Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube. J'anime aussi le groupe d'opposition municipale de gauche "Vivons Bezons" et je suis membre du groupe d'opposition de gauche ACES à la communauté d'agglomération Saint-Germain/Boucle-de-Seine.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

3 décembre 2021 5 03 /12 /décembre /2021 14:07
Nous revenons après quelques jours sur le conseil municipal du mardi 30 novembre 2021. Comme à son habitude, la Maire de Bezons s’est montré particulièrement désagréable et méprisante… rien de nouveau sous le soleil, nous direz-vous ? Mais nous ne nous habituons pas à ce manque de respect de la part d’une première magistrate de notre ville qui devrait au contraire montrer l’exemple.
Il faut croire que cela n’arrivera jamais…
Plusieurs sujets méritent que nous revenions dessus :
 
⚽️ Les activités sportives d’abord :
 
✅ Nous avons voté une diminution de la facturation de certaines activités sportives municipales suite à la suppression de nombreuses séances du fait de la crise sanitaire sur l’année 2020-2021. Ce n’est que justice.
 
💃🎼 Nous nous sommes par contre abstenus sur la délibération qui traitait du niveau de remboursement des activités suspendues de l’École municipale de musique et de danse pour la même année. Il est nécessaire de vous expliquer pourquoi… d’abord notons que quelques informations ont été apportés qui permettront de répondre aux nombreuses familles qui se sont plaintes auprès de nous de l’attitude de la mairie sur ce sujet : le courrier, qui a été envoyé aux familles leur demandant de régler en une seule fois les montants dus, ne concernait que les activités de l’EMMD des 2e et 3e trimestres de l’année 2020-2021 pour lesquels les encaissements n’avaient pas été réalisés et qui avaient été fortement perturbés par la crise sanitaire. Le paiement en 3 fois est donc maintenu pour les inscriptions à l’EMMD sur l’année 2021-2022. Par ailleurs, de nombreuses activités avaient été « oubliées » par la municipalité dans la délibération qui nous avait été soumise au printemps 2021 et il a fallu rattraper cet « oubli »… notons au passage de la Mairie de Bezons considère que des séances réalisées à distance valent souvent autant qu’un véritable cours de musique ou de danse, c’est « innovant » (hem...hem...). Par contre, pour ces activités soumises à un certain niveau de remboursement aux familles (nous mettrons les tableaux en commentaires) sur 2020-2021, il est bien exigé par la Ville un paiement en une seule fois : or même si pour certaines familles, la diminution est parfois importante (jusqu’à 88 % sur certaines activités), il reste la question du cumul des sommes quand plusieurs enfants d’une même fratrie sont concernés et surtout le cumul avec le paiement pour le 1er trimestre 2021-2022, qui tombe aussi avec de nombreuses régularisations fiscales. La facture s’avère donc salée pour certaines familles et la municipalité divers droite prétexte que c’est le Trésor Public qui bloque et exige un paiement en une seule fois. Elle se défausse donc sur le Trésor Public et renvoie les familles vers l’administration fiscale pour qu’elles trouvent un arrangement si nécessaire. C’est un peu facile. Notons d’autre part, que la Ville n’avait donc pas mandat pour exiger le paiement en une seule fois avant le conseil municipal du 30 novembre
💸
. L’argument envoyé à certains « Mais M. Frédéric Faravel l’a voté aussi » était faux à plusieurs titres. Enfin, la précision du paiement en une fois des trimestres en retard de 2020-2021 était bien inscrit dans le dossier de synthèse, mais pas dans le projet de délibération bien que la Maire de Bezons répète à l’envie que c’était le cas. Au regard du grave flou sur ce que l’on nous demandait de voter et des remarques non prises en compte que nous avons exprimées plus, nous nous sommes abstenus.
 
