Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 16:54

Partager cet article

Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 15:52

Plus belle la gauche (4) : « l'euro » du village

Plus belle la gauche, le premier feuilleton 100% socialiste vous livre son 4ème épisode où Benoît profite du référendum irlandais sur le traité de Lisbonne pour convaincre les Reconstructeurs de parler d'Europe.

Montage SL
Résumé des épisodes précédents : en 2005, Gaucheville avait été déchirée entre les « non non » et les « oui oui »« oui oui » de Gaucheville avaient continué d'en vouloir aux « non non » qui eux-même en voulaient aux « oui oui »« non non ».

qui n'étaient pas d'accord sur le nouveau règlement intérieur de l'Europe, le TCE. Les Français avaient voté contre et les de ne pas avoir écouté les Français et leur En 2008, le nouveau règlement intérieur de l'UE, le traité de Lisbonne, devait être voté à l'Assemblée. Comme les municipales approchaient, François (Hollande) et Jean-Marc (Ayrault) avaient décidé de voter « ni oui ni non » pour faire croire aux Français qu'à Gaucheville, on est capable d'être dans l'opposition mais pas trop, c'est à dire nulle part. Les habitants de Droitecity ayant presque tous voté « oui », le texte était passé. Depuis, Gaucheville était au moins soulagée d'un poids : on n'aurait plus à parler d'Europe et on pourrait se consacrer à des choses bien plus intéressantes, comme par exemple chercher avec qui on n'est pas d'accord pour le lui signifier par médias interposés et, de préférence, à une heure de grande écoute. Mais voilà que soudain les Irlandais commencent à menacer de voter non au traité de Lisbonne. Un retournement de situation qui intéresse beaucoup Benoît (Hamon)…

Maison de la Radio, lundi 9 juin, 6h20, Benoît serre la main de Demorand. On lui offre un siège : « Vous n'auriez pas le Sunday business post plutôt ? », demande-t-il. On lui conseille d'aller jeter un œil chez Radio France International. Hier, un collègue député européen lui a dit que ce journal irlandais avait sorti un sondage où le « oui » dépassait légèrement le « non » pour le référendum de jeudi. Aucune importance : les baromètres frétillent toujours à la veille d'un vote pareil. « Si l'Irlande vote non, le Parti n'aura plus le choix. » François l'avait bien roulé quand il l'avait nommé secrétaire national au Projet européen du PS. « Réconcilier le oui et le non », tu parles, un placard pour emmanuelliste, oui ! Mais maintenant, il tient sa revanche : « vous allez en bouffer de l'Europe, que vous le vouliez ou non ! »

7h16, Benoît a bu un litre de mauvais café de radio de service public. Ajouté aux trois expressos bus au comptoir des Ondes, en face de la Maison de la Radio, il a les doigts qui tremblent un peu. Il faut dire qu'Henri (Emmanuelli) lui a mis le NPS entre les mains : « Notre courant ne peut pas disparaître dans la course à la mairie de Gaucheville. Tu es le seul à pouvoir représenter nos idées : parle leur d'Europe, ils n'y comprennent rien ! Avec la présidence française qui arrive et le traité de Lisbonne qui va peut-être se planter en Irlande, ils auront besoin de quelqu'un pour trouver une position de conciliation. Et ce quelqu'un, ce sera une jeune pousse, ça sera toi Benoît ! » Henri avait versé une larme. Que c'est dur d'avoir quarante ans au Parti socialiste !

8h41, Benoît y est presque. Sur l'Europe, il a tout dit mais rien sur la course à la mairie de Gaucheville. Il doit se réserver pour la toute fin, faire son coup d'éclat, sa petite phrase du jour qui se répercutera dans tous les médias... Mais la pression est trop forte, Nicolas Demorand et Hélène Jouan l'assaillent de toutes parts… et merde : « Aujourd'hui, ce n'est ni Bertrand Delanoë, ni Ségolène Royal car leur offre politique n'est pas à même de nous ramener au pouvoir car c'est à peu près la même offre qui a amené à la défaite partout en Europe… » Ça y est, il l'a dit : si avec ça les Reconstructeurs ne comprennent pas le message, c'est à désespérer du PS !

