Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 15:40

J'ai rédigé pour la Gauche Républicaine et Socialiste cette analyse des élections municipales. Je la publie également ici.

Bonne lecture,
Frédéric Faravel

Municipales 2020 (en France) : au-delà de plusieurs symboles réjouissants, les défis restent immenses

Au soir du second tour des élections municipales, et le lendemain encore, nombreux sont ceux à gauche qui crient victoire. Il n'est pas question de leur reprocher, il est légitime que des candidats et des militants se réjouissent de leurs résultats après une campagne qui n'a ressemblé à aucune autre. Les militants de la Gauche Républicaine & Socialiste se réjouissent tout autant lorsqu'ils ont participé à la victoire des forces de gauche là où elle a eu lieu. Nous tentons de consoler aussi d'autres camarades, amis et sympathisants qui ont connu la défaite, parfois attendue, toujours amère et souvent injuste.

Une fois dit ou écrit cela, il faut cependant prendre garde à ne pas tomber dans le triomphalisme en tirant des conclusions erronnées du scrutin qui vient de s'achever. Rien ne serait pire pour la gauche de répéter la même erreur interprétative que celle de mars 2001, où dans un accès de cécité volontaire, la conquête de Paris et de Lyon avait permis de masquer des résultats plus mauvais que ce que la presse et les partis avaient alors présenté. Le fait qu'un certain nombre de grandes villes basculent vers des listes rassemblant la gauche et les écologistes (Lyon, Bordeaux, Tours, Montpellier, Nancy, Annecy, Corbeille-Essonnes, Périgueux, Bourges, etc.), que certaines d'entre elles soient conservées par ce type de liste ou des rassemblements plus classiques (Grenoble, Lille) ou qu'ils évitent des basculements vers LREM (Strasbourg) [le cas de Marseille est plus complexe en attente d'un troisième tour] – c'est une excellente nouvelle – ne doit pas nous faire oublier qu'en réalité le ratio droite/gauche n'a pas réellement bougé : en 2014 il ne restait plus que 84 villes de plus de 30 000 habitants à gauche ; en 2020, elles sont 86, le bilan des gains et des pertes par la gauche et les écologistes est donc mitigé et il le reste si l'on regarder toutes les strates de population (sauf pour les villes de plus de 100 000 habitants). Le rejet du parti présidentiel semble cependant acté un peu partout – sauf exception – ce qui n'empêchera pas l'exécutif de continuer, après ce désaveu, à user sans vergogne de tous les moyens institutionnels dont il dispose

Le premier enseignement de ce scrutin, avant toute autre chose, c'est l'effondrement de la participation, alors que les élections municipales étaient réputées pour être plus fréquentées que les autres il n'y a pas si longtemps...

La crise pandémique, qui semble désormais relativement maîtrisée dans notre pays, n'explique pas pour l'essentiel cette chute brutale. Si elle a pu nous paraître expliquer l'abstention massive du premier tour (avec des appels publics dès la fin de la matinée du 15 mars à ne pas aller voter ou réclamant l'annulation du scrutin), le maintien d'une abstention aussi massive au second tour nous raconte une autre histoire, dans laquelle une large partie du peuple français a décidé de décrocher des élections. Alors qu'on pouvait imaginer que nos concitoyens – à défaut de considérer que les élections nationales avaient une influence réelle sur les choix gouvernementaux et l'évolution concrète de leurs vies – croyaient encore à l'efficacité du vote pour orienter des politiques publiques locales, il nous faut constater que ce n'est plus le cas pour une grande majorité d'entre eux. Les discours qui insistent sur le fait que les électeurs manqueraient de responsabilité sont un peu courts ; il faut faire droit à une idée désormais très répandue dans les catégories populaires selon laquelle la politique ne peut plus changer leur vie.

