis que cela ne suffit pas et qu'il faut attaquer les inégalités là où elles se créent. Peut-être que cela permettra, dans 10 ans ou 15 ans, d'avoir moins besoin de redistribution. C'est l'espoir qu'on peut former, mais on en est loin.

Vous souhaitez un président qui s'engage et soit responsable. Jusqu'à quel point ?

Pour moi, un président engagé n'est pas la vigie du navire, mais le dirige. Ce n'est pas un président ambigu qui couvre à la fois la gauche et la droite. Il est certes le président de tous les Français, mais il a un mandat à remplir. Lorsque sa politique est désavouée massivement, il doit en tirer les conséquences. Il n'y a pas de procédure prévue dans notre Constitution, et je ne préconise pas qu'on en élabore dans l'urgence. Mais si les Français me choisissent pour occuper cette fonction, je serai le président engagé sur le mandat qu'ils m'auront donné. Devant un échec patent, j'en tirerai les conséquences en démissionnant. C'est ce qu'aurait dû faire Jacques Chirac au lendemain du référendum sur l'Europe.

Est-il normal que le président s'engage sur l'adhésion de la Turquie sans avoir le soutien de sa majorité ni de la population ?

Le président de la République française se doit d'avoir une position. Il ne peut pas se réfugier derrière la future consultation du peuple français, ne serait-ce que parce qu'il sera amené à signer des documents engageant la France bien avant que le référendum soit à l'ordre du jour.

Doit-il avoir un mandat du Parlement ?

Il ne peut pas être lié par un mandat impératif. Il a en revanche un mandat politique que lui ont confié ses électeurs. C'est pourquoi il est indispensable que la campagne permette de dire la vérité sur tous les problèmes auxquels nous serons confrontés.


Propos recueillis par Arnaud Leparmentier Caroline Monnot, et Jean-Baptiste de Montvalon

DSK promet au Pas-de-Calais
une gauche qui dit la vérité

ersuadé que "le flux en faveur de Ségolène Royal s'est complètement tari", que "le reflux" est engagé et que "le doute sur le fait qu'elle puisse gagner s'est instillé" dans les esprits, Dominique Strauss-Kahn se démultiplie dans la dernière ligne droite. En espérant que celle-ci ne s'achève que le 23 novembre, date de l'éventuel second tour de scrutin pour la désignation du candidat socialiste à l'élection présidentielle.

Avant de rentrer à Paris, mardi 31 octobre, pour participer à l'émission de Marc-Olivier Fogiel - "T'empêches tout le monde de dormir", sur M6 -, l'ancien ministre de l'économie a sillonné le Pas-de-Calais. Depuis que le régional de l'étape, Jack Lang, a jeté l'éponge - sans faire connaître, pour l'heure, sa préférence -, la deuxième fédération du PS est un enjeu de taille que se disputent les candidats restés en lice.

Fort du soutien que lui a manifesté "à titre personnel" le premier secrétaire de la fédération, Serge Janquin, "DSK" s'est rendu à Boulogne-sur-Mer, Béthune et Bruay, avant d'achever son périple par une réunion publique à Libercourt. Devant quelque 300 militants rassemblés en cet ancien coeur du bassin minier, l'ancien ministre s'est efforcé de donner un accent plus social à son propos.

Se disant soucieux de "représenter la France de ceux qui souffrent, des chômeurs, des précaires, de ceux qui travaillent dur", "DSK" n'a pas manqué, sur ce terrain, de relativiser les propositions de Ségolène Royal en matière de démocratie participative. "Bien sûr, c'est utile, mais il faut surtout traiter les problèmes de fond : les problèmes sociaux et économiques, les problèmes du chômage et de la précarité", a-t-il relevé. "Ma priorité, elle est claire. C'est l'économie pour servir le social", a-t-il insisté, résumant en ces termes son projet : "Ma ligne politique, c'est la social-démocratie, avec le social comme objectif et la démocratie comme méthode."

M. Strauss-Kahn est venu avec une promesse, le "plein emploi dans moins de dix ans". "On me regarde et on me dit : "Attends, on ne peut pas faire cela". Moi, je dis que nous pouvons le faire", a-t-il ajouté, en misant sur le retour de la "confiance". Cela posé, "DSK" s'est surtout employé à prévenir les doutes hérités de profondes désillusions passées. "Je ne me satisfais pas de ce que la gauche ait été élue 3 fois, et que 3 fois, 5 ans après, les électeurs nous aient dit "Rentrez chez vous !", a souligné M. Strauss-Kahn, pour appuyer son plaidoyer en faveur d'une "gauche qui dise la vérité".

