Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube. J'anime aussi le groupe d'opposition municipale de gauche "Vivons Bezons" et je suis membre du groupe d'opposition de gauche ACES à la communauté d'agglomération Saint-Germain/Boucle-de-Seine.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 20:40

Partager cet article
Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 11:24

Je voudrais rappeler en introduction que, comme beaucoup d'entre vous, je ne pensais pas – et je m'étais exprimé en ce sens lors des réunions fédérales qui ont précédé les scrutins – que nous subirions un telle défaite. Je me disais que nos élus locaux, nos municipalités avaient plutôt bien mis en œuvre les projets fondés sur la thématique du «bouclier social» – thématique d'ailleurs reprises pour les régionales de 2010 et les cantonales de 2011 – et qu'au regard de l'appréciation positive de leurs bilans locaux (c'était ce qui ressortait des contacts avec les habitants), les municipalités dans lesquelles nous étions bien installés seraient probablement reconduites.

Je pensais que nous avions peu de chances de conquérir de nouvelles communes, que certaines villes arrachées de peu en 2008 étaient en danger, mais que la localisation du scrutin nous éviterait une sanction brutale et injuste des équipes municipales. J'ai voulu croire, comme beaucoup d'entre vous, les sondages qui validaient cette analyse et qui annonçaient des scores plutôt élogieux pour la plupart de nos maires.

Faravel_interv_CF_PS95_03-04-2014.jpgForce est de constater que nos électeurs ont largement démenti toutes les études d'opinion. Car il ne faut pas se tromper sur les mécanismes de notre défaite.

Quels sont les faits ?

2681483 hollande 640x280Les Français n'ont pas voté pour la droite, contrairement à ce que laissent entendre quelques chroniqueurs ou éditorialistes ; ils n'ont pas demandé que l'on retourne en arrière ; avant toute chose, ils n'ont pas voté à gauche, ils n'ont pas voté socialiste. Quelques chiffres (villes de plus de 10 000 habitants, source Ministère de l'Intérieur) pour étayer mon propos :

  • -> la droite n'a pas progressé en chiffre absolu, en nombre de suffrages exprimés, entre 2008 et 2014 ; et lorsque les pourcentages présentent une progression celle-ci est extrêmement faible – en six ans, la droite passe de 45,3 % à 45,9 % des suffrages exprimés ;

  • -> a contrario, c'est la gauche qui s'effondre en suffrages exprimés et en pourcentage ; elle passe de 50,9 % en 2008 à 43,8 % en 2014.

Le différentiel de participation est également frappant (strate et source identiques) :

  • -> là où François Hollande rassemblait plus de 60 % des suffrages exprimés le 6 mai 2012, l'abstention atteint 43,1 % ;

  • -> là où François Hollande était entre 50 et 60 %, elle s'établit à 40,5 % ;

  • -> enfin, là où François Hollande comptait moins de 50 % des suffrages exprimés, l'abstention n'est plus que de 38,6 %.

Ce sont donc bel et bien les électeurs de gauche qui ont fuit les urnes les 23 et 30 mars derniers. Et tout particulièrement, les électeurs socialistes, les électeurs du premier tour de François Hollande. Deux enseignements complémentaires : dans les communes où « tout » nous indiquait que nous pouvions progresser cette année, nous perdons les 23 et 30 mars du terrain ; dans les villes conduites par le PCF, que l'union se soit faite dès le premier tour ou ensuite, ce sont également dans les bureaux de vote les plus favorables au PS que la gauche rassemblée perd des voix (et parfois perd la ville, même si le PCF se maintient plutôt bien).

Nos candidats – d'opposition ou en place – ont pourtant dans la plupart des cas mené de bonnes campagnes avec des projets sérieux. Ce n'est pas eux qui portent la responsabilité essentielle de la déroute.

Quelle analyse ?

Le Premier Secrétaire fédéral a évoqué l'opposition croissante entre les classes moyennes et les classes populaires, qui mettait à mal notre assise électorale fondée sur leur alliance. Opposition qui se serait exprimé violemment lors de cette campagne. Je me permettrais deux remarques à ce sujet.

  • -> La première est que depuis de nombreuses années, tout a été fait pour opposer ces catégories sociales les unes aux autres. La droite au pouvoir et dans l'opposition, et l'extrême droite, porte une grave responsabilité dans cette situation car ils n'ont cessé d'opposer les Français les uns aux autres. Mais la gauche elle-même porte une responsabilité dans sa politique fiscale vis-à-vis des classes moyennes et parfois dans l'alignement de son discours sur l'assistanat et autres gentillesses sur les classes populaires ;

  • impasses_terra-nova_gauche-populaire.jpg-> deux postures antinomiques et caricaturales illustrent le piège dans lequel la gauche s'est enferrée : l'addition de «l'impasse Terra Nova» (le Premier fédéral a évoqué sa fameuse note sur la stratégie électorale : abandonner les classes populaires pour privilégier l'alliance des classes moyennes supérieures, des minorités ethniques et sexuelles, etc.) et de l'impasse «gauche populaire» (quand celle-ci était un groupe d'intellectuels… bien que l'attelage parlementaire qui lui a succédé ait repris certaines de ses antiennes erronées). Dans le premier cas, il faudrait cesser de rechercher le vote des classes populaires car elles seraient devenues intrinsèquement conservatrices et en soi incapables d'accrocher au discours positif et optimiste de la gauche démocratique. Dans le second cas, il faudrait abandonner toute ambition sociétale qui braquerait les classes populaires et éloignerait leur vote de la gauche. Dans les deux cas, cela revient à mépriser les catégories populaires et à considérer que nos compatriotes sont idiots. Cette double impasse illustre malheureusement l'incapacité actuelle de la gauche et des socialistes à penser et porter une action universelle, portant tout autant sur les questions économiques et sociales, que sur les libertés publiques et individuelles et l'évolution nécessaire de la société française (ce qui s'est traduit par une communication gouvernementale et partisane qui indiquait que le seul marqueur de gauche appuyé de l'action gouvernementale se réduisait au "mariage pour tous").

Cette opposition n'est pas seule en cause. Et cessons de dire que le gouvernement a manqué de pédagogie pendant 22 mois.

Si une partie conséquente des électeurs socialistes a ostensiblement boudé les urnes aux municipales, ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas conscience de la situation ou qu'ils auraient mal compris les réformes engagées par le gouvernement. Il faut voir là non une incompréhension mais un désaveu cinglant des décalages entre nos engagements et la politique menée : les électeurs socialistes n'attendaient pas la ratification du Traité Merkozy sans modification majeure, n'attendaient pas le Pacte de Compétitivité et le CICE (qui contredit la motion 1, arrivée largement majoritaire au congrès de Toulouse, le Pacte de Compétitivité ayant été annoncé à peine quelques jours après que ce congrès se soit achevé dans la « Ville rose »), n'attendaient pas l'ANI et la loi qui l'a transcrite sans que les parlementaires aient réellement le droit de faire leur travail instaurant la flexibilisation de l'emploi, n'attendaient pas l'allongement de la durée de cotisation pour les retraites et n'attendaient pas l'annonce du pacte de Responsabilité et la confirmation du sillon social-libéral du gouvernement.

L’écœurement de certains de nos électeurs est tel qu'il atteint l'action politique en général. Dans les communes communistes, lorsque les listes d'union étaient conduites par des Maires qui contestaient la politique gouvernementale, certains ont choisi de ne pas aller voter, pas même pour un élu qui protestait contre l'orientation libérale de certaines décisions. Ailleurs ils ont préféré s'abstenir plutôt que de voter pour d'autres listes, y compris de gauche. Et dans quelques cas, là où, à la fois, la participation a augmenté et le vote FN a progressé, certains ont choisi de voter directement pour les listes FN-RBM. Voilà un constat inquiétant pour notre démocratie.

Trouver les moyens du sursaut ?

La question qui est devant nous est de savoir si nous avons les moyens d'éviter que la bérézina des municipales ne se reproduisent – peut-être en pire – en mai prochain pour les élections européennes et mars 2015 pour les élections régionales et départementales.