On aboutit donc du fait de cette abstention massive à une contradiction qui n'est qu'apparente : plus un territoire souffre de la mondialisation libérale plus il vote à droite ; plus un territoire semble s'y être bien inséré, plus il vote écologiste ou à gauche. Il faut mesurer ce que peut signifier une partie du vote écologiste dans les « métropoles » : c'est le retour d'un électorat qui avait voté Macron et LREM au printemps 2017 qui revient à un vote de centre gauche, où l'écologie se substitue peu à peu à la social-démocratie comme idéologie des catégories socio-professionnelles supérieures qui se pensent « progressistes ». Le risque de voir s'estomper encore la question sociale s'aggrave donc, les dirigeants des partis appartenant peu ou prou tous à ce milieu social et adhérant à la culture dominante des centre-villes métropolitains. D'une certaine manière, la France est en train d'achever le parcours qui conduit à l'américanisation de sa vie politique. L'abstention massive rejoint ce que l'on connaît depuis plusieurs décennies aux États-Unis et qui est une victoire de la pensée libérale : les structures collectives sont démonétisées et le business devient l'organisateur du corps social plus que la décision publique. C'est là un des résultats navrant des échecs de la gauche qui se prétend « de gouvernement » et qui a progressivement convaincu les citoyens qu'elle ne peut ou ne veut pas changer le monde. L'impuissance (volontaire) de la gauche face au Capital a provoqué la grève ou la dépression civique.

Nous avons donc franchi un cap qui marque une nouvelle étape de la crise démocratique, révélant encore avec force une fracture sociale et territoriale :

  • En effet, la forte abstention de dimanche (et du 15 mars) risque d'alimenter une rupture au sein même de nos villes qui pourrait créer des dégâts importants et à long terme sur l'acceptation même des politiques publiques locales. Si nous nous se réjouissons de l'adoption de programmes locaux mêlant officiellement solidarité et transformation écologique, leur mise en œuvre sera-t-elle aisée alors que dans certains cas ce sont plus de 70% des habitants qui ont boudé les urnes ? La remarque est d'ailleurs valable pour les communes qui ont choisi ou reconduit une majorité de droite ;

  • Cette abstention peut également renforcer des logiques clientélistes, puisque certaines forces politiques ont choisi de ne pas lutter contre la désertion des urnes. Il s'agit pour elles désormais de mobiliser sur un faible nombre d'électeurs leurs sympathisants et de faire ce qu'il faut pour être devant. Il n'est plus question ici de mobiliser les citoyens et de les convaincre de la pertinence de votre projet. On sait ce que cette logique comporte comme risques de corruption, de clientélisme, de communautarisme et parfois d'achat de voix ;

  • Cela marque également une fracture au sein du pays : qui peut croire que le pays bascule vers une gauche écologique, aux contours parfois indéfinissables, uniquement parce que les grandes villes et en leur sein les centre villes ont choisi dimanche majoritairement ce camp ? Très souvent en milieu rural, périurbain ou dans les quartiers populaires, les habitants sont restés indifférents aux propositions politiques qui leur étaient ainsi soumises, par la gauche comme par la droite. Les écologistes percent essentiellement dans les grandes métropoles. À l'inverse, on voit que la plupart des villes moyennes restent aux mains des maires sortants LR et divers droite (et certaines ont basculé cette année). Notre pays est donc de plus en plus clivé, avec des métropoles qui s'autonomisent, qui font sécession d'une certaine façon, et de l'autre des périphéries qui votent pour des forces plus « rétrogrades ». Ce rapport centre-périphérie est visible jusqu'au sein des métropoles.

Il conviendrait donc de ne pas tirer de conclusions hâtives du scrutin municipal. Les victoires médiatiques – aussi réjouissantes soient-elles – dans les grandes villes masquent des clivages nationaux profonds. Cette élection municipale était fortement désynchronisée du contexte national en raison de l'absence de logique d'alternance. Enfin une élection à 30% de participation et une élection à 80% de participation n'ont rien à voir. Les classes populaires n'ont pas voté. Lorsqu'elles se déplaceront à la présidentielle, elles pourraient faire entendre une toute autre musique.