Laurent (Fabius) sortira-t-il de son silence si le « non » l'emporte en Irlande ? Benoît saura-t-il convaincre Marie-Noëlle (Lieneman), Jean-Luc (Mélenchon) et les autres de venir regarder l'Euro 2008 avec lui ? Vous le saurez en regardant les prochains épisodes de Plus belle la gauche.


Pour retrouver les précédents épisodes de notre série, cliquez ici.

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 16:00
clin d'oeil à Alain Chabat...

Partager cet article

Repost0
9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 13:32
L'employée modèle selon Sarkozy... Mais sera-t-elle payée plus à la fin du mois ? Cela permettra-t-il de nouvelles créations d'emplois ?

 

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 13:04

Rocard avait demandé à Royal de se retirer en sa faveur
NOUVELOBS.COM | 25.07.2007 | 18:53

"Il n'y avait plus rien à faire, elle était fichue, c'était visible. (…) C'était une possibilité d'éviter la défaite. Mais il était peu probable qu'elle dise oui", raconte l'ancien Premier ministre socialiste.

Michel Rocard et Ségolène Royal (Sipa)

Michel Rocard et Ségolène Royal (Sipa)

L'ancien Premier ministre Michel Rocard confirme, dans un entretien à Paris-Match à paraître jeudi 26 juillet, avoir demandé à Ségolène Royal de retirer sa candidature à l'élection présidentielle de 2007 pour prendre sa place, au motif qu'"elle était fichue".
Interrogé pour savoir si ces faits sont exacts, Michel Rocard répond : "Bien sûr! C'était à la veille du blocage des parrainages des maires pour la liste des candidats (en mars 2007, NDLR). Il n'y avait plus rien à faire, elle était fichue, c'était visible. Je savais que je restais toujours parmi les 5 ou 6 socialistes en tête des sondages... C'était une possibilité d'éviter la défaite. Mais il était peu probable qu'elle dise oui".
Selon lui, la candidate lui a répondu "que si elle se désistait, ce serait au profit du premier secrétaire" François Hollande. "Une sottise", ajoute-t-il.

 

"Le charme et l'innovation ne jouent en rien"
L'anecdote avait été rapportée dans un livre d'entretiens, avec le journaliste Gérard Leclerc, du député PS Claude Bartolone, paru fin juin ("une élection 'imperdable'", éditions de l'Archipel).
L'ex-Premier ministre de François Mitterrand dit ne pas vouloir "(s')exprimer sur Ségolène Royal".
Mais il glisse que "le charme et l'innovation ne jouent en rien (...) pour aider à la paix au Moyen-Orient ou à la stabilisation du dollar et de l'euro" et estime que si Dominique Strauss-Kahn avait été le candidat socialiste, "au moins, la défaite n'aurait pas été certaine".

 

La défaite n'était pas "une surprise"
Parlant de manière allusive du projet du PS pour la présidentielle et de celui de la candidate, l'eurodéputé, qui dit retrouver "une vie normale" après un accident vasculaire cérébral au début du mois, Michel Rocard déclare : "Compte tenu de ce que l'on a osé appeler un programme, je ne peux pas dire que la défaite ait été une surprise. Tout candidat appuyé sur un projet insortable aurait subi le même".
Selon lui, le PS "a produit un discours collectif inconséquent et disparate" car "la gauche française ne s'est toujours pas défaite de son rêve d'économie administrée". "Il faudra des années pour construire une pensée critique de l'économie de marché", ajoute-t-il.

 
 

"Effrayé" par la politique économique de Sarkozy
Dans ce même entretien, Michel Rocard se dit, par ailleurs, "très effrayé par la ligne économique et financière" du président Nicolas Sarkozy.

Le député socialiste européen se dit "plutôt rassuré par le nouveau style que donne le président Sarkozy - avec ses initiatives bizarres - à la politique politicienne (...)". "Mais je suis très effrayé par sa ligne économique et financière", ajoute-t-il.
"Nicolas Sarkozy a eu raison de rechercher quelque chose qui puisse déclencher un petit surplus de croissance. Mais sa technique, celle du dégagement de l'impôt pour les plus riches - qui sont ceux qui consomment le moins - n'est pas la bonne. Ce cadeau de 13 milliards d'euros n'aura pas le moindre effet sur la consommation. Je suis très inquiet".

Partager cet article

Repost0
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 13:47
diffusé en février 2007, c'était sûrement prémonitoire...