Martin_Schulz.jpgConcernant les européennes, l'enjeu est d'autant plus important que le rôle du Parlement européen va s'accroître et que c'est sa majorité qui déterminera la couleur politique de la prochaine Commission Européenne. C'est essentiel si l'on veut croire encore possible la réorientation de la construction européenne. Les sociaux-démocrates européens devraient voir leur représentation s'accroître – ce qui n'est pas bien difficile au regard du niveau auquel ils s'étaient effondrés en 2009 –, cependant cette progression ne sera sans doute pas dûe au score des listes socialistes en France. Doit-on adopter une posture fataliste d'ici le scrutin qui se tiendra dans un mois et trois semaines ou adresser un message aux Français qui leur fasse entendre que nous comprenons leurs attentes et que nous sommes capables d'y répondre ? Les citoyens français et européens attendent que soit restaurée leur souveraineté populaire, c'est-à-dire leur capacité à maîtriser leur destin collectif, à faire évoluer leurs conditions de vie. Or, depuis de nombreuses années, nous – socialistes français – donnons l'impression que même si l'on peut faire le constat que les anciennes souverainetés nationales sont peut-être dépassées en tant que telles, nous n'avons rien fait – au contraire – pour qu'ils retrouvent une prise sur les événements et les décisions au niveau européen, qu'ils retrouvent leur souveraineté populaire. Nos électeurs ont désormais la certitude que quels que soient les messages politiques qu'ils adressent, ils n'influent plus sur la course des choses tant au niveau national qu'au niveau européen.

Concernant les régionales, je serai bref et lapidaire. Si l'on applique le résultat des municipales de 2014 au scrutin qui aura lieu dans un an, nous ne conservons aucune – AUCUNE – région dans le pays.

Comment éviter la reproduction de la déroute essuyée aux municipales ? Comment retrouver la voie de la réussite ? Cette réussite passe par des actes forts qui disent tous une seule et même chose aux Français : «Non, il n’y a pas qu’une seule politique possible. Il n’y a pas de fatalité». Nous réussirons à retrouver l’adhésion des Français à trois conditions :

1) A l’échelon européen, il est temps de desserrer l’étau des contraintes du pacte de stabilité. Il faut enfin engager le rapport de force avec la Commission en lui notifiant le refus de respecter dans les délais les critères de déficit restrictifs qu’elle nous assigne. Les Français se moquent d’être présentés comme les mauvais élèves de l’Europe libérale. Au contraire, ils plébisciteraient un gouvernement qui se donne comme objectif d’être l’acteur déterminé de la réorientation du projet européen.

1509934 10152541474884972 2055071278 n2) Plutôt qu’à la «politique de l’offre» et qu’à la réduction drastique des dépenses publiques, la priorité doit revenir à la croissance, à l'emploi, au redressement productif. La transition écologique doit en être le fil conducteur. Plutôt que le pacte de responsabilité, privilégions la relance par l’investissement. Le MEDEF refuse toute contrepartie pour le monde du travail, son président indique que l'essentiel des baisses de cotisation annoncées iront aux dividendes (ça, c'est un sacré partenaire!?), et ledit « pacte » est par ailleurs désormais minoritaire chez les syndicats de salariés (la CFE-CGC ayant retiré sa signature). Il est aussi extrêmement coûteux pour les finances publiques. N'ayons pas peur d’abandonner cette voie. La mobilisation générale pour l’emploi passe par la relance de l'investissement public et de la consommation.

3) Il n’y aura pas de réussite de la gauche si elle ne parvient pas à se rassembler. Le changement ne peut devenir une réalité sans la prise en compte des aspirations de la majorité sociale à laquelle nous devons notre majorité politique acquise en 2012. Pour le traduire en actes, la gauche ne réussira qu’avec un nouveau contrat majoritaire qui rassemble au service de la France toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la défaite de la droite lors des élections présidentielles et législatives de 2012. Or je ne peux que constater que l'annonce conjuguée des enseignements tirés par le Président de la République de ces municipales et son choix de nommer Manuel Valls (sans que je préjuge à l'avance de la qualité technique du travail du nouveau gouvernement ou que je rentre dans un débat vain sur le casting de ce gouvernement) a réduit l'assise politique de l'exécutif, en suscitant le refus des écologistes de participer au gouvernement et en motivant certains parlementaires socialistes à ne pas déclarer automatique leur vote de confiance au regard du maintien de l'orientation gouvernementale.

Ces trois axes forts, l'exécutif doit les mettre à l’agenda politique dès les premiers jours du nouveau gouvernement. Ils sont la condition sine qua non de la réussite du quinquennat.

nouveau-logo-psEnfin, il faut discuter de l'état du Parti Socialiste, des missions assignées à notre Parti et de la méthode qu'il a adoptée jusqu'ici pour les accomplir. Il faut un PS actif et pleinement conscient de son rôle. Les institutions de la Vème République créent l'autocensure du PS majoritaire alors qu'il doit anticiper les débats. Harlem Désir pense que le rôle du PS est relayer docilement et sans réflexion les décisions de l'exécutif quelles qu'elles soient : on a vu où cela nous a mené. Il faut vraiment réancrer à gauche le parti et la majorité... Il est temps de redonner la parole aux militants socialistes, il est nécessaire que les socialistes s'expriment sur des choix politiques pour lesquels ils n'ont jamais été consultés : non seulement cela n'était pas présent lors des primaires citoyennes, mais toutes les décisions prises après le congrès de Toulouse sont en contradiction avec le texte de la motion majoritaire du Parti !

Par ailleurs, j'ai bien entendu certains camarades vouloir se concentrer sur la structuration associative des équipes qu'ils ont constitué à l'occasion de ces municipales malheureuse – et je comprends leur réaction et leur volonté de maintenir le lien avec colistiers et sympathisants, alors que ces campagnes ont été le plus souvent de qualité avec une véritable dynamique humaine. Cependant, je vous appelle à réfléchir sérieusement à nos priorités : faut-il s'attacher d'abord à structurer des associations très larges et parfois plus ou moins dépolitisées ou à réinvestir et renforcer le Parti Socialiste pour qu'il retrouve ses fondamentaux politiques et le sens profond de sa mission ?

Frédéric FARAVEL
Mandataire fédéral de
Maintenant la Gauche Val-d'Oise

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 11:01

Mon précédent article tentait de poser quelques analyses sur les résultats du 1er tour des élections municipales.

L'amplification de la défaite du 1er tour

Mes pires craintes ont depuis été vérifiées et concrétisées : les écarts creusés le 23 mars se sont approfondis comme jamais pour aboutir à la plus grande perte de collectivités pour un parti au pouvoir lors d'élections municipales : 155 villes largement au-dessus de la sanction de 1983, du jamais vu sous la Ve République.

Je le redis ici - même si certains à gauche du PS considèrent qu'il faut mettre tous les socialistes dans le même sac, y compris quand ils ont mené localement des politiques locales extrêmement positives et souvent éloignées de celle du gouvernement - la sanction électorale subie par les listes conduites par des camarades socialistes (pour conquérir ou pour solliciter le renouvellement de leur mandat) est injuste car ils ne méritaient pas pour la plupart de payer pour les errements sociaux-libéraux du pouvoir.

4393471_1_4fc5_manuel-valls-le-1er-avril-a-paris_a25a2ecb09.jpgLa question qui se posait au lendemain du 1er tour se pose aujourd'hui avec bien plus d'acuité encore : avons-nous "les moyens d'éviter que la bérézina du 1er tour des municipales ne se reproduisent – peut-être en pire – en mai prochain pour les élections européennes et mars 2015 pour les élections régionales et départementales (si elles sont maintenues à cette échéance)" ?

