Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 07:13

319525_2525056894078_1483063331_32816835_614335710_n.jpgLes Primaires citoyennes initiées par le Parti Socialiste sont un véritable succès. On attendait au maximum 1 million de votants, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui se sont pressés dans les bureaux de vote tenus par les militants et sympathisants socialistes.

Oui il s'est passé quelque chose dans le pays, le peuple de gauche a envie de mouvement, le peuple de gauche a envie de changement ; le peuple français veut se débarrasser de Nicolas Sarkozy et plus de deux millions de ses membres ont utilisé les primaires citoyennes pour le dire. Il n'y a qu'à voir les mines dépitées et les explications - soit embarrassées, soit emplies de déni ridicule - des "ténors" de la droite pour le comprendre.

Mais ces primaires citoyennes ont envoyé un autre message, tout aussi fort celui-là, que devrait entendre les professionnels de la politiques et des médias pour qu'ils cessent de faire des erreurs d'analyse sur la gauche française. Le peuple de gauche est venu dire aux dirigeants du Parti Socialiste qu'il ne voulait plus uniquement gérer le système à la marge mais le changer parce qu'il est injuste. Le peuple de gauche est venu nous dire qu'on ne se sauvera pas des marchés en leur obéissant. Le peuple de gauche est venu dire qu'il était temps de se débarrasser du "ça" néo-libéral qui plombe nombre d'élus socialistes.

Au moins sur BFM-TV on aura entendu pour une fois des analyses plus subtiles que d'habitude. Ruth Elkrief a bien dit ce qui est la conséquence du 1er tour pour la semaine qui vient : François Hollande s'il veut l'emporter devra à nouveau infléchir sa ligne politique, alors que Martine Aubry n'a pas besoin de changer son discours et sa stratégie. Voilà qui ne devrait pas gêner l'ancien Premier Secrétaire du PS, il a changé plusieurs fois d'avis dans la campagne :

  • refuser d'augmenter le budget de l'éducation nationale puis annoncer l'embauche de 60.000 enseignants ;
  • abroger à HADOPI puis peut-être que non ;
  • faire adopter le droit au mariage et à l'adoption pour tous les couples et puis peut-être que non ;
  • refuser le non cumul des mandats et puis dire que finalement on le fera peut-être mais en 2014 ;
  • refuser la "règle d'or" budgétaire de Sarkozy pour annoncer qu'il fera voter la "règle d'or" ;
  • etc.

Les amis de François Hollande n'ont plus qu'un seul argument : il serait plus rassembleur et il ferait un meilleur score face à Nicolas Sarkozy. Mais outre le fait que les sondages ne sont pas plus pertinents pour projeter les résultats d'avril et mai prochains qu'ils ne l'étaient pour déterminer le résultat du premier tour de la primaire citoyenne, ces mêmes sondages indiquent des scores assez comparables pour Martine Aubry et François Hollande. Mais ce qui paraît certain c'est Martine Aubry est plus en situation de rassembler la gauche et les écologistes autour d'un contrat de gouvernement.

Alors on nous dit qu'Arnaud Montebourg serait devenu l'arbitre du scrutin avec également Ségolène Royal. Qu'on juge donc quelles sont les propositions de Martine Aubry depuis le début de cette campagne, avec toujours la même cohérence :

  • le refus net et clair de la "règle d'or" budgétaire ;
  • la claire volonté d'une gestion saine des finances publiques mais sans entrer dans une "course à l'échalote" à l'austérité qui nous serait imposée par la droite et dans laquelle est entrée François Hollande ("déficit 0" en 2017) ;
  • la création d'une banque publique investissement et la séparation des banques d'affaires et des banques de dépôts ;
  • le "Juste échange" ;
  • la stratégie de sortie progressive du nucléaire d'ici 20 à 30 ans ;
  • la transformation de l'Europe pour faire de l'UE une terre d'innovation mais aussi de protection contre le dumping fiscal, social et environnemental ;
  • le retour de la politique industrielle pour relocaliser les entreprises et l'emploi, en engageant la transition écologique et énergétique ;
  • la refondation de l'école publique ;
  • la réforme profonde de la "médecine de ville" et la renaissance de l'hôpital public ;
  • le retour d'une politique salariale offensive ;
  • l'égalité réelle femme-homme ;
  • la rénovation profonde des institutions françaises avec la parité et le non-cumul des mandats pour les parlementaires ;
  • etc.

AubryDuflotAux électeurs de gauche de faire le bon choix pour le 2nd tour des primaires citoyennes, qu'ils aient voté Arnaud Montebourg ou Ségolène Royal, ou encore qu'ils n'aient pas voté le 9 octobre. Vous êtes électeurs socialistes, communistes ou écologistes : venez voter en masse le 16 octobre 2011.

Choisissez le Changement avec une Gauche forte : votez Martine Aubry !

 

 

 

Frédéric Faravel


Partager cet article

Repost 0

commentaires