On peut retenir que la gauche réussit mieux lorsqu'elle est unie et cohérente, que son projet a été travaillé et n'est pas qu'un bricolage de dernière minute. Le travail est encore largement devant nous. Et le défi d'engager une dynamique politique qui permette de convaincre l'ensemble des Français de l'utilité de la Démocratie et en son sein de la gauche républicaine et écologique reste entier. Nous devons être vigilants et éviter que (pour reprendre le concept d'américanisation de la vie politique française) la gauche française souffre du même aveuglement que les Démocrates américains qui tombèrent de haut face à Donald Trump.

Quoi qu'en dise les différents partenaires, les égos sont aiguisés dans la perspective de la course à la désignation d'un candidat pour élire un monarque présidentiel. Nous nous attacherons, nous, à retisser le lien abîmé avec nos concitoyens, là où nous pouvons le faire, que nous participions à des majorité ou à des oppositions municipales. Nous n'aurons également de cesse de plaider pour le rassemblement et un travail de fond pour un programme de transformation. Tout reste à faire.

il est impossible de faire mentir les chiffres : les rapports de force issus des élections municipales de 2020 sont sensiblement les mêmes que ceux d'il y a 6 ans, plus mauvais score de la gauche depuis 1971... sauf pour les communes de plus de 100.000 habitants...il est impossible de faire mentir les chiffres : les rapports de force issus des élections municipales de 2020 sont sensiblement les mêmes que ceux d'il y a 6 ans, plus mauvais score de la gauche depuis 1971... sauf pour les communes de plus de 100.000 habitants...il est impossible de faire mentir les chiffres : les rapports de force issus des élections municipales de 2020 sont sensiblement les mêmes que ceux d'il y a 6 ans, plus mauvais score de la gauche depuis 1971... sauf pour les communes de plus de 100.000 habitants...

il est impossible de faire mentir les chiffres : les rapports de force issus des élections municipales de 2020 sont sensiblement les mêmes que ceux d'il y a 6 ans, plus mauvais score de la gauche depuis 1971... sauf pour les communes de plus de 100.000 habitants...

Partager cet article

Repost0
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 10:45

NOUS SOMMES SOCIALISTES et nous aimons Bezons. Nous nous sommes engagés pour notre ville. Dès la campagne du 1er tour des élections municipales, nous avons fait le choix de soutenir Dominique Lesparre. Sa liste est arrivée en tête. Nous sommes plus que jamais convaincus que ce choix est le bon !
Depuis, les autres listes ont commis des tractations lamentables. Nous vous avions prévenus dès décembre qu'il n'y avait rien à attendre de Mme Nessrine Menhaouara ; elle vient à nouveau de le démontrer.
Motivée par ses seules ambitions personnelles, elle a fusionné avec la liste soutenue par le parti de Macron et une partie de la droite. Cette élue sortante qui a soutenu tous les projets municipaux qu'elle dénonce a ainsi vendu ses « convictions » pour tenter d'accéder au pouvoir. Elle n'a pas d'autres motivations et ce sont les Bezonnais.e.s qui en feront les frais.

Pour Bezons nous voulons :
 Une ville de gauche qui porte toujours haut ses valeurs de solidarité : cantine gratuite pour tous, plus de moyens pour le centre d’action sociale, maison des Femmes, moyens aux associations renforcés ;
 Une ville qui continue à se moderniser, où on pourra faire ses courses, se divertir, s’épanouir, faire du sport, boire un verre ou aller au restaurant entre amis ;
 Une ville qui donne sa place à chacun : logement pour tous, privé et social, de qualité, nouvelles crèches, écoles rénovées ;
 Une ville qui rayonne, attirant de nouvelles entreprises, de nouveaux emplois dont pourront bénéficier tous les Bezonnais ;
 Une ville qui poursuit sa transition écologique, avec de nouveaux espaces verts et un parc Bettencourt rénové, de nouvelles pistes cyclables, des bâtiments neufs aux dernières normes écologiques.