Partager cet article

Repost0
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 22:24
La vidéo controversée de Nicolas Sarkozy au G8
LEMONDE.FR | 10.06.07 | 11h14  •  Mis à jour le 10.06.07 | 15h04

ontrairement à leurs consœurs françaises, les chaînes de télévision belges n'ont pas hésité à diffuser un extrait d'une conférence de presse donnée par Nicolas Sarkozy lors du sommet du G8, où le président français, rapporte une chaîne belge, "n'avait pas bu que de l'eau", pour reprendre les termes utilisés par le présentateur. Dans l'extrait vidéo, désormais facilement trouvable en ligne, le chef de l'Etat arrive devant les journaliste en s'excusant de son retard – "Je vous demande de bien vouloir excuser mon retard dû à la longueur du dialogue que je viens d'avoir avec monsieur Poutine" – avant d'enchaîner hésitations et sourires hilares.
Version Longue :

Partager cet article

Repost0
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 14:00

Manif de droite
envoyé par a360

Partager cet article

Repost0
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 10:13
file-252626-195837.jpgLa chronique du sauveur de la France se poursuit en Méditerrannée. Non, Nicolas ne nous a pas abandonné, il reviendra bientôt pour notre plus grand plaisir et sa résurrection n'en sera que plus éclatante. Car notre nouveau Christ est descendu aux enfers, contraint sans doute malgré lui, d'embarquer dans un jet privé puis sur un Yacht à 200 000€ la semaine prêté par le grand Satan Bolloré, après avoir été forcé de passer 2 nuits dans une chambre du Fouquet's offertes par la maison pour 3 000€ la nuit, grâce au petit Satan local.
Mais réjouissons nous déjà car après les multiples résurrections de momies vagissantes opérées par imposition des mains sur la scène de la place de la Concorde en public dimanche 6 mai, saint Nicolas nous offre en avant première la résurrection de Lazare Halliday, annoncée avec une touchante candeur par l'éplorée Laeticia sur RTL.
C'est vrai que la vie lui été devenue impossible à cette pauvre femme...
Pendant ce temps, alors que Johnny revient, Laure Manaudou vient de partir, et Yannick Noah s'apprête à le faire...
Bienvenus dans la Nouvelle France !
FRED


Bolloré se dit "honoré" d'accueillir M. Sarkozy, après Blum et Mohammed V
LE MONDE | 09.05.07 | 11h03 • Mis à jour le 09.05.07 | 11h27

près avoir refusé de confirmer pendant deux jours que Nicolas Sarkozy était son hôte et que le jet privé et le yacht empruntés par le président élu étaient sa propriété, Vincent Bolloré est sorti de son silence, mercredi 9 mai matin, dans un communiqué.

"A la question posée par François Hollande, il est indiqué que ce n'est bien sûr ni la République, ni le groupe Bolloré, mais Vincent Bolloré à titre personnel qui a invité M.Sarkozy et sa famille, pour quelques jours de vacances" , souligne le communiqué.

Vincent Bolloré se dit "honoré d'avoir reçu M. Sarkozy et sa famille après sa campagne et avant qu'il ne soit président. C'est d'ailleurs une tradition dans la famille Bolloré qui a eu l'occasion de recevoir Léon Blum plusieurs semaines dans son manoir, au retour de captivité [après la seconde guerre mondiale], ou Mohammed V de retour [d'exil] de Madagascar avant qu'il ne devienne roi du Maroc".

Il précise que son groupe, "fondé en Bretagne il y a 185 ans", "ne fait pas partie du CAC 40 et n'a jamais eu aucune relation commerciale avec l'Etat français".

Partager cet article

Repost0
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 15:02
file-252241-158507-moyenne-evt.jpgça y est... il es parti !
oh non ! Nicolas par pitié ne nous laisse pas ! tu es notre sauveur !
Mais ne vous inquiétez pas les enfants dans trois jours saint Nicolas réapparaîtra et comme le Christ, revenant des enfers, il reviendra à la vie vétu de l'Habit présidentiel comme d'autres vétissent l'habit de lumière pour sauver les riches, achever les pauvres et insulter la mémoire des morts...
Ouf !
Qu'est-ce qui va pas imaginer Nicolas, c'est dingue !
Fred

Partager cet article

Repost0