Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise.
Je suis membre du bureau fédéral du Val-d'Oise du Parti Socialiste et suppléant au Conseil National du Parti Socialiste.
en savoir plus

 

Trouve

Maintenant la Gauche !

signez la contribution générale de MLG pour le congrès de Poitiers

 

27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 17:44
Oui à des Primaires de toute la gauche pour un candidat unique au premier tour
- Primaires PS-Modem ? Non, honteux et ridicule
- Primaires du PS seul, impact plus limité, quel intérêt ? à quelles conditions, comment ?

Les primaires, c’est comme la langue d’Esope, cela peut-être la pire et la meilleure des choses.
Quelle est la base politique ? Quel est leur périmètre ? Quelle organisation ?

L’idée est stimulante s’il s’agit d’unir, de rassembler la gauche derrière un candidat qui fasse consensus sur un programme de transformation social. Dans ce cas-là, plus il y a de votants, plus il y aurait de chances que le candidat soit vraiment à gauche, plus le programme serait avancé, et plus il y aurait de chances qu’il soit en tête dés le premier tour - ce qui serait synonyme de victoire. Il ne faut pas avoir peur des masses de gauche, elles cherchent une issue à gauche, et 52 % des sympathisants du PS estiment eux-mêmes que leur parti n’est pas assez à gauche. (Le 1er décembre 2004 officiellement 42 % des adhérents du PS (en réalité une majorité) avait opté pour le « non » au TCE, mais 59 % de l’électorat socialiste avait voté « non » le 29 mai 2005 : on peut avoir confiance dés que la gauche est mobilisée).

1°) Mais ce qu’une pétition semble proposer  en invitant et en associant le Modem à participer, ce sont des primaires Modem-PS : là c’est honteux, car c’est une manipulation pour associer la droite à la désignation du candidat éventuel de la gauche. Et c’est voué à l’échec d’avance car les militants du parti socialiste n’accepteront fort heureusement jamais de désigner un Bayrou comme candidat. Alors pourquoi les promoteurs de cette initiative appellent-ils le Modem à participer en prévoyant d’ors et déjà une « case » à cocher où ils s’identifient pour participer au vote en tant que tels ? Le Modem n’est pas dans le périmètre de la gauche mais dans celui de la droite.
 
2°) Le parti de gauche et le NPA ont annoncé qu’ils ne voulaient pas de ces primaires-là. S’il s’agit des primaires Modem-PS manipulées par la grande presse, on les comprend. Mais c’est étrange que ces deux partis qui souhaitent à juste titre rassembler un front de gauche, s’opposent à l’occasion de le faire au travers d’un débat et d’un choix au sein de la gauche !
Qu’ont-ils à craindre ? S’il s’agit d’un choix et d’une consultation organisée en commun par toutes les composantes de la gauche, toutes les garanties démocratiques peuvent être données. Si ce n’était pas le cas, ils pourraient se retirer à tout moment.  Pourquoi ne pas saisir la perche ?  Si toutes les composantes de la gauche participent, une chose est absolument certaine, le candidat ne sera pas « social-libéral », il se situera forcément au cœur de la gauche, sur une ligne acceptable par une large majorité de ses composantes ainsi rassemblées.
C’est facile à comprendre comme mécanisme :  si chacun va à la bataille séparément, les voix les plus à gauche seront séparées des autres et le risque est donc que ce soit un “social-libéral” désigné au sein du seul PS qui se retrouve au deuxième tour.  Ce ne sera pas le cas si chacun accepte de chercher un accord et un candidat commun dés le premier tour.
 