LE 28 JUIN 2020, PAS D'HÉSITATION, PAS DE DISPERSION, POUR UNE VILLE SOLIDAIRE, DYNAMIQUE & PLUS VERTE,

VOTONS « AVEC DOMINIQUE LESPARRE, VIVONS BEZONS »

Pierre BORDAS, conseiller municipal et ancien adjoint au maire ; Philippe NGWETTE, ancien adjoint au maire et ancien secrétaire de la section PS de Bezons ; Martin LOLO, adjoint au maire ; Philippe CLOTEAUX, ancien adjoint au maire ; Marie-Christine PASQUET-GRELET, ancienne conseillère municipale ; Farid BERKANE, ancien adjoint au maire ; François MOTAY, ancien conseiller municipal ; Martine COURBEZ, ancienne conseillère municipale ; Patrick BREUNEVAL, ancien conseiller municipal et ancien secrétaire de la section PS de Bezons ; Idriss BROUKSY, ancien conseiller municipal ; Marie-Lucile FAYE, ancienne conseillère municipale ; Luabeya MUTAMBAYGaétan GUIBERT et Yves GRELET, militants socialistes ; Frédéric FARAVEL, ancien membre du conseil national du PS et coordonnateur national adjoint des pôles thématiques de la Gauche Républicaine & Socialiste...

téléchargez le tracts des socialistes de Bezons pour soutenir la liste de Dominique Lesparre

tract des socialistes pour soutenir la liste "Avec Dominique Lesparre, vivons Bezons !" (juin 2020)
tract des socialistes pour soutenir la liste "Avec Dominique Lesparre, vivons Bezons !" (juin 2020)

tract des socialistes pour soutenir la liste "Avec Dominique Lesparre, vivons Bezons !" (juin 2020)

Partager cet article

Repost0
11 juin 2020 4 11 /06 /juin /2020 16:17
Dans 17 jours, nous voterons pour les élus qui auront la tâche de nos représenter pendant 6 ans au Conseil municipal. C'est un enjeu important. Vous pouvez encore apporter votre soutien et votre enthousiasme, pour participer à la dynamique autour de la liste Avec Dominique Lesparre, Vivons Bezons, en cliquant en dessous : vous voulez une ville de gauche qui soit toujours solidaire, qui ne trahisse pas ses valeurs, qui ne sombre pas dans les magouilles, qui ne se transforme pas en cauchemar macronien ? Rejoignez nous !
Rejoignez Vivons #Bezons ! #Municipales2020
Rejoignez Vivons #Bezons ! #Municipales2020Rejoignez Vivons #Bezons ! #Municipales2020

Partager cet article

Repost0
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 15:20

Dès le 16 mars 2020, la commune de Bezons a été confrontée comme tout le pays au confinement et aux conséquences de la crise sanitaire provoquée par la propagation du COVID-19. Cette crise n'a pas seulement causé des contaminations et des décès douloureux (ils sont peu nombreux à l'échelle d'une commune mais représentent toujours un drame humain), elle a été un facteur d'aggravation de la crise économique et sociale, plongeant des dizaines de familles en difficulté dans la précarité totale, compliquant pour toutes et tous notre quotidien.

Pendant deux mois, Dominique Lesparre et quelques adjoints au Maire (Florelle Prio, Arnaud Gibert, Nadia Aouchiche, Catherine Pinard, Martin Lolo et Françoise Salvaire) encore actifs - avec les cadres et agents municipaux fortement mobilisés - ont tenu bon au service de tous les Bezonnais, pour faire vivre la solidarité, assurer le maintien des services publics essentiels dans un cadre très contraints, coordonner l'action avec les commerçants et les supermarchés, soutenir les associations et leurs initiatives ; ils ont fait face.

Merci au Maire, à son équipe, aux fonctionnaires et à tous les agents publics pour leur action. On aurait aimé que tous les élus soient aussi consciencieux...

