Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 08:52
Régis Soubrouillard - Marianne | Jeudi 1 Juillet 2010 à 12:01

Invité de Jean-Pierre Elkabbach à répondre à Christian Estrosi qui l'avait cité en référence comme un ministre qui avait cumulé des fonctions au sein d'un parti, l'ancien premier Ministre Lionel Jospin a tenu à infirmer ces mises en cause, dénonçant sous le règne de Sarkozy les relations incestueuses entre les politiques et le grand pouvoir financier.

Leçon d’éthique politique ce matin sur Europe 1. Dans le rôle du maître, Lionel Jospin. Au piquet, Eric Woerth.  Toute la maison UMP. Bref, la Sarkozie, et ses liens consanguins avec le monde de l’argent.
La veille sur la même antenne, en mauvais camarade, c’est peu dire, Christian Estrosi a « balancé » les noms de Juppé et Jospin, anciens premiers ministres présumés cumulards eux-mêmes de fonctions gouvernementales et au sein de leur parti.
Le sang de Jospin n’a fait qu’un tour : « l’intervention de Monsieur Estrosi est faite pour créer une idée d’équivalence. « Tous pareils », en somme. Or, c’est totalement faux pour ce qui concerne les socialistes ».

Et Lionel Jospin d’énumérer point par point sa carrière : « Quand François Mitterrand me demande d’être premier secrétaire, il me dit « vous ne serez pas au gouvernement et durant le premier septennat, je ne serai pas au gouvernement». Quand je rentre au gouvernement, lors du second septennat, en 1988, je démissionne immédiatement de mon poste de premier secrétaire du PS» a précisé l’ancien ministre de l’Education nationale. « Même chose en 1997 quand je gagne les législatives, je démissionne et François Hollande prend ma place au parti. Et jamais un trésorier du PS depuis 30 ans n’a été membre du gouvernement ».

Lionel Jospin estime qu’il y a « entre les dirigeants d’aujourd’hui, le président et les membres du gouvernement, une promiscuité trop grande entre le pouvoir politique et le pouvoir de l’argent, les milieux d’affaires et les grandes fortunes ». En référence à Lévi-Strauss, l’ancien premier ministre évoque une relation « presque incestueuse, loi universelle qui devrait s’appliquer aux relations entre les politiques et le grand pouvoir financier ».

Pour un retour à des règles saines entre politiques et puissances financières

Pesant ses mots, Lionel Jospin ne s’en fait pas moins comprendre sur l’affaire Woerth-Bettencourt : « un ministre du Budget ne doit pas souhaiter que sa femme soit dans la société de gestion de patrimoine de la première fortune de France ».

Sans aller jusqu’à reprendre les mots de Ségolène Royal qui évoquait la
« corruption d’un système », Jospin  continue à appuyer là où ça fait mal, distinguant les conditions d’exercice  du pouvoir sous Jospin et Sarkozy : «J’étais bien sûr attentif aux grandes entreprises et je défendais leurs intérêts mais jamais en cinq ans, je n’ai passé un week-end ou pris un déjeuner ou un dîner privé en tête à tête avec un grand patron. Ces hommes et ces femmes défendent leurs intérêts, font toujours du lobbying » a-t-il assuré. « Ce qui pose problème aujourd’hui, c’est le mélange de relations privées, de gens qui dinent ensemble, chassent ensemble, font des croisières ensemble et de rapports publics. C’est ça qu’il faut éviter et rétablir des règles saines ».

Si la leçon vaut sans doute pour Jospin, l’histoire a montré aussi que la gauche de gouvernement ne maîtrisait pas ses cours sur le bout des doigts…

Partager cet article

Repost 0
Published by FARAVEL - dans Carton Rouge !
commenter cet article

commentaires