3°) Reste une dernière hypothèse, celle qu’une partie des socialistes semblent promouvoir  : à partir du moment où les autres composantes de la gauche refusent un débat préalable sur un programme puis un débat sur le candidat commun, alors on revient dans un schéma presque classique : ce qui est proposé est une « primaire » entre candidats socialistes comme en 2007 mais “ouverte”. Est-on sûr que ce soit aussi mobilisateur ? N’est-ce pas plus incertain, plus dangereux ?
Car dans ce cas, l’intérêt est beaucoup plus limité de vouloir faire arbitrer par des non militants (combien ?) entre les multiples candidats qui surgiraient alors. Il y faudrait deux tours, beaucoup de palabres, et ce ne serait pas forcément plus probant ni plus enthousiasmant, que le choix raisonné et mûri d’un parti.
Dans tous les cas, il faut un débat sur le fond avant, ouvert lui aussi, pour ne pas voter sur des têtes sans programme.
Sans ce débat, tout vote serait démagogique. Personnaliser la politique, c’est dépolitiser les personnes.
Ensuite, il faut des garanties extrêmement sérieuses de non-manipulation par la presse et les médias, qui pousseraient n’importe qui à intervenir et à voter : que ce ne soit pas des gens de droite qui viennent arbitrer pour quelques euros et désigner le plus mauvais candidat. L’organisation doit être soigneusement débattu, les garanties démocratiques doivent être maxima, le financement doit être contrôlé.


Gérard Filoche, pour D&S, jeudi 27 août

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Filoche - dans Réinventer la Gauche
commenter cet article

commentaires

Bernard Gilleron 01/09/2009 10:50

Elémentaire, mon cher Watson... Filoche parle d'or!L'interview de Mélenchon dans l'Humanité du 26 aout, montre bien que Filoche analyse clairement l'erreur historique de la rencontre du révolutionnaire d'opérette (le petit facteur) et de l'apparatchik pur sucre du PS, qui après avoir fait une carrière complète comme minoritaire au PS (no problem: il l'aura sa retraite à taux plein, et une retraite de sénateur: miam!) se sent pousser de ailes, s'évade de sa cage dorée du PS, et en s'appuyant sur ce qu'il pense être deux gogos(le PCF et le NPA) rêve de faire président!Je ne crois pas un instant à sa réussite: le PG ne représente rien et même Dolez Député, perdra son siège à Douai (à quelques lieues d'Hénin-Beaumont), s'il ne recueille pas le soutien conjoint du PS et du PCF. Du reste j'ai vécu sous son règne ma première réadhésion active a la Fédé59, avec lui comme 1er Fédéral: on ne peut vraiment pas dire qu ce fut une période de super transparence, ni de démocratie, ni de discussions de fond au sein de la Fédé. En outre, à part son assistante parlementaire, il n'a pas emmené grand monde avec lui en pquittant le PS... Le PCF n'est en aucun cas dans une optique de type "autre gauche", adversaire résolue du PS, promue par Mélenchon. Les alliances historiquement bien consolidées depuis 40 ans entre PS et PCF dans les élections de tous niveaux, ne vont pas disparaitre du jour au lendemain grâce à la conversion des communistes au trotskiste Beancenot. Ayant passé 9 ans de ma vie comme adhérent du PCF, et y ayant encore beaucoup d'amis, je sais de quoi j'cause.Pour conclure en additionnant les très justes analyses de Gérard Filoche de D&S, et les idées du Nouveau front populaire des amis de Gauche-Avenir, lesquels vont finir par se rejoindre, et en nous conduisant en principaux apports de contenu dans la stratégie définie à La Rochelle par Aubry, nous avons en effet l'occasion historique de définir un projet(ou pacte)non social-libéral, qui soit la base de primaires de toute la gauche et des verts: partis, associations, syndicats et clubs, qui disqualifieront une fois pour toutes les Terra-Novistes, Vallsistes, "Marseillais", et  qui définiront un candidat "acceptable" comme dit Filoche, par toutes ces organisations signataires de la charte.Qui ? peu importe! Le moment n'est vraiment pas venu de choisir ni même d'imaginer qui (ce qui serait: "faire la cuisine dans les marmittes du futur") Il nous reste 1000-60 jours, utilisons les bien, sans mettre les wagons devant la locomotive..Travaillons, discutons, mobilisons très largement, pour définir le projet d'évolution révolutionnaire susceptible de changer vraiment l'air de cette société à bout de souffle. Et des idées, il y en a: a nous d'amener au pouvoir un Président et une Majorité ayant l'intention réelle de les mettre en oeuvre!