Pour trouver les moyens du rebonds, il fallait tirer les enseignements de la déroute et du message envoyé par l'abstention massive des électeurs du PS. Car c'est bien parmi les électeurs socialistes, notamment ceux qui avaient voté Hollande dès le 1er tour de l'élection présidentielle, que l'on note une progression significative de l'abstention, signifiant ainsi leur désaveu de la politique conduite depuis septembre 2012 en contradiction avec les engagements (ambigus il est vrai pour certains) de la campagne électorale de François Hollande : les électeurs socialistes n'attendaient pas la ratification du Traité Merkozy sans modification majeure, n'attendaient pas le Pacte de Compétitivité et le Crédit d'impôt compétitivité emploi, n'attendaient pas l'accord national interprofessionnel instaurant la flexibilisation de l'emploi, n'attendaient pas l'allongement de la durée de cotisation pour les retraites et n'attendaient pas l'annonce du pacte de Responsabilité et la confirmation du sillon social-libéral du gouvernement.

A contrario - même si le PCF a connu des défaites (Aubagne, Bobigny, Le Blanc-Mesnil, Saint-Ouen) et que partout ailleurs le Front de Gauche n'affichent pas de scores marquant - on notera :

  • - une résistance plutôt solide des municipalités communistes, le PCF se payant le luxe de reconquérir Aubervilliers sur le PS et Montreuil (malgré la dissidence de Jean-Pierre Brard) et conservant Arles, Dieppe, Thiers et leurs principaux fiefs du Nord et de la Lorraine ;
  • - et les scores assez élevés des listes écologistes au 1er tour, couronnés par la conquête de Grenoble malgré l'indiscipline des socialistes locaux qui avaient refusé de fusionné et de rejoindre la liste EELV arrivée en tête.

N'en déplaise à certains éditorialistes politiques des chaînes d'infos et des radios, qu'on connaît pour leurs sympathies conservatrices (Darmon, Apathie, etc.), les Français n'ont tant voté à droite, ils ont d'abord rejeté la gauche ; l'opinion reste encore aujourd'hui largement plus défiante sur les capacités de l'UMP à gérer les affaires du pays qu'elle ne l'était concernant les socialistes lorsqu'ils étaient dans l'opposition. Ce n'est donc évidemment pas un message pour une politique plus libérale qui a été adressé, mais bien une incompréhension de la ligne sociale-libérale mise en oeuvre, en contradiction avec le discours du Bourget.

Le message des élections municipales n'a pas été compris

Dès le 23 mars au soir, il y avait déjà tout lieu de s'inquiéter quand plusieurs responsables du PS avaient pris la parole sur les ondes, Jean-Marie Le Guen étant parmi eux le plus tranchant : il faut accélérer la mise en place du pacte de responsabilité ; le tort des élus locaux de gauche était de ne pas avoir suffisamment fait évoluer leurs discours pour s'adapter à la nouvelle ligne gouvernementale ; il faut encore plus vite faire muter notre orientation politique...

Dimanche soir, Michel Sapin considérait que l'amplification au 2nd tour des résultats du 1er tour des municipales était un message d'impatience, comme si les Français attendaient une accélération des réformes sociales-libérales de l'exécutif. Un tel aveuglement laisse pantois, mais il semble partagé au plus niveau de l'Etat.

4393211_3_7baa_francois-hollande-lors-de-son-allocution_c70.jpgHier soir, lundi 31 mars, François Hollande a confirmé l'orientation politique qu'il applique depuis septembre 2012 et qu'il a approfondi depuis l'automne dernier :

  • -> maintien et accélération du pacte de responsabilité, qui est pourtant mort-né depuis que Pierre Gattaz a indiqué qu'il n'y aurait pas de contreparties et que les marges dégagées par la baisse des cotisations des entreprises pour la branche famille iraient aux dividendes, et surtout par le retrait de la signature de la CFE-CGC, qui invalide donc la négociation sociale ;
  • -> l'annonce répétée de la transition énergétique, sans en préciser le contenu et avec dans l'idée de donner des responsabilités sur ce secteur aux responsables politiques favorables à l'énergie nucléaire et aux gaz de schiste ;
  • -> annonce d'un pacte de solidarité fondé sur quatre points :
    • - l'éducation qui ainsi élevée au rang de politique sociale rappelle le slogan de Tony Blair "mon programme tient en 3 points : éducation, éducation, éducation" ;
    • - la santé (sans précision) ;
    • - des baisses d'impôts, si la croissance le permet, pour les ménages modestes d'ici à 2017 (autant dire que l'accumulation des conditions rend très improbable leur effectivité) ;
    • - la baisse des cotisations sociales des salariés - si on ajoute celles-ci à celles annoncées pour le pacte de responsabilité, on se demande comment le financement de la sécurité sociale va pouvoir un jour atteindre l'équilibre, sachant que le Président indiquait juste avant que la santé était une de ses priorités dans le "pacte de solidarité".

L'aveuglement politique et économique élevé à ce niveau me consterne proprement.

Non seulement le pacte de responsabilité, déjà contestable d'un point de vue intellectuel, ne peut avoir aucune efficacité économique : je vous oriente pour soutenir mon propos sur l'excellente tribune de David Cayla, membre du collectif Les économistes atterrés, publiée sur les blogs de Marianne.net.

Je suis également atterré par l'impasse faite sur la question de l'investissement ; on ne crée de l'emploi que lorsque les carnets de commandes sont pleins ; c'est un argument qui plaide pour un tournant concret en faveur d'une politique de relance écologique et sociale, ainsi que d'un débat vigoureux sur la réorientation de la construction européenne. La réduction drastique des dépenses publiques n'a pas non plus abouti à la diminution de la dette ; au contraire, celle-ci a crû et les coupes budgétaires commencent à se faire sentir sur l'efficacité du service public, et donc la cohésion sociale, tout comme la fragilisation des finances des collectivités territoriales affectera durablement les investissements publics et donc l'activité économique. Cette réduction des dépenses publiques ne peut être qu'aggravée par les annonces de lundi soir ; ce n'est plus 50 milliards mais 70 qui devront être économisés si on met en oeuvre une telle feuille de route.

Seule une majorité de gauche large et rassemblée aurait pu permettre la mise en œuvre de ce programme qui avait été imaginé et adopté au sein du PS en juillet 2011.

Un remaniement qui aggrave la division à gauche

L'aveuglement qui conduit à persévérer dans une politique qui conduit à l'échec s'est également doublé hier du choix d'un remaniement qui va fragiliser la majorité parlementaire et approfondir le fossé à gauche. Avec mes camarades de la gauche du PS, nous l'avons dit à plusieurs reprises : rien ne sert de remanier si c'est pour poursuivre la même politique.

C'est donc délibérément que le Président de la République fait le choix d'accentuer son entêtement politique délétère en confiant le poste de Premier Ministre à Manuel Valls. Il ne s'agit pas ici de débattre des qualités personnelles et intimes du nouveau locataire de Matignon ; jamais les considérations ad hominem ne tiennent lieu de politique, elles sont détestables. C'est pourquoi j'avais apporté mon soutien quand le Ministre de l'intérieur qu'il était avait attaqué pour avoir dénoncé le passé d'extrême droite de Claude Goasguen en séance publique à l'Assemblée Nationale.

Maurel AG Motion 3Mais Manuel Valls est-il l'homme de la situation ? «Le choix de Manuel Valls est assez surprenant, compte tenu de l'analyse que l'on peut faire du scrutin et de l'indéniable besoin de gauche qui s'est exprimé à l'occasion de cette élection» indiquait hier Emmanuel Maurel, leader de Maintenant la Gauche et Vice Président de la Région Île-de-France. Je partage pleinement cette réaction.

Manuel Valls a fait 5% lors des primaires citoyennes de l'automne 2011, il a défendu la TVA sociale et dénoncé les 35 heures. Quand on voit que ce sont les orientations sociales-libérales du gouvernement qui ont éloigné des urnes une partie importante des électeurs socialistes. Marque d'un véritable aveuglement, on peut que craindre que ce choix aggrave la fracture politique et sociale dans le pays.

La posture blairiste du nouveau Premier Ministre n'est pas seulement inadaptée à l'attente économique et sociale du peuple de gauche. C'est également un responsable politique qui crée du clivage au sein de la gauche, et notamment dans la majorité parlementaire.

