Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 09:10

PS 95Une fois de plus, le Premier secrétaire fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste a refusé de soumettre au vote du conseil fédéral une résolution politique qui était proposée par certains de ses membres.

Ainsi, la fédération du Val-d'Oise du PS ne s'est prononcée sur aucun sujet politique depuis les élections municipales et la terrible déroute subie par la gauche, et particulièrement par le Parti Socialiste. Les débats tournent en interne sans débouchés et sans vérification que la parole publique du Premier secrétaire fédéral représente bien l'avis de la majorité du conseil fédéral du PS95. C'est une manière d'appliquer au PS, parti de nature délibérative, parlementaire et régi par la représentation proportionnelle, la violence (symbolique) des institutions de la Vème République, qui soumet toute délibération collective au veto du chef.

Las, nous avons donc décidé de relayer dans toutes les sections socialistes du Val-d'Oise cette proposition de résolution, afin de confronter un petit groupe de responsables politiques qui n'ont plus d'autres arguments que celui de l'autorité à l'expression des socialistes à la base.

Nos camarades Adélaïde Piazzi, Léo Moreau et Sébastien Lombard représenteront également cette résolution lors du prochain secrétariat fédéral. Nous représenterons la résolution lors du bureau fédéral du 20 octobre.

Frédéric FARAVEL

APPEL DE LA SECTION DE ...
POUR LA CONVOCATION D'UN CONGRÈS DU PARTI SOCIALISTE

texte présenté par Pierre Blazy (CAS de Gonesse), Frédéric Faravel (bureau fédéral, Bezons), Xavier Morin (conseil fédéral, Argenteuil), Abdelkader Slifi (bureau fédéral des adhésions, Argenteuil) et Antoine Raisséguier (bureau fédéral, Franconville)

 

En 2012, après cinq années de Sarkozy, nous avons proposé un autre chemin aux Français : celui du redressement dans la justice sociale, qui implique des mesures fortes en matière de redistribution de richesses.

 

Ce n’est pas ce chemin qui a été emprunté.En effet, pas plus le "pacte de compétitivité" et son CICE, que le "pacte de responsabilité", c'est à dire la baisse massive des cotisations sociales financée par la baisse des dépenses publiques, ne figuraient parmi les engagements de campagne de François Hollande. Ils ne figuraient pas non plus dans le projet du PS adopté à l’unanimité en 2011. Le texte majoritaire du congrès de Toulouse n’évoque pas une seule fois le "coût du travail" et se garde bien de plaider pour des coupes sombres dans les dotations aux collectivités !

 

La ligne politique fixée par le Président au gouvernement, fondée sur une option idéologique largement contestable et longtemps contestée par les membres de l'exécutif eux-mêmes, ne peut que désorienter l'électorat de gauche et semer le doute dans la majorité présidentielle.

 

D'autant que les résultatsde cette "politique de l'offre" ne sont pas au rendez-vous et risquent de se faire encore attendre, si l'investissement et le pouvoir d'achat restent insuffisamment pris en compte, comme c'est hélas le cas aujourd'hui. De même, la réduction à marche forcée des déficits publics, dans un contexte de croissance quasi nulle, menace de comprimer un peu plus l'activité économique du pays.

 

Aux élections municipales et européennes,les socialistes ont été très durement sanctionnés. C'est dans ce contexte que des parlementaires socialistes, de plus en plus nombreux, ont tenté d'infléchir les textes gouvernementaux et de rééquilibrer la politique économique et sociale en faveur des catégories populaires et moyennes. Nous sommes à leurs côtés.

 

Mais le débat ne saurait se limiter au seul Parlement, surtout dans les institutions de la Vème République. C'est au sein du Parti Socialisteque se joue désormais l'essentiel de l'avenir de la gauche et de son action au pouvoir. Alors que ses statuts prévoient de convoquer un congrès pour la fin de l'année 2014, le Premier secrétaire par intérim a choisi de repousser l'échéance sine die pour réunir des « États généraux », qui, nous dit-on, doivent « reformuler l'identité socialiste ». La déclaration de principes du PS ayant été réécrite voici moins de 10 ans, on peut se demander si cette démarche est nécessaire et si elle est la solution aux défis de la gauche au pouvoir.

 

Le rôle du PS ne peut se limiter à publier des communiqués dépités et sans effet, après chaque nouveau ballon d'essai libéral lancé par un ministre (seuils sociaux, 35 heures, contrôle des chômeurs…). Les militants socialistes doivent pouvoir reprendre la paroleet s'exprimer sur des politiques qui s'éloignent des valeurs et des principes du socialisme démocratique. Ils doivent pouvoir le faire sans restriction, sans que leur avis ne soit sollicité sur un nombre limité de thèmes.

 

C'est pourquoi nous demandons qu’un Congrès du Parti Socialiste soit convoqué dans les plus brefs délais,dans le respect de ses statuts et de son fonctionnement démocratique. Nous appelons tous les militants socialistes à l'exiger avec nous et à saisir l'occasion de donner à notre parti une orientation politique dénuée d’ambiguïté. Les socialistes pourront alors retrouver la voie du rassemblement à gauche, qui a porté François Hollande à l’Élysée et qui permettra de mettre en œuvre la politique pour laquelle les Français ont élu le Président de la République.

Partager cet article

Repost 0
Published by FARAVEL - dans Parti Socialiste
commenter cet article

commentaires