Alors, #MerciDominique

Frédéric Faravel

L'action municipale de #Bezons avec Dominique Lesparre et son équipe pendant 2 mois face au #COVID19 au service des Bezonnais
L'action municipale de #Bezons avec Dominique Lesparre et son équipe pendant 2 mois face au #COVID19 au service des Bezonnais
L'action municipale de #Bezons avec Dominique Lesparre et son équipe pendant 2 mois face au #COVID19 au service des Bezonnais
L'action municipale de #Bezons avec Dominique Lesparre et son équipe pendant 2 mois face au #COVID19 au service des Bezonnais

Partager cet article

Repost0
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 22:30

Au moment où notre pays et nos concitoyens s’apprêtent à vivre une épreuve inédite et complexe pour tenter de surmonter la menace épidémique du #CoVid_19, nous découvrons avec effarement le tract éruptif de Madame Menahouara qui semble faire fi de la situation. Dès dimanche soir, Dominique Lesparre a rappelé qu’il était trop tôt pour indiquer quelle serait la suite de la campagne (ce qui n’empêche pas de considérer qu’il soit logique d’appliquer à gauche le rassemblement autour de la liste arrivée en tête).

Le dépit d’être arrivée seconde explique la violence des propos de la candidate ; le vernis écologique dont elle a badigeonné son discours depuis un an (alors qu’elle a voté les mesures - notamment le Plan Local d'Urbanisme de 2015 - qu’elle dénonce aujourd’hui) masque mal la haine personnelle qu’elle voue au Maire de Bezons.

Normalement quelques semaines de réflexion devraient permettre à cette dame de retrouver le sens commun, la connaissant je n’y compte plus trop... puisqu’aucune des listes de gauche qui ont perdu le premier tour en semble trouver un discours rationnel, le moment venu nous appellerons les Bezonnais.es de gauche, écologistes et progressistes à faire le choix du calme, de la raison et de la sauvegarde de la solidarité en se rassemblant autour de l’équipe Avec Dominique Lesparre, Vivons Bezons.

"Le moment venu"... ce qui veut dire que ce qui compte pour le moment, c'est de vous protéger, de protéger votre famille et donc de respectant les consignes de confinement - bien que désagréables - décrétées lundi 16 mars au soir... Restez chez vous, restez en bonne santé...

Frédéric Faravel

Quand la candidate "PS-EELV" de #Bezons allie irresponsabilité et indécence...
Quand la candidate "PS-EELV" de #Bezons allie irresponsabilité et indécence...

Partager cet article

Repost0
6 mars 2020 5 06 /03 /mars /2020 16:22
Dominique Lesparre et ses colistiers de "Vivons Bezons"

Dominique Lesparre et ses colistiers de "Vivons Bezons"

Dans quelques jours, le dimanche 15 mars, vous serez appelés à choisir, à désigner, celles et ceux qui seront vos représentants au conseil municipal de Bezons pour 6 ans.

Je veux rappeler ici en quelques lignes les raisons pour lesquelles je me suis engagé depuis plusieurs mois pour la liste "Avec Dominique Lesparre, vivons Bezons".

Vous connaissez Dominique Lesparre, notre Maire ; vous connaissez son engagement de toujours et de chaque instant pour la solidarité et la justice. Vous connaissez l'action qu'il a menée depuis qu'il a succédé à Jacky Leser, pour défendre le logement pour tous, pour maintenir et développer les services publics locaux, pour la culture et l'enfance, pour mettre aussi le développement économique au service des habitants et de la collectivité.

Dans quelques mois, grâce à lui et aux membres loyaux de sa majorité municipale, nous bénéficierons TOUS de nouveaux commerces et d'un grand supermarché de qualité, d'un nouveau cinéma, et de centaines de nouveaux logements qui par leur diversité répondront à bien des attentes des Bezonnaises et des Bezonnais, tant parmi les nouveaux que les anciens habitants.

Grâce à un effort inédit de l'action municipale, nous profiterons également TOUS dans quelques semaines, dans quelques mois, d'espaces verts plus nombreux (contrairement à ce que je lis parfois Bezons n'en aura jamais compté autant depuis plus de 60 ans), avec un parc Bettencourt rénové et agrandi de deux hectares ! Nos enfants commencent déjà à profiter, à deux pas de l'école Victor-Hugo, des nouveaux jeux de plein air qui viennent d'y être installés.

Dominique Lesparre a réuni cette année autour de lui et à votre service une équipe de gauche, rajeunie et renouvelée profondément, mêlant compétences et enthousiasme, pour porter avec vous les projets qui sont l'avenir de notre ville.