Ces déclarations d'intention n'ont pas convaincu tout le monde. "Peut-on faire une politique socialiste avec une économie libérale ?", l'a interrogé un "ouvrier d'Hénin-Beaumont", en rappelant l'ampleur des dénationalisations et délocalisations intervenues sous le gouvernement de Lionel Jospin. "Il faut faire avec l'économie de marché. Moi, je n'en ai pas d'autre", a répliqué "DSK". Avant d'assurer, toutefois, que la gauche pourrait s'employer à la "transformer".


Laurent Fabius dénonce la "pensée de marché" de son rival

'il partage avec Dominique Strauss-Kahn l'espoir d'un second tour, Laurent Fabius entend bien lui disputer âprement la place de challenger de Ségolène Royal. "Je serai vraisemblablement deuxième au premier tour" du scrutin pour l'investiture socialiste à l'élection présidentielle, a déclaré l'ancien premier ministre, jeudi 2 novembre, en marge d'une réunion publique à Clamart (Hauts-de-Seine).

Pour se donner les moyens d'atteindre cet objectif, l'ancien premier ministre a changé d'arme et de cible. Regrettant que les débats officiels ne permettent pas aux candidats de s'interpeller, M. Fabius a entrepris de diffuser une sorte de publicité comparative. Et décidé, dans l'immédiat, de concentrer le tir sur "DSK".

"Au stade où nous en sommes, je crois qu'il commence à être possible d'établir des distinctions", a-t-il indiqué jeudi soir, tout en assurant qu'il se garderait de toute "critique personnelle". Certaines de ces "distinctions" apparaissent dans un argumentaire en dix points diffusé jeudi sur le site de campagne de M. Fabius. A Clamart, devant quelque 400 personnes, l'ancien premier ministre a réservé une place de "choix" aux propositions de M. Strauss-Kahn.

MISE EN GARDE

Concernant l'"amélioration du pouvoir d'achat", M. Fabius estime que l'augmentation du smic doit précéder l'organisation d'une conférence salariale, doutant fortement que "le seul fait de faire siéger à la même table les syndicats et le Medef" permette d'aboutir à un accord sur ce point.

Au chapitre de la "refonte des institutions", M. Fabius conclut son plaidoyer pour une "République parlementaire nouvelle" par une mise en garde qui, elle aussi, vise clairement "DSK" : "Si on est pour un régime présidentiel, qu'on le dise !"

Evoquant (en présence du président de la MNEF, Bruno Julliard) "le premier sujet, le premier projet" que constitue "l'éducation nationale laïque", M. Fabius balaie d'un mot la "remise en cause de la carte scolaire" préconisée par Mme Royal - "Au nom de quoi ?" -, pour s'appesantir sur la proposition strauss-kahnienne visant à permettre aux chefs d'établissement de recruter les enseignants. "Ce système existe aux Etats-Unis", note l'ancien premier ministre, précisant qu'il ne fait subsister "aucun statut, aucune disposition nationale".

Reprenant une expression employée par "DSK" lors d'un déplacement aux Etats-Unis, à la mi-septembre, M. Fabius a également indiqué qu'il ne proposait pas, pour sa part, de " dynamiter l'université".

Le "patrimoine de départ" que M. Strauss-Kahn veut accorder aux jeunes ? "Ça a été fait par Tony Blair, c'est sympathique", a ironisé M. Fabius, en décrivant en ces termes le dispositif : "On donne à un jeune 5 000 € et on lui dit : 'Avec ça, tu te débrouilles'." Cette 'idée de pécule' serait révélatrice : 'Lionel Jospin disait avec justesse : "L'économie de marché existe, je ne suis pas partisan d'une société de marché'. Là, c'est le troisième stade : ce n'est pas l'économie, ni la société, c'est la pensée de marché."

Interrogé lors de l'émission "Question d'info LCP-Le Monde-France Info", jeudi, M. Fabius a mis un seul bémol à son pronostic quant à l'issue du scrutin interne au PS : "S'il s'agit seulement d'un concours médiatico-sondagier, les choses seront plus compliquées", a-t-il reconnu.

Partager cet article

Repost0

commentaires