✅ Nous avons voté le passage de la Taxe d’aménagement (TA) de 15 à 20 % sur les grands axes de la commune, taxe qui est versée par les promoteurs et aménageurs au moment où ils signent les permis de construire. 🏗 Nous avions voté contre l’année dernière le passage de 3 à 15 %, jugeant l’augmentation trop brutale et sans visibilité des risques potentiels d’une hausse aussi forte. Cette augmentation n’ayant pas découragé les promoteurs, et jugeant qu’effectivement M. Dominique Lesparre et Mme Nessrine Menhaouara, qui était son adjointe de 2008 à 2020 sans jamais réclamer une telle hausse, auraient sans doute dû relever ce niveau plus tôt, nous avons apporté notre soutien à cette proposition. Là encore, précisons bien le contexte… Outre le fait que Mme Menhaouara ait monopolisé 80 % du temps de parole sur ce dossier (comme durant tout le reste du conseil municipal), elle a fait la démonstration des incohérences de sa politique urbaine : l’augmentation de la TA vise à faire rentrer de l’argent dans les caisses de la ville pour financer équipements et réseaux publics, et elle reproche à M. Lesparre d’avoir mis la Ville en difficulté en ne réclament pas une TA plus élevée (elle n’en a jamais rien dit pendant 12 ans) ; or comme elle a gelé tous les permis de construire et pratique une politique refusant par principe tout développement urbain, la TA passée de 3 à 15 % mi-2020 et passée depuis le 30 novembre de 15 à 20 % sur les grands axes n’a rapporté aucune recette fiscale depuis 18 mois… ! Et avec la poursuite d’une telle politique on se demande bien quand la TA même relevée rapportera quoi que ce soit à la Ville et aux Bezonnais. Mme Menhaouara se transforme donc en « Pérette et le pot au lait », dans la pire version possible de la fable de La Fontaine ! Elle fait croire aux habitants que les mesures qu’elle prend vont faire rentrer l’argent et faire payer les promoteurs : en fait, le reste de sa politique rend cette décision totalement impuissante…
 
⛔️ Nous avons voté contre le rapport d’activité 2020 de la SADEV94. En effet, il suffit de constater les retards catastrophiques dans le Cœur de Ville pour mesurer à quel point la COGEDIM et la SADEV94 mènent Mme Menhaouara en bateau, alors qu’elle s’était vantée de les avoir mis au pas 🏬🏪. En sanctionnant le rapport d’activité 2020 de la SADEV, qui correspond essentiellement aux actions menées depuis juin 2020, nous dénoncions donc également l’inefficacité et les fanfaronnades de la Maire divers droite de Bezons.
 
⛔️ Nous avons voté contre le règlement de mise en œuvre du Télétravail pour le personnel municipal. L’encadrement et le développement du télétravail était une nécessité, nous y sommes favorables. Mais le règlement qui nous a été soumis le 30 novembre vise avant tout à décourager le personnel de s’y engager et la majorité divers droite refuse de mettre en application le « forfait télétravail », somme très modeste qui aurait permis de compenser les dépenses supplémentaires induites chez l’agent municipal qui se met en télétravail un à deux jours par semaine. Nous dénonçons également les sous-entendus malveillants de Monsieur Roullier qui accuse les agents municipaux en télétravail de resquiller : il a été démontré depuis longtemps que la productivité des agents en télétravail est souvent supérieure aux situations habituelles.
 