Ensemble et avec vous, nous serons capables de prendre le relais de l'action engagée, d'agir et d'avancer !

Notre Ville a besoin, peut-être plus que d'autres encore, d'être en permanence défendue, auprès des pouvoirs publics, auprès des institutions, que ce soit l'Etat, le département, la Région... Ils ont trop souvent tendance à oublier les villes populaires et fières de l'être. Bezons doit se faire entendre et le Maire qu'éliront les conseillères et les conseillers municipaux que vous aurez choisis devra être quelqu'un de combatif et de déterminé ; quelqu'un qui ne se laisse pas aller au fatalisme ambiant, qui sache tenir tête et ne pas se laisser embobiner par les technocrates et les financiers. C'est ce qu'est Dominique Lesparre et nous continuerons sur cette voie avec lui.

D'ailleurs, où étaient celles et ceux qui se présentent aujourd'hui contre nous pour réclamer votre vote, lorsqu'il y avait besoin de lutter pour le maintien du commissariat de police, pour la Caisse primaire d'assurance-maladie, pour l'hôpital d'Argenteuil régulièrement menacé, pour défendre le logement social ou Argenteuil-Bezons Habitat ? Ah ça, y en a qui sont habitués à faire du bruit avec leur bouche, à raconter tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi) sur de grandes affiches jaunes, à tenter des coups de comm' ou à faire des selfies avec Manuel Valls...! Mais dans les moments cruciaux, ils avaient disparu !

D'autres encore, à droite, prévoient déjà la fermeture de certains services publics municipaux, comme le centre municipal de santé, dont nous connaissons tous l'importance pour nombre de nos voisins.

Et c'est la dernière raison que je veux évoquer et qui doit, selon moi, vous encourager à venir voter dès le 15 mars pour Dominique Lesparre. Nous devons donner un signal politique !

Nous devons sanctionner à l'occasion des élections municipales la politique d'Emmanuel Macron et de son gouvernement. Une politique qui casse les services publics, qui casse nos droits économiques et sociaux, qui abîme nos libertés, qui veut aujourd'hui briser notre système de retraites par répartition. Nos concurrents électoraux naviguent entre ambiguïtés (en négociant pendant des mois pour obtenir sans succès le soutien du parti du Président de la République, en soutenant les initiatives pour empêcher la grève) et soutiens à ces politiques. Menahouara, Roullier ou Stenström, c'est finalement 50 nuances de Macronisme !

Avec Dominique Lesparre et son équipe, vous avez un engagement à 100% contre la réforme Macron des Retraites, à 100% contre Macron, à 100% pour vous défendre, défendre vos intérêts face aux puissants.

Alors, dès le dimanche 15 mars, dès le premier tour des élections municipales, mobilisons nous, votons pour la liste conduite par Dominique Lesparre.

Frédéric Faravel

Partager cet article

Repost0
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 10:14

Les candidats de la liste "Avec Dominique Lesparre, vivons Bezons" vous présentent nos propositions emblématiques pour les élections municipales des 15 et 22 mars 2020.

Dans cette vidéo : la sécurité, les espaces verts, l'écologie et l'agriculture urbaine, l'urbanisme, le développement économique, les transports, les impôts locaux et les finances.

Partager cet article

Repost0
20 février 2020 4 20 /02 /février /2020 17:31

Les 15 et 22 mars 2020, vous choisirez vos conseillers municipaux et votre maire pour les 6 prochaines années.

Je me suis engagé pour la liste "Avec Dominique Lesparre, Vivons Bezons", pour une ville ancrée à gauche qui agisse pour la solidarité, le progrès social, et s'en donne les moyens.

Ian Brossat viendra au banquet républicain de la liste "Avec Dominique Lesparre vivons Bezons", le 29 février, à la nouvelle salle Elsa Triolet-Aragon.

Au programme, un bon dîner, des beaux échanges, et une soirée festive animée par un DJ.

20€ pour les adultes et 10€ pour les enfants !