Dans ses précédentes fonctions, il a délibérément provoqué des clashs avec son patron - Jean-Marc Ayrault - et ses collègues - Christiane Taubira, Cécile Duflot - et j'avais décrypté son fonctionnement le 30 septembre 2013 dans un article "la résistible dérive libérale-sécuritaire".

AubryDuflotIl crée aussi ouvertement des clivages au sein de son propre parti, sifflé à La Rochelle par une partie de l'auditoire, il dut se justifier à la tribune qu'il était bien de gauche, alors que ses principaux soutiens avaient publiés une semaine plus tôt une tribune dans Libération "La gauche affranchie" aux forts relents de néo-socialisme.

Cécile Duflot et Pascal Canfin ont annoncé clairement qu'ils refuseraient d'appartenir à un gouvernement dirigé par Manuel Valls. L'ancien ministre délégué au développement indiquant qu'il était convaincu que les écologistes refuseraient la participation d'un des leurs à un telle équipe ; il s'avance sans doute un peu mais une chose est sûre François Hollande a réussi à si ce n'est s'aliéner totalement au moins à diviser le principal allié politique (même s'il est turbulent) et donc à réduire l'assise politique de sa majorité.

De même et bien qu'on puisse encore douter que l'initiative aille au bout du processus, les différentes sensibilités de la gauche du PS semble vouloir s'organiser autour d'une ligne politique alternative (certains proches de Martine Aubry, spécialistes des questions économiques, ayant même indiqué que seules les propositions présentées par Maintenant la Gauche depuis plusieurs mois étaient sérieuses, pertinentes et réalistes).

bandeau_logos_gauches_Ps.jpgOn verra ce qui sortira à moyen terme du travail commun entre Maintenant la Gauche, Un Monde d'Avance (handicapé par le "pacte de non agression" qu'aurait conclu selon les média Benoît Hamon avec Manuel Valls), la Gauche Populaire et la Gauche Durable. Mais il semble que le vote de confiance sur le pacte de responsabilité ne soit pas automatiquement acquis alors que le retour de Cécile Duflot à l'Assemblée Nationale rapproche le Groupe PS et app. de la perte de sa majorité absolue, et que les contestataires du PS s'organisent enfin.

Frédéric FARAVEL

dans Le Parisien - édition du mardi 1er avril 2014

Un «contrat de majorité» proposé à Valls
Ce lundi en fin d'après-midi, entre 15 et 50 parlementaires se sont réunis en l'Assemblée nationale à l'appel des deux courants de l'aile gauche (Maintenant la gauche et Un monde d'avance), du courant «la Gauche durable» (aubrystes notamment), ainsi que des responsables de «la gauche populaire». Ces derniers vont proposer à Manuel Valls un «contrat de majorité» axé sur l'investissement, le pouvoir d'achat des bas revenus et une réorientation européenne remettant en cause l'austérité, et censé, sur la forme, donner plus de poids au parlement.
Une autre rencontre, avec les «reconstructeurs» du parti (regroupement transcourant qui réunissait en 2008 les amis de Martine Aubry, Laurent Fabius, Arnaud Montebourg et Dominique Strauss-Kahn), est prévue ce mardi, toujours à l'Assemblée, en fin de matinée, avec l'objectif de «peser sur la ligne politique». Plusieurs menacent de ne pas voter la confiance au prochain gouvernement faute de voir leurs propositions retenues. «Les maires ont payé l'addition. La rébellion parlementaire s'impose : pas de confiance au prochain gouvernement si pas de réorientation», réagi Laurent Baumel (Gauche populaire). On ne se contentera pas d'un «changement de casting», avertissent-ils.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 14:48

UMP-130527LPA5941.jpgLe premier tour des élections municipales, ce dimanche 23 mars 2014, va rester comme une date marquante de la vie politique du pays.

Beaucoup retienne ce matin – c'est la « Une » du journal Libération – comme enseignement majeur la progression du Front National, avec l'élection de Steeve Briois comme Maire d'Hénin-Beaumont dès le 1er tour, la deuxième position du FN à Marseille et sa capacité à se maintenir au second tour dans plus de 200 communes. C'est d'ailleurs l'essentiel du discours des représentants du gouvernement et de la direction du Parti Socialiste : empêcher à tout prix et à tout coût l'élection d'autres maires FN dans le pays.

D'autres retiendront la possibilité pour l'UMP et l'UDI de se refaire une santé locale à l'occasion de ce scrutin. Mais les responsables conservateurs et centristes se laissent ici emporter par leur enthousiasme de soirée électorale, nous reviendrons sur cette question plus loin.

Je souhaite donc revenir dans cette analyse sur l'enseignement principal de ce scrutin, à savoir la sanction opérée par l'électorat socialiste au travers de l'abstention. Il faut aussi interroger la pertinence de la stratégie du Front Républicain à ce stade et envisager les leçons politiques à tirer de ce premier tour de scrutin.

Un électorat de gauche qui sanctionne clairement l'orientation politique nationale du gouvernement et de la majorité parlementaire

La Marseillaise zenith 13-06-2012Depuis hier soir, télés et radios, et depuis ce matin, les quotidiens, l'ont répété à l'envie : l'abstention aux élections municipales a atteint ce dimanche un nouveau record avec 38,5%, soit 5 points de plus que sur le scrutin identique de mars 2008. L'effet de cette abstention ne réside pas seulement dans ces 5 points, d'autant que certains instituts d'opinion indiquaient avant le scrutin qu'elle aurait pu être plus élevée.

Non, l'augmentation de l'abstention en six ans joue d'autant plus fortement qu'elle s'est appliquée de manière différenciée selon les types d'électorat. Alors qu'en 2008, 2010 et 2011 lors des élections intermédiaires, c'était l'électorat de droite et du centre qui avait en partie boudé les urnes, déstabilisé qu'il était par l'image que lui renvoyait Nicolas Sarkozy, renforçant ainsi les réussites électorales de la gauche alors dans l'opposition, ce dimanche ce sont les électeurs socialistes qui ont choisi de ne pas aller voter en faveur des équipes proposées par le Parti Socialiste ou pour des listes de rassemblement que conduisait le PS ou dans lesquelles il était présent. Le différentiel d'abstention entre la droite et la gauche est de 10 points.

Les exemples sont nombreux et les contre-exemples insuffisants pour invalider cette analyse : -20 points à Nantes, -11 points à Lille, deux agglomérations où la gauche n'est cependant pas en danger. Évidemment, certaines collectivités, où le PS se savait menacé, émaillent la liste : Caen, Amiens, Reims, Laval, Quimper, Pau. Mais dans la liste des villes perdues par la gauche ou dans lesquelles celles-ci est en difficulté, on compte des bastions : Niort qui bascule à droite après 60 ans de municipalité socialiste, Roubaix, Tourcoing, Douai, Dunkerque, Florange et Hayange (évidemment), Saint-Étienne, Vieux-Habitants en Guadeloupe (liste où figurait Victorin Lurel). Toulouse n'avait basculé à gauche qu'en 2008, mais le vote de gauche de cette ville était important ; le contexte actuel menace de ramener Moudenc au Capitole. Les scores des listes conduites par le PS ne sont pas non plus faramineux à Paris et à Lyon, où les équipes municipales sont pourtant appréciées, bien que la majorité qui sortira du second tour s'inscrira vraisemblablement dans la continuité.

Mais c'est à Marseille que le désaveu est mordant. Le PS en avait fait son espoir principal, celui qui était à même de masquer une éventuelle perte massive de villes moyennes. Sauf qu'à Marseille, rien ne s'est passé comme prévu au premier tour pour les socialistes : Patrick Mennucci n'arrive qu'en troisième position avec 21,2%, derrière le maire sortant UMP Jean-Claude Gaudin (36,5%) et le candidat du FN Stéphane Ravier (22,5%). Une claque totalement inattendue pour le socialiste, qui pourrait notamment s'expliquer par les mauvais résultats de ses co-listiers Marie-Arlette Carlotti et Christophe Masse dans les 3e et 6e secteurs. Tous les sondages ont été démentis : Mennucci paye avec ses listes le désamour de l'électorat socialiste.