🤡 Enfin, nous avons refusé de prendre part au vote sur l’octroi d’une indemnité de fonction à Mme Muddho, que la Maire divers droite de Bezons a décidé selon son bon plaisir de nommer déléguée au 3e collège de Bezons : tout le monde aura compris, qu’au-delà d’avoir débauché depuis plusieurs mois Mme Muddho en élargissant sa majorité encore plus à droite, la délégation octroyée à celle-ci est de pure forme car, non seulement ce 3e collège est totalement hypothétique (on ne voit d’ailleurs sur quel terrain il pourrait s’élever à Bezons), mais surtout ce dossier sera géré évidemment en direct par la Maire de Bezons puisque c’est un dossier départemental qu’elle tentera comme (mauvaise) conseillère départementale de Bezons de négocier avec la majorité conservatrice du Conseil départemental du Val-d’Oise. Les noms d’oiseaux échangés ensuite entre Mme Menhaouara et M. Roullier nous indiffèrent. Par contre, Mme Menhaouara s’est laissée aller à un mépris violent vis-à-vis de l’opposition qui nous a amené à réagir 😡 : elle a prétexté de faire des conseils municipaux d’information pour permettre de mettre les dossiers municipaux au grand jour devant les Bezonnais… la transparence à bon dos ! 45 personnes au maximum ont regardé les débats du conseil municipal du 30 novembre ! C’est uniquement un prétexte pour refuser de transmettre les dossiers en amont aux élus de l’opposition et de réunir les commissions municipales (créées l’hiver dernier, elles n’ont jamais été réunies) qui nous permettraient de travailler correctement les dossiers au service des habitants. C’est une obstruction à l’exercice de notre mandat, qui s’explique parce qu’elle s’est convaincue qu’elle représentait à elle seule les Bezonnais, alors qu’à peine 12 % d’entre eux ont voté pour elle. Nous lui avons rappelé qu’une élection municipale n'est pas une partie d'échec à la fin de laquelle un champion est "couronné" le temps d'un mandat... par les suffrages qu'apportent les citoyens ils donnent une légitimité à chacun des élus municipaux : bien que sa liste soit arrivée en tête en juin 2020 et que le système électoral et institutionnel lui donne la majorité (ce que personne ne conteste), nous n'en continuons pas moins à représenter les électrices et les électeurs qui ont porté leurs suffrages sur nos listes, nous les représentons tout en gardant toujours à l'esprit le sens de l'intérêt général. C'est la raison pour laquelle nous ne cesserons de lui rappeler que les différents groupes d'opposition représentent 66% des suffrages exprimés en juin 2020 et que si elle est en charge de la direction politique de notre commune elle devrait respecter un peu plus les élus qui représentent ces 66%. Agir comme elle le fait, c'est mépriser ces 66% des électeurs qui se sont exprimés en juin 2020, quelles que soient les orientations divergentes de leurs votes.
Nous continuerons à agir dans le sens de l'intérêt général et à défendre les Bezonnais.
Frédéric FARAVEL
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
Président de "Vivons Bezons, le groupe des élus communistes, socialistes et républicains"
Retour sur le conseil municipal du 30 novembre 2021
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 12:12

Voici le courrier électronique que nous avons adressé ce jour à l'ensemble des élus du conseil municipal.

Nous avons reçu mercredi 24 novembre à 19h33 la convocation du conseil municipal... Nous imaginons que les conseillères et conseillers municipaux membres de la majorité municipale en étaient avertis à l'avance, mais nombre d'entre nous ont découvert le jeudi matin la date et la convocation du conseil municipal. "Vivons Bezons, le groupe des élus communistes, socialistes et républicains" a souhaité faire inscrire à l'ordre du jour du conseil municipal une proposition de vœu (que vous trouverez en pièce jointe au format PDF) ; cette proposition a été adressée jeudi 25 novembre 2021 à 17h42 à Madame la Maire... mais le vendredi 26 novembre à 15h05, après relance, nous avons été informés par l'administration que cette proposition ne serait pas inscrite à l'ordre du jour, la Maire considérant qu'elle n'aurait pas été envoyée conformément au règlement intérieur.

Voilà qui est regrettable à plus d'un titre :

1️⃣ en adressant la convocation du conseil à la dernière limite et en soirée, il semble que tout ait été fait pour que l'opposition ne puisse pas être en capacité de soumettre un vœu en conseil municipal...

2️⃣ c'est sans doute le plus important, la proposition de vœu visait à inscrire notre commune en soutien à l'initiative citoyenne européenne demandant la levée des brevets sur les vaccins contre le COVID-19... au moment où notre pays affronte la 5e vague, quelques semaines après le reste de l'Europe, voilà un engagement qui aurait eu du sens... En effet, il devient chaque jour plus évident que la politique de don de vaccins des pays riches vers les pays "pauvres" ne suffira pas à permettre une vaccination large et planétaire, sans laquelle nous serons toujours confrontés à de larges foyers de contamination d'où sortiront de nouveaux variants (comme le tout dernier dit "Omicron).