Inscrivez-vous au 07 69 69 76 71, ou à l'atelier de campagne, au 13 avenue Gabriel Péri !

Rejoignez nous pour le Banquet républicain de la liste "Avec Dominique Lesparre, Vivons Bezons"

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2019 4 19 /12 /décembre /2019 19:47
SOCIALISTES, NOUS AIMONS BEZONS ET NOUS CHOISISSONS DOMINIQUE LESPARRE

Nous sommes socialistes de cœur et nous aimons Bezons. Nous lui avons apporté notre engagement et nous voulons continuer d’agir pour que notre ville porte nos valeurs et nos espérances, au service des Bezonnaises et des Bezonnais, lors des prochaines élections municipales.

Aujourd’hui, notre ville évolue sans renier son histoire et en offrant la promesse d’une meilleure qualité de vie. Aujourd’hui, notre ville se bat pour l'emploi, le dynamisme économique, l’éducation et le logement pour tous, contre l'habitat indigne. Elle agit pour développer de nouveaux services et commerces, de nouvelles activités culturelles, sportives et de loisirs.

Depuis plusieurs années, en France, solidarités et services publics sont mis à mal. Les attaques contre notre modèle social et républicain ont atteint un niveau invraisemblable depuis l’élection d’Emmanuel MACRON à la Présidence de la République.

Face à cette situation nationale, les équipes municipales successives de notre ville ont toujours été un rempart et une protection (cuisine centrale, centre de santé, centres sociaux, etc.).

Nous sommes profondément convaincus que l'action de notre maire, Dominique LESPARRE, est un atout et que le rassemblement de la gauche et des progressistes, dont il a toujours été l’artisan, est indispensable pour poursuivre cette action.

Nous avons donc été consternés, mais pas étonnés, que des élus « étiquetés PS » (dont certains ont, par opportunisme, pris tout récemment l’étiquette écolo : EELV ou Génération Écologie) avec à leur tête Nessrine MENHAOUARA, pourtant adjointe de Dominique LESPARRE, aient décidé de rompre notre union.

De 2014 à aujourd'hui, les élus PS ont voté tous les budgets permettant les transformations en cours. Rien ne justifie qu'ils critiquent désormais ainsi tout ce qui a été entrepris, sinon les ambitions personnelles de Mme MENHAOUARA.

C’est irresponsable et dangereux car cela met notre ville à la merci de la droite, quand le pays subit déjà les agressions d’Emmanuel MACRON.

ENSEMBLE, NOUS CHOISISSONS EN SOCIALISTES LE RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE & DES PROGRESSISTES, AVEC DOMINIQUE LESPARRE, POUR UNE VILLE SOLIDAIRE, CITOYENNE & ÉCOLOGIQUE

Pierre BORDAS, conseiller municipal et ancien adjoint au maire ; Philippe NGWETTE, ancien adjoint au maire et ancien secrétaire de la section PS de Bezons ; Martin LOLO, adjoint au maire ; Philippe CLOTEAUX, ancien adjoint au maire ; Marie-Christine PASQUET-GRELET, ancienne conseillère municipale ; Farid BERKANE, ancien adjoint au maire ; François MOTAY, ancien conseiller municipal ; Martine COURBEZ, ancienne conseillère municipale ; Patrick BREUNEVAL, ancien conseiller municipal et ancien secrétaire de la section PS de Bezons ; Idriss BROUKSY, ancien conseiller municipal ; Marie-Lucile FAYE, ancienne conseillère municipale ; Luabeya MUTAMBAY, Gaétan GUIBERT et Yves GRELET, militants socialistes ; Frédéric FARAVEL, ancien membre du conseil national du PS et coordonnateur national adjoint des pôles thématiques de la Gauche Républicaine & Socialiste

Télécharger notre tract au format PDF

tract publié en décembre 2019 par des élus, anciens élus ou responsables socialistes locaux ou nationaux du Parti socialiste militant à Bezons

tract publié en décembre 2019 par des élus, anciens élus ou responsables socialistes locaux ou nationaux du Parti socialiste militant à Bezons

Partager cet article

Repost0