D'une manière générale, à l'exception peut-être d'Avignon, toutes les villes où la gauche espérait des gains qui auraient permis de faire un peu plus que sauver les meubles nous essuyons des déconvenues. Non seulement elles restent largement hors de notre portée mais là où nous espérions renforcer nos forces d'opposition nous reculons le plus souvent.

Je ne crois pas que la plupart des équipes municipales ainsi sanctionnées ou bousculées aient démérité durant six ans. Certaines étaient sans aucun doute appréciées pour leur action. Je ne crois pas non plus que les camarades qui partaient en conquête aient présenté de mauvaises équipes et de mauvais projets. La réalité est que – bien que j'aie espéré le contraire pour cette élection – le «socialisme municipal» ne fait pas un programme, quels que soient les mérites de nos gestionnaires locaux. Le PS est depuis longtemps un parti solidement ancré dans les collectivités locales, mais l'addition de ses forces locales ne suffit pas à forger l'identité politique ni le projet d'un parti de gouvernement, dont on voit bien qu'il sait gagner les élections nationales mais qu'il ne sait plus ensuite pour qui, pourquoi ni comment gouverner. La faiblesse politique du PS finit nécessairement par jouer contre lui, y compris dans ce qu'il considère comme ses bastions locaux.

manifestation-CGTL'espoir suscité le 6 mai 2012 a été déçu ; certains de nos camarades, proches de la direction du PS, tenteront d'expliquer en jouant sur les ambiguïtés du candidat Hollande que le Président de la République ne fait que mettre en application ce qu'il avait annoncé.

Pourtant, il est évident que les électeurs socialistes, et notamment les électeurs de François Hollande du premier tour de la présidentielle, n'attendaient pas la ratification du Traité Merkozy sans modification majeure, n'attendaient pas le Pacte de Compétitivité et le Crédit d'impôt compétitivité emploi, n'attendaient pas l'accord national interprofessionnel instaurant la flexibilisation de l'emploi, n'attendaient pas l'allongement de la durée de cotisation pour les retraites et n'attendaient pas l'annonce du pacte de Responsabilité et la confirmation du sillon social-libéral du gouvernement.

L'action gouvernementale a tendance à se présenter alternativement comme une politique «d'union nationale» ou comme une politique «sociale-démocrate», en fait sociale-libérale. Dans le premier cas, elle n'en a pas la base politique ni les circonstances historiques. Dans le second cas, illustré par la délégation des réformes sociales à des "partenaires sociaux" sans assise sociale suffisante, cela s'apparente surtout à une démission politique qui n'entraîne même pas une forme de consensus chez les intéressés, qu'ils soient salariés ou employeurs. En réduisant pour l'essentiel son programme de gouvernement à sa dimension sociétale, en reculant même sur certaines réformes sociétales sur lesquelles il n'avait pas besoin de céder, le PS inverse la logique de ce qui a fondé sa légitimité dans le champs politique.

Dans notre histoire politique, c'est l'appui des classes moyennes et intellectuelles aux aspirations des classes populaires qui forge les succès de la gauche. L'inverse ne peut pas avoir de traduction dans le champs politique. Ainsi, le Parti socialiste n'a pas joué son rôle depuis juin 2012, suivant servilement et sans réflexion les directives de l'exécutif, au gré parfois d'acrobaties intellectuelles improbables pour expliquer que ce qu'il dit un jour est cohérent avec ce qu'il disait la semaine précédente parfois diamétralement opposé.

À gauche pourtant, certaines listes autonomes sortent leur épingle du jeu : les écologistes font des scores non négligeables dans les agglomérations, étant en capacité de se maintenir en passant la barre des 10%. À Grenoble, les écologistes arrivent en tête avec 29,5% (et n'en déplaise à Jean-Luc Mélenchon ce n'est pas dû à l'apport du Parti de Gauche qui leur était allié pour la circonstance).

2014-03-24jumel.jpgEnfin, les municipalités communistes résistent bien : à Dieppe, à Saint-Denis, à Bezons, à Nanterre, à Gennevilliers, à La Courneuve, Bagneux, Malakoff ou Tremblay… Par l'entremise du dissident Jean-Pierre Brard, le PCF pourrait revenir aux affaires à Montreuil. Il devance également de quelques voix Jacques Salvator, maire socialiste d'Aubervilliers. Ses scores sont solides dans le Nord et en Meurthe-&-Moselle, les ballottages sont favorables à Bagnolet, Arles, Martigues, Vénissieux. Ils sont non négligeables à Lyon où le Front de Gauche s'est allié à l'ex socialiste Nathalie Perrin-Gilbert, maire sortante du 1er arrondissement. Il est cependant en difficulté à Bobigny, Vaulx-en-Velin ou Aubagne. On pourra même vérifier que dans les villes communistes ce sont les bureaux de vote les plus favorables aux socialistes qui ont parfois manqué aux listes d'union et de rassemblement conduites par le PCF.

Partout ailleurs, le Front de Gauche n'arrive pas réellement à mobiliser le mécontentement de l'électorat de gauche, ce qui continue d'invalider en grande partie l'analyse du PG de Jean-Luc Mélenchon.

Ainsi c'est essentiellement par défaut que l'UMP et l'UDI se retrouvent en posture aujourd'hui d'espérer une petite vague bleue dimanche prochain. Car c'est bien l'effondrement du vote socialiste qui le leur permet et en aucun cas une «renaissance» longuement préparée comme voudrait le faire croire Jean-François Copé. Non seulement la droite ne progresse pas en nombre de voix mais toutes les enquêtes d'opinion démontrent que les Français n'ont aucune appétence pour la droite conservatrice. Cette dernière va donc se retrouver toujours confrontée aux mêmes difficultés : le passif laissé par Nicolas Sarkozy – idéologique et judiciaire – et la concurrence d'un Front National, respectabilisé par la validation de ses thèses par la droite elle-même, et désormais vraisemblablement crédibilisé par l'augmentation prévisible de son nombre d'élus locaux.

Que reste-t-il du Front Républicain ?

4388118_3_7423_marine-le-pen-et-le-candidat-steeve-briois-d.jpgCe n'est pas par l'abstention qu'il faut expliquer la progression et les scores du Front National parfois maquillé en Rassemblement Bleu Marine. Celui-ci est en mesure de se maintenir dans plus de 200 communes et pourrait récolter une dizaine de mairies en tout au lendemain du 2nd tour. À la victoire emblématique au 1er tour de Steeve Briois à Hénin-Beaumont, il faut ajouter la réélection dès dimanche soir de Jacques Bompard, maire d'extrême droite à Orange.

La véritable inquiétude vient du fait que le FN progresse dans de nombreuses communes alors que la participation y est plus importante qu'en 2008, c'est notamment le cas à Hénin-Beaumont justement, mais également à Fréjus ou à BéziersRobert Ménard frôle les 45% avec une participation en hausse de 7 points. Dans ces deux villes du midi, le parti de Marine Le Pen devrait connaître la victoire dimanche prochain.

Au-delà de ces cas emblématiques, il faut réaliser une analyse précise mais il sera démontré dans de nombreux cas que les scores du FN ne sont pas la conséquence d'une démobilisation accrue des électeurs, au contraire. Et de fait, il y a fort à parier, notamment dans le Nord et la Moselle, que des électeurs qui avaient choisi le PS, aux municipales de 2008 mais également au 1er tour de la présidentielle, ont décidé cette fois-ci non pas de s'abstenir mais de voter directement pour l'extrême droite.

