Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 08:45
Lilian Thuram dénonce "la banalisation du discours du Front national"
LEMONDE.FR avec AFP | 27.03.07 | 19h31  •  Mis à jour le 27.03.07 | 19h42

e défenseur de l'équipe de France Lilian Thuram a brisé, mardi 27 mars, la monotonie des conférences de presse en dénonçant "la banalisation du discours du Front national" à propos des questions ayant trait à l'identité nationale. Thuram, membre du Haut Conseil à l'intégration, estime, à la veille du match amical France-Autriche, que 5 ans après le 21 avril 2002, "la situation s'est aggravée".
Le joueur, qui dit suivre la campagne surtout sur Internet, admet que la question de l'identité nationale est un élément du débat. "Pour sortir de la crise identitaire dans laquelle on se trouve, il faut avoir une réflexion et accepter que celle-ci est en mouvement", précise-t-il. Selon lui, "il y a des choses inacceptables et il faut les dénoncer. Regardez l'histoire du Chinois [sans-papiers interpellé le 20 mars devant l'école où sont scolarisés ses deux petits-enfants] que l'on veut expulser. Ce n'est pas l'image que l'on doit donner de la France".

"JE SAIS POUR QUI JE NE VAIS PAS VOTER"

Dans un entretien au site Internet de Métro, il durçit le ton face à Nicolas Sarkozy : "Je suis assez étonné qu'on puisse avoir l'idée de créer un ministère de l'immigration et de l'identité nationale. Quoique, venant de lui, rien ne me surprend. C'est une continuité. Un cheminement pour essayer de récupérer les voix du Front national."

Lilian Thuram "parle un peu"  de ces questions avec ses coéquipiers et affirme aller "voir certains d'entre eux pour leur dire d'aller voter". S'il ne dévoile pas pour qui il va voter, il précise : "Je sais pour qui je ne vais pas voter".

 

Partager cet article

Repost0

commentaires