Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 11:31
Pour la petite histoire, rappelons tout de même que la "mise en congé" du parti de son propre fait n'existe pas... Encourageons la commission nationale des conflits à se montrer d'une sévérité exemplaire en excluant ce personnage indélicat du Parti, manquant de courage au point de s'inventer des portes de sortie virtuelles, pour soulager réellement la campagne de Ségolène Royal.

Georges Frêche annonce sa ''mise en congé'' du Parti socialiste
LEMONDE.FR avec Associated Press | 16.01.07 | 17h07  •  Mis à jour le 16.01.07 | 17h34

e président socialiste du conseil régional Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, a déclaré, mardi 16 janvier, à l'Associated Press qu'il s'était ''mis en congé pour trois ou quatre mois du Parti socialiste''. Il a ajouté avoir adressé une lettre en ce sens au premier secrétaire du PS François Hollande, via Robert Navarro, premier secrétaire de la fédération de l'Hérault.

Il anticipe ainsi la décision de la commission nationale des conflits du PS, qui doit se réunir le 27 janvier pour statuer sur son cas et qui l'aurait vraisemblablement exclu, suite à ses propos du 14 novembre 2006. Il avait alors déploré que l'équipe de France de football compte "neuf Blacks sur onze. La normalité serait qu'il y en ait trois ou quatre." Le bureau national du PS avait décidé à l'unanimité, le 21 novembre, de saisir l'instance disciplinaire du parti. "S'il s'avère que les propos rapportés sont exacts, alors il y a incompatibilité avec son appartenance au PS", avait-il estimé.

M. FRÊCHE DÉNONCE UN "RÈGLEMENT DE COMPTES"

''Je prends cette décision dans l'intérêt de Ségolène Royal et par respect pour elle'', a-t-il expliqué. ''Il fallait trouver un consensus jusqu'à l'élection présidentielle. C'était un peu la panique, à Paris. Je continue à soutenir Ségolène Royal, mais je ne veux pas compliquer son combat, qui sera très dur face à un Sarkozy coriace et brillant''.

Refusant de dévoiler le contenu du courrier envoyé à François Hollande, M. Frêche a néanmoins précisé qu'il y avait selon lui ''deux poids, deux mesures'' au sein du PS. ''Un réquisitoire très dur a frappé [lundi] le président socialiste de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon [dix mois de prison avec sursis, 75.000 euros d'amende et un an d'inéligibilité]. Que je sache, il n'est pas pour autant convoqué devant la commission nationale des conflits du PS. Ma convocation relevait plus du règlement de comptes que de la justice interne du parti''.

Des responsables du PS avaient souhaité que M. Frêche décide de lui-même de se mettre en congé du parti. "Le mieux serait que, dans un souci d'apaisement, M. Frêche décide par lui-même. Cela lui éviterait de se voir infliger une sanction pénible et douloureuse", avait indiqué M. Hollande au Monde, lundi 15 janvier.

Le 11 février 2006, M. Frêche avait traité les harkis de "sous-hommes", ce qui lui avait déjà valu une suspension des instances dirigeantes du PS. Le tribunal correctionnel de Montpellier doit rendre son jugement le 25 janvier. Le procureur avait réclamé une amende de 15 000 euros à l'encontre de M. Frêche.

Partager cet article

Repost0

commentaires