Dans ces conditions, le Front Républicain, et notamment sa traduction concrète à savoir le retrait des listes socialistes pour faire barrage – comme cela a été annoncé à Saint-Gilles et Tarascon (annonce faite pour Tarascon alors que nous n'étions même pas qualifiés) – à l'élection d'un maire d'extrême droite, est-il encore pertinent et opératoire ? Qu'est-ce qui le justifie encore si ce n'est un automatisme et un discours fondé sur un impératif moral qui écarte toute analyse politique sérieuse ?

robert-menard-a-des-chances-de-battre-l-ump_4860493.jpgÀ partir du moment où l'UMP a décidé de ne plus entrer dans une stratégie de Front Républicain et de maintenir partout ses candidats au 2nd tour, quitte à faire élire parfois un maire FN, elle tue la stratégie même de Front Républicain. Le retrait des socialistes et de la gauche du 2nd tour équivaut donc à une disparition politique et électorale de nos partis, de nos élus et de nos valeurs qui ne seront plus représentés et perdront de nombreux atouts pour construire une alternative dans ces villes face à l'UMP ou au FN. D'autre part, cette stratégie n'est en rien une garantie de succès comme l'expliquait ce matin sur France Inter Jean-Michel Du Plaa, candidat PS à Béziers. Dans de nombreuses communes (Béziers, Perpignan, Fréjus ou St.-Gilles...), le retrait – ou pire la fusion avec la droite comme Christian Bourquin le suggère à Perpignan, donnant ainsi corps au fantasme frontiste de l'UMPS – n'empêchera vraisemblablement pas le FN ou le RBM d'améliorer son score, voire de l'emporter, dimanche prochain.

Lors des élections législatives et cantonales partielles qui se sont additionnées dans la première année de mandat de François Hollande – malgré l'explication récurrente de l'exception du contexte local –, il a été largement démontré que les électeurs de gauche, et notamment les électeurs socialistes, ne suivaient plus mécaniquement les consignes de Front Républicain, voire préféraient pour certains voter pour le FN plutôt que d'élire des candidats UMP dont le discours se distinguaient parfois peu de leur adversaire.

La stratégie du Front Républicain est donc vouée à l'échec. D'abord car elle n'a pas de base électorale suffisante. Ensuite parce l'on ne peut en même temps attaquer l'UMP sur ses liaisons coupables avec le FN et l'appeler à constituer ce Front Républicain (et encore moins appeler à voter pour certains candidats qui portent trait pour trait le même discours que le FN). Enfin, car elle ignore, en convoquant le registre de la "morale", le message fondamentalement républicain adressé par de nombreux citoyens par leur vote ou par leur abstention : une aspiration fondamentale au fait que la politique puisse de nouveau avoir prise sur leur vie. Les élections européennes viendront bientôt souligner ce message de défiance des électeurs nationaux qui se voit dépossédés au niveau national de cette capacité à agir sur leur environnement et leur quotidien, sans retrouver au niveau européen les éléments concrets de souveraineté populaire qu'ils seraient en droit d'attendre. Entre la pratique de la «démocratie rationalisée» version Vème République et l'ordo-libéralisme inscrit dans le marbre des institutions européennes, il reste peu de place à la démocratie réelle et l'aspiration des citoyens français et européens, traduisant dans les urnes ce que décrivait en 2008 Emmanuel Todd dans son essai Après la Démocratie.

Peut-on espérer un rebond ?

Bien entendu, il n'est pas écrit d'avance que le 2nd tour vienne confirmer l'intégralité des enseignements et des comportements électoraux du dimanche 23. On a vu, notamment lors des législatives de 2007, qu'il était possible de ne pas aggraver une situation voire de reprendre du poil de la bête. La nécessité du rassemblement de la gauche, bien plus que le Front Républicain, doit désormais s'imposer, et je conseillerais à nos camarades de ne pas être trop exigeants quant aux conditions qu'ils mettent aux fusions de listes avec EELV, le Front de Gauche/PCF ou le PG.

Mais il y a fort à parier que la pente soit difficile à remonter en quelques jours, les écarts creusés sont dans certaines villes assez importants. Et si les électeurs socialistes ont refusé de voter pour le PS afin de sanctionner la politique gouvernementale dimanche, on peut imaginer qu'ils ne se précipiteront pas non plus dimanche prochain, même si certains voudront croire que la semonce du 1er tour a été entendue et qu'il est inutile de perdre en plus une équipe municipale qui les protégeait.

2339744-jean-marie-le-guen-nous-ne-sommes-pas-des-chochotte.jpgMais ce coup de semonce a-t-il seulement été entendu ? Jean-Marie Le Guen expliquait hier soir sur France Info qu'il fallait accélérer la mise en place du pacte de responsabilité, que le tort des élus locaux de gauche était de ne pas avoir suffisamment fait évoluer leurs discours pour s'adapter à la nouvelle ligne gouvernementale et qu'il faudrait encore plus vite faire muter notre orientation politique... Je pense que si les responsables socialistes multiplient ce type de discours sur les ondes (expliquant par ailleurs que nous n'avons pas été assez pédagogues) chaque tract distribué dans la semaine verra sa valeur électorale divisée par 4.

La question qui est devant nous est de savoir si nous avons les moyens d'éviter que la bérézina du 1er tour des municipales ne se reproduisent – peut-être en pire – en mai prochain pour les élections européennes et mars 2015 pour les élections régionales et départementales (si elles sont maintenues à cette échéance).

D'aucuns expliqueront que le remaniement permettra de solder les comptes et de montrer aux Français que le message du 23 mars a été entendu. Mais qu'importe de changer d'équipe gouvernementale, si ce n'est pas pour élargir son assise politique et sa majorité parlementaire et/ou pour changer d'orientation politique. Élargir la majorité ne s'entend évidemment que sur sa gauche : le MODEM et l'UDI n'étant pas même pour Hollande des alliés envisageables, d'autant que le MODEM a décidé d'entrer dans l'opposition ouverte au gouvernement à peu près au même moment où le Président de la République donnait une orientation clairement Bayrouiste à sa politique économique et sociale. Voilà qui devrait mettre un terme à l'illusion centriste de certains, jamais les électeurs centristes ne voteront pour la majorité présidentielle ou pour un allié PS «recentré» ; ils l'ont démontré de belle manière en votant massivement pour des municipalités et des oppositions conservatrices, alors qu'ils n'ont pas grand chose à contester à la ligne sociale-libérale de François Hollande.

5_debats_divisent_PS.jpgC'est évidemment un rééquilibrage à gauche de la majorité qui est nécessaire, en s'ouvrant au Front de Gauche et notamment au PCF et en cessant de mépriser ceux des socialistes dont l'analyse critique n'a pas été prise en défaut depuis le début du quinquennat. Les orientations économiques et sociales du gouvernement n'ont produit aucun résultat et ne devraient en produire aucune :
- la réduction drastique des dépenses publiques n'a pas abouti à la diminution de la dette ; au contraire, celle-ci a crû et les coupes budgétaires commencent à se faire sentir sur l'efficacité du service public, et donc la cohésion sociale, tout comme la fragilisation des finances des collectivités territoriales affectera durablement les investissements publics et donc l'activité économique ;
- La flexibilisation du marché du travail ne crée pas d'emplois, pas plus que la baisse du «coût du travail» qui fragilise tout à la fois les finances publiques et la sécurité sociale ;
- La réduction des cotisations des entreprises risque de se traduire aucunement par de l'investissement mais par un renforcement des dividendes versés aux actionnaires comme l'a annoncé le patron du MEDEF.

On ne crée de l'emploi que lorsque les carnets de commandes sont pleins ; c'est un argument qui plaide pour un tournant concret en faveur d'une politique de relance écologique et sociale, ainsi que d'un débat vigoureux sur la réorientation de la construction européenne. Seule une majorité de gauche large et rassemblée peut permettre la mise en œuvre de ce programme qui avait été imaginé et adopté au sein du PS en juillet 2011.

1509934_10152541474884972_2055071278_n.jpgPour une fois, soyons cohérents avec nos convictions et notre identité profonde. Jusqu'ici, non seulement les socialistes de l'aile gauche, qui ont eu le courage de porter une analyse rigoureuse et critique (sans être particulièrement connus dans l'opinion publique, qui n'a pas sanctionné le PS parce qu'elle les aurait entendus), ont dû à la fois supporter l'ostracisme de nombre de directions locales du parti et ensuite subir avec tous les socialistes les défaites brutales qu'on aurait pu éviter en les écoutant.