​"Vivons Bezons, le groupe des élus communistes, socialistes et républicains" regrette donc vivement cette application plus qu'abrupte et contestable d'un règlement intérieur qui couplé à l'habitude prise d'adresser les convocations pour les conseils municipaux au tout dernier moment prive de fait une partie des élus municipaux de leur capacité à contribuer aux décisions municipales. Il semble que cela soit fortement souhaité par Madame la Maire puisque cela fait système avec le fait de ne jamais réunir les commissions municipales ou la conférence des présidents par exemple. C'est particulièrement dommage et attristant.

Afin que chacun puisse mesurer la portée de ce que notre groupe proposait au conseil municipal, nous vous prions de trouver ci-dessous quelques informations sur la démarche... Vous serez ainsi en capacité de vérifier si cela valait la peine de procéder de la sorte...

Nous vous invitons si ce n'est déjà fait à apporter votre soutien à cette initiative citoyenne européenne en signant en ligne : https://noprofitonpandemic.eu/fr/

Florelle Prio et Frédéric Faravel

Conseillers municipaux de "Vivons Bezons, le groupe des élus communistes, socialistes et républicains"

 

proposition de vœu de "Vivons Bezons, le groupe des élus communistes, socialistes et républicains" que la Maire de Bezons a refusé d'inscrire à l'ordre du jour du conseil municipal du 30 novembre 2021.

La Maire de Bezons refuse l'inscription d'un vœu sur la levée des brevets sur le vaccins contre le COVID
Quelles sont les demandes de l'ICE ?

1 — La santé pour tous

Nous avons tous droit à la santé. En cas de pandémie, la recherche et les technologies doivent pouvoir être partagées largement, rapidement, à travers le monde. Aucune entreprise privée ne devrait pouvoir décider seule qui a accès aux traitements ou aux vaccins et à quel prix. Les brevets donnent à une seule entreprise le monopole sur des médicaments essentiels. Cela en limite la disponibilité et augmente le coût pour ceux qui en ont besoin.

2 — La transparence maintenant !

Les coûts de production, les financements publics, tout comme l’efficacité et la sécurité des vaccins et des médicaments doivent être publics. Les contrats conclus par les autorités avec les entreprises pharmaceutiques ne peuvent pas rester secrets.

3 — Argent public, contrôle public

La recherche et le développement de vaccins et de traitements a souvent été financé par des fonds publics, l’argent du contribuable. Ce qui a été payé par les citoyens doit appartenir aux citoyens. Nous ne pouvons pas permettre aux grandes multinationales pharmaceutiques de privatiser des technologies de santé.

4 — Pas de profit sur la pandémie

Les grandes multinationales pharmaceutiques ne devraient pas faire de profit sur cette pandémie, au détriment de la santé des gens. Face à une menace collective comme la Covid-19, nous avons besoin de solidarité, pas de profits privés. Des financements publics devraient toujours inclure des garanties sur la disponibilité et le coût des médicaments. Les multinationales pharmaceutiques ne devraient pas être autorisées à piller les systèmes de sécurité sociale.

Qu'est-ce qu'une initiative citoyenne européenne ?

Les citoyens de l’Union européenne ont le droit de s’adresser directement à la Commission européenne via une initiative citoyenne européenne afin de proposer une modification législative concrète. Pour qu’une initiative soit prise en considération par la Commission, l’Initiative doit récolter les signatures d’un million de citoyens à travers l’UE.

Les objectifs spécifiques que nous avons présentés à la Commission européenne sont les suivants :

Vu le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne et notamment ses articles 114, 118 et 168, nous demandons à la Commission de proposer une législation pour :

  • ​veiller à ce que les droits de propriété intellectuelle, brevets compris, n’entravent pas l’accessibilité ou la disponibilité de tout vaccin ou traitement futur contre la COVID-19 ;
  • garantir que la législation de l’UE relative à l’exclusivité des données et à l’exclusivité commerciale ne limite pas l’efficacité immédiate des licences obligatoires délivrées par les États membres ;
  • instaurer des obligations juridiques pour les bénéficiaires de fonds de l’UE en ce qui concerne le partage de connaissances, de propriété intellectