Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 13:34

banniere_MLG.jpgDepuis le 6 mai et le 17 juin 2012, la gauche française - et en son sein le Parti Socialiste qui en est plus que jamais le pivot - a conquis le pouvoir, disposant en parallèle d'atouts inédits en terme de situation politique pour réaliser le changement : Présidence de la République, Assemblée nationale, Sénat, Régions, Départements, grandes villes... Le Parti Socialiste détient dans chacune de cette instances ou strates territoriales, la majorité - seul ou en partenariat avec les écologistes, les radicaux, les chevènementistes et le Front de Gauche.

Une telle situation n'était jamais arrivée, offrant à la gauche les outils pour redresser puis transformer le pays, mais l'obligeant évidemment à une terrible responsabilité.

Par ailleurs, les évolutions institutionnelles impliquent, sauf accident improbable, que le PS n'aura pas à régler dans les 5 années à venir la question du leadership qui l'a tant empoisonné pendant 10 ans, après l'échec de Lionel Jospin à la présidentielle et la gifle politique du 21-Avril.

Le congrès de Toulouse pourrait donc être ce moment tant attendu où les socialistes peuvent enfin aller au fond de leurs interrogations sur la meilleure manière de réussir le changement qu'ils sont promus, pas simplement autour des 60 engagements de François Hollande, mais au-delà sur le long terme - car il nous faudra emporter 2017 pour transformer réellement la société -, et parce que le Parti Socialiste avait élaborer un projet politique plus large adopté par les militants en juillet 2011.

C'est sur la base qu'il faut poursuivre le travail.

Pourtant, tant sur le choix du calendrier - extrêmement contraint - que sur l'image qu'a donné d'elle-même une partie des dirigeants du PS, pour choisir le premier signataire de la motion dite "majoritaire", premier signataire considéré automatiquement comme le "nouveau" (ou pour les plus respectueux des formes "futur") Premier Secrétaire, le PS n'a pas été à la hauteur du travail accompli pendant 3 ans avec Martine Aubry et de l'organisation des Primaires Citoyennes.

Pourtant, le PS doit aborder tous les débats qui peuvent éclairer la marche du gouvernement et nous permettre d'anticiper l'évolution de la situation politique. En effet, si ce gouvernement échoue, ce n'est pas une autre gauche plus radicale qui se lévera, mais une droite dure alliée à l'extrême droite.

À nous de veiller que le redressement dans la justice promis par la gauche soit une rupture à la fois volontariste et pragmatique, avec les politiques qui ont conduit la France et l'Europe au bord de la récession. À nous de trouver la voie pour une réelle et profonde réorientation de la construction européenne, pour que l'Union devienne plus démocratique, plus sociale et porte un nouveau modèle économique dans un monde toujours plus troublé. On ne peut pas d'un côté expliquer que l'on s'oppose au traité Merkozy puis soutenir une motion qui défend l'adoption de ce traité austéritaire. Voilà une posture qui déstabilise les socialistes au moment où ils doivent renforcer la bataille culturelle pour une Europe où vive la souveraineté populaire.

Parlons salaires ! Parler de tous les salaires, donc aussi des retraites et de l'allocation autonomie. Travaillons ensemble au rétablissement de l'ordre public social par la restauration du droit DU travail et du droit AU travail… Engageons enfin la révolution fiscale dont notre pays et l'Europe ont besoin !

Engageons franchement et réellement dans la transition énergétique, en décidant aujourd'hui la sortie progressive du nucléaire et en développement des modes de production et de consommation plus sobres et plus efficaces. Sachons réinterroger les « vaches sacrées » de la société de consommation pour choisir une société solidaire et durable.

L’État doit redevenir un acteur de l'économie. Reconstruisons une véritable stratégie industrielle, où les salariés aient leur mot à dire et où l'économie sociale et solidaire. Défendons et renforçons nos services publics. Créons l'environnement favorable à une réappropriation citoyenne de l’économie et ouvrons le débat pour étendre la gratuité pour un accès universel aux droits et biens fondamentaux.

Redonnons à la laïcité une vision offensive, établissons concrètement l'égalité femmes-hommes et faisons reculer toutes les discriminations. Faisons vivre la priorité à la jeunesse annoncée par le président en refondant l'école et en restaurant l'université publique pour tous. L'égalité des territoires (sécurité, culture, développement urbain, décentralisation, logement, Outre Mer) doit structurer l'ensemble de nos politiques.

Il est temps de rompre avec la dérive présidentialiste et providentialiste du régime en redonnant toute sa place au parlement, en le rendant plus éthique, plus démocratique et plus efficace. Après des années à faire progresser l'idée de la VIème République parlementaire et primo-ministérielle dans la gauche et le PS, ses principaux hérauts ont déserté ce combat. Maintenant la Gauche est la seule à rependre cette exigence démocratique.

Dans un monde en permanente ébullition, bouleversé par la dérégulation financière et commerciale, les socialistes doivent retrouver les fondements de leur engagement internationaliste en promouvant de nouvelles règles multilatérales et la souveraineté alimentaire. Agir pour la paix dans le monde et pour le désarmement doit redevenir un combat socialiste.

Nous devons proposer à tous nos partenaires politiques, syndicaux et associatifs, les espaces et les outils pour construire en commun l'avenir de la France et de l'Europe : concertons-nous, élaborons des réflexions et des actions communes. Le PS doit rester le parti exemplaire qu'il a été depuis près de 4 ans, fort de sa démocratie interne et capable de mobiliser les citoyens (notamment avec le Primaires). Avec des militants mobilisés et formés, 26. nous populariserons d'autant mieux les réformes du gouvernement que le PS en aura débattu en amont.

Frédéric FARAVEL

Partager cet article

Repost 0
Published by FARAVEL - dans Parti Socialiste
commenter cet article

commentaires