Pour réaliser ce tournant, il faut aussi un PS actif et pleinement conscient de son rôle. Les institutions de la Vème République créent l'autocensure du PS majoritaire alors qu'il doit anticiper les débats. Harlem Désir pense que le rôle du PS est relayer docilement et sans réflexion les décisions de l'exécutif quelles qu'elles soient : on a vu où cela nous a mené. Il faut vraiment réancrer à gauche le parti et la majorité... Mon inquiétude est que de nombreux camarades trouvent que le congrès est trop éloigné dans le temps pour attendre jusque là et rester au PS. Il y aura fort à faire pour les convaincre de rester et d'assumer le débat et la confrontation, on n'est pas toujours disposé à jouer les «Sisyphe heureux».

Peut-être est-il temps au regard de nos échecs collectifs pour convoquer un congrès anticipé et remettre à plat notre orientation politique et notre rapport au pouvoir.

Frédéric FARAVEL

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 09:18

Nicolas Sarkozy s'est donc "enfin" adressé aux Français par l'entremise d'une tribune publiée ce matin dans Le Figaro et pour leur parler de lui et de sa personne.

PHO3f2fbc4c-b048-11e3-818f-07d248a8be93-640x230.jpgL'ancien Président de la République serait victime d'un complot judiciaire, piloté par le pouvoir politique socialiste. Il est marquant que Nicolas Sarkozy, redevenu un justiciable comme un autre, soit aujourd'hui tombé sous le coups du durcissement des politiques pénales qu'il a lui-même fait voter. Il juge les moyens disproportionnés à son encontre et bien qu'il les conteste en droit et la justice devra justifier des moyens requis pour enquêter sur son compte. Au regard des affaires en question (arbitrage Tapie-Lyonnais, sondage de l'Elysée, financement libyen présumé de sa campagne de 2007) les éléments sont en soi assez grave pour que les moyens déployés soient importants.

Le fait que le Président déchu ait choisi d'usurper l'identité d'une connaissance de son avocat pour acheter un téléphone portable sur le modèle du grand banditisme plaide également en sa défaveur : de tels moyens pris pour se protéger indiqueraient qu'il y a quelque chose à masquer. En réalité, l'immunité présidentielle, dont il a joui 5 ans et qui n'aurait jamais dû exister, lui est monté à la tête car il n'admet pas l'idée même qu'il puisse être soumis à une quelconque investigation

L'outrance est dépassé lorsque l'ancien Président compare la République Française, sa Police et sa Justice à la RDA et à la STASI. La France ne serait donc plus un Etat de droit et les investigations seraient menées par une police secrète sur réquisition politique à des fins politiques. L'excès décrédibilise en soi le propos. Mais si Nicolas Sarkozy pense que l'exécutif agit ainsi - en dépit du fait que l'amateurisme effroyable dont le gouverement fait preuve dans cette affaire pour communiquer plaide pour le contraire - c'est qu'il est incapable d'imaginer que le pouvoir puisse fonctionner autrement : on imagine tout de suite la façon dont l'Elysée devait gérer les choses sous le prédédent mandat, ce que laisse à penser d'ailleurs certains enregistrements Buisson.

Le drame dans cette affaire c'est que Nicolas Sarkozy a décidé d'agir sciemment dans l'outrance avec cette tribune et que cela participe d'une stratégie de la tension, qui ne peut que s'aggraver. A ce rythme la paranoïa des sympathisants conservateurs ne peut que s'en trouver renforcer - les propos tenus et les tracts diffusés à l'occasion des élections municipales par ceux-là le confirme d'ailleurs - et sur le refrain du "tous pourris", il n'y a que Marine Le Pen qui y retrouvera ses petits.

Non seulement, Nicolas Sarkozy vient d'insulter la République Française dont il a eu la charge pendant 5 trop longues années, mais il la met aujourd'hui sciemment en danger. Il se croit homme providentiel, seul capable de sauver la Nation en danger. Cette stratégie ne peut pas fonctionner sinon au profit de pire que lui. Mais quand bien même il croirait à son étoile bonapartiste, il est bon de rappeler que son modèle en la matière a conduit la France à la ruine et que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Frédéric FARAVEL

J'ajoute ci-dessous la vidéo de l'entretien accordé ce matin par Arnaud Montebourg à France Inter, il a été pour une fois brillant.


Arnaud Montebourg: "c'est une injure à notre... par franceinter

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 14:22

Trop c'est trop ! Suite aux accusations d'une extrême gravité portées par O. Régis, qui n'a plus que le mensonge comme argument contre la défaite qui s'annonce, Dominique Lesparre, Maire (PCF) et leader du rassemblement de la gauche à Bezons, porte plainte pour diffamation. Retrouvez ici son communiqué qui sera distribué à tous les Bezonnais.

Bezons_Regis_Trop_c_est_trop.jpg

Partager cet article
Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 16:04

Je suis intervenu hier soir lors du débat public organisé par le groupe des conseillers régionaux socialistes d'Île-de-France autour de Jean-Paul Huchon, président de la Région et intitulé "Imaginons notre Île-de-France". Il s'insère dans une tournée de tous les départements de la Région afin d'échanger en direct avec les Franciliennes et les Franciliens à un an des prochaines élections régionales, qui s'annoncent difficiles car l'abstention risque d'être très forte.

BhgPyQnIQAAcRcO.jpgMa préoccupation portait sur le fait de savoir pour quelle région nous serions appelés à voter en mars 2015...

En effet, le 1er janvier 2016 sera créée la Métropole du Grand Paris qui va rassembler toutes les communes des trois départements de premières couronnes et la ville de Paris, en supprimant dans le même temps les communautés d'agglomération (parfois très puissantes, comme Plaine Commune, Grand Paris Seine Ouest ou Est Ensemble) qui existent sur ce territoire, mais sans toucher aux départements. Ce nouvel Etablissement public de coopération intercommunale disposera de pouvoirs extrêmement importants comme l'aménagement du territoire, l'habitat, ou encore la transition énergétique. Mais il risque par ailleurs d'être happé durant plusieurs mois voire plusieurs années par l'organisation de transferts de compétences et surtout de plusieurs milliers d'agents des futures ex-communautés d'agglomération.

Dans cette situation particulière, et la loi de modernisation de l'action publique et d'affirmation des métropoles ayant été votée dans les conditions que l'on connaît, il convient selon moi que la Région travaille sur la garantie que les villes, habitants et territoires du reste de l'Île-de-France ne se retrouve dans une situation de décrochage et de relégation. Il convient donc d'empêcher que se créent une fracture au sein de la Région entre les départements de première couronne et ceux de deuxième couronne (Val-d'Oise, Essonne, Yvelines ou Seine-et-Marne). Il faut également éviter une cassure au sein même de ces départements entre les communes proches de cette nouvelle et proche métropole parisienne, qui pourraient la regarder avec envie (et parfois crainte) sans pouvoir profiter, et plus loin encore les communes et territoires périurbains et ruraux où risquent de s'aggraver un sentiment d'abandon (insuffisance des services publics, des transports, etc.), terreau du vote FN.

J'avoue pour ma part n'avoir jamais bien compris comment on avait pu passer d'une réflexion rassemblant dans un même mouvement Région Île-de-France et Métropole - en effet, le coeur de l'agglomération ne saurait selon moi être coupé de ses territoires de banlieue, péri-urbains, agricoles et naturels - à une logique qui pourrait être préjudiciable à la Région elle-même au profit d'une nouvelle structure.

Il faut cependant désormais faire avec la loi telle qu'elle est ; la Région et la majorité politique - au premier rang, le PS - qui l'anime ont l'impérieuse obligation d'inventer les solutions qui permettront entre l'élection de mars 2015 et la création effective de la Métropole en janvier 2016 d'assurer la cohésion entre Franciliens et territoires d'Île-de-France sur tous les points de vue : habitat, transports, environnement, développement économique, sans oublier la solidarité financière...

Jean-Paul Huchon semble conscient de cet enjeu et a réaffirmé que de la force de la Région dépendait effectivement l'assurance qu'il n'y aurait pas de fracture centre-périphérie en Île-de-France.

Frédéric FARAVEL

Partager cet article
Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 08:57

reecouter.jpg

 
Marie Mendras
Politologue, chercheur au CNRS et au CERI
Thomas Gomart
Directeur du centre Russie/nouveaux états indépendants de l'Institut français des relations internationales
en savoir plus >
Marc Crépin
Correspondant de Radio France à Moscou
en savoir plus >

P1100053.JPG

Partager cet article
Repost0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 14:19

maxnewsworldthree441679.jpgDepuis mardi 25 février, l'UMP a décidé de provoquer une vaine polémique parlementaire sur le dos du Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. Chacun a pu comprendre en me lisant que le représentant de l'aile droite du PS n'était pas exactement la personnalité politique que j'appréciais le plus, c'est peu dire. Trop de divergences (économie, immigration, intégration, etc.) me séparent des positions qui sont les siennes et qui n'ont souvent plus grand chose à voir avec la tradition socialiste démocratique française.

Il faut cependant avoir l'honnêteté de dénoncerles faux procès faits à un homme politique, sinon toute critique que l'on pourrait lui faire ensuite perdrait toute crédibilité.

Ainsi l'UMP a accusé le ministre de l'intérieur d'avoir perdu ses nerfs en séance, tirant prétexte de l'incident qu'elle a elle-même provoqué pour justifier le boycott des Questions au gouvernement du lendemain. Selon l'opposition conservatrice, le Ministre de l'Intérieur vise depuis des mois à remplacer Jean-Marc Ayrault comme Premier Ministre (c'est possible) et sous le coup d'arbitrages récents et de quelques déboires médiatiques, Matignon s'éloignant pour lui il aurait été pris d'une fébrilité indigne d'un ministre de la République. Fébrilité qui serait étendue à l'ensemble du gouvernement et qui justifierait la démission du ministre.

Que reproche-t-on exactement à Manuel Valls ? D'avoir répondu à un député UMP qui mettait en cause la supposée connivence ou indulgence du gouvernement vis-à-vis des casseurs d'ultra-gauche à Nantes en marge de la manifestation du 23 février contre le projet d'Aéroport international à Notre-Dame-des-Landes. Alors que la plus extrême rigueur aurait été appliquée contre les manifestations anti-mariage pour tous, où se retrouvaient de manière carnavalesque conservateurs, réactionnaires et quelques groupuscules fascistes.

C'était une manière d'accuser Manuel Valls de complicité avec l'extrême gauche et l'ultra gauche. C'est une manière de sous entendre que le Parti Socialiste compte beaucoup d'anciens militants d'extrême gauche et que donc la porosité entre le parti de gouvernement et la gauche radicale ou ultra serait source de partialité. C'était également en résonnance avec le discours de nombreux dirigeants de l'UMP comparant EELV au FN.

Outre le fait que ramener sur un même plan extrême gauche et extrême droite ne tient pas une minute du point de vue de l'histoire politique du pays, il y a là une absurdité complète. Aucun responsable politique socialiste (à part peut-être Jospin et on se demande encore pourquoi il s'était enferré dans le déni) étant passé par des mouvements d'extrême gauche (LCR, OCI, GP, etc.) n'en fait mystère aujourd'hui et ils le peuvent car personne ne saurait dénoncer chez ses mouvements les mêmes dérives que celles reprochées au FN et à toute la nébuleuse d'extrême droite. D'autre part, il serait risible aujourd'hui de voir une connivence entre les membres socialistes du gouvernement et de la direction du PS, quand on constate la politique qu'ils soutiennent et qu'ils mettent en oeuvre.

Tel n'est pas le cas à droite. Le passé réactionnaire ou crypto-fasciste de certains parlementaires est en général vécu comme une maladie honteuse et mal assumé. Mais il reprend une certaine actualité lorsque l'on constate aujourd'hui la coagulation réactionnaire autour de la "Manif pour Tous". On constate également chaque jour la porosité idéologique entre l'ex droite républicaine et les nationaux-populistes, sur l'immigration, l'identité nationale, les questions de société (égalité femmes-hommes, mariage et adoption homosexuels, PMA, études de genre, éducation), l'UMP concédant ouvertement que le seul dossier qui l'empêche de s'allier au FN de Marine Le Pen est la volonté de ce dernier de quitter l'euro. Aveu terrible...

Le Ministre de l'Intérieur était donc parfaitement fondé face à la dénonciation d'une collusion imaginaire à renvoyer le parti conservateur à la collusion intellectuelle, idéologique, personnelle, historique et actuelle entre l'UMP et l'extrême droite. Il n'a pas eu de mal à démontrer que l'indulgence n'avait pas été de mise face aux casseurs (et les reportages sur les victimes des "violences policières" ce jour-là l'ont largement rappelé). Et il a pu rappeler l'origine d'extrême droite de Claude Goasguen, l'un des plus virulents parlementaires de droite. Il est pathétique que ce dernier nie aujourd'hui ce qu'il reconnaissait à demi mot hier et que les médias ont depuis quelques jours à nouveau établi.

A ce titre, non seulement Manuel Valls n'a pas commis de faute dans l'hémicycle, mais il a également fait oeuvre de salubrité politique. C'est bien la droite qui en la matière fait preuve de fébrilité et de nervosité.

Frédéric FARAVEL

Partager cet article
Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 11:00

cropped-bezons-banniere-web-01-022.pngOn savait que Monsieur Olivier Régis, UMP réactionnaire depuis peu déguisé en UDI réactionnaire, voulait empêcher l'aménagement d'un véritable centre ville pour les Bezonnais ! Il a menti sur le coût de la mairie en construction ou sur le parc Bettencourt. Il a également démontré son incompétence en terme de gestion locale en ne comprenant pas comment fonctionnait une ZAC où les financements des aménageurs permettent de réaliser des espaces et des batiments publics aux services des habitants. Incompétence complétée par sa volonté de louer à la place pour faire office d'Hôtel de Ville des bureaux dans des immeubles à vocation économique en construction devant la gare de tramway, pensant utiliser un argent qui n'existerait pas puisqu'il dépend entièrement de la réalisation de la ZAC du centre ville. Une manière de proposer une méthode efficace pour ruiner Bezons (dépenser un argent que l'on n'a pas et handicaper le développement économique de la ville). A ce niveau de confusionnisme, on peut se dire que c'est de l'art.

Mais que ce représentant de la droite dure (qui milite pour que les chômeurs travaillent gratuitement dans les entreprises) exploite honteusement contre le projet d'Hôtel de Ville une situation humainement difficile est ignoble.

Que se passe-t-il réellement ?

Un très vieux pavillon est situé dans le périmètre d'aménagement du centre ville. Une enquête publique a mis au jour les conditions de vie des occupants. En accord avec l'avis du commissaire enquêteur et du Préfet du Val-d'Oise, le conseil municipal du 11 décembre 2013 - auquel n'ont pas daigné participer O. Régis et ses amis - a pris en compte la situation de la famille qui y réside.

Ainsi, contrairement à ce que dit O. Régis, il n'y a pas d'avis d'expulsion.

Reprenant l'avis du commissaire enquêteur : Pour Monsieur K. domicilié 12 bd Gabriel-Péri: "compte tenu de l'état de santé de Monsieur, il est décidé d'un moratoire sur cette acquisition au moins jusqu'en 2017 [en clair, cet achat est suspendu] si aucune solution d'accompagnement plus précoce n'était retenue pour Monsieur ou Madame ou leurs ayants droits".

La prétendue générosité d'O Régis a ses limites Dans les messages qu'il envoie à ses partisans, ce candidat de droite va même jusqu'à déclarer : "Défendons la famille jusqu'au 23 mars [date du 1er tour des élections] cette action nous assurera la victoire".

O. Régis est décidément prêt à tout pour grapiller quelques voix. Il tente une exploitation politicienne d'une situation humaine douloureuse, mais il paraît évident que vu l'état du pavillon c'est la solution du relogement dans des conditions décentes qui sera la solution et pas de confire la ville dans certains habitats dégradés.

Frédéric FARAVEL

Partager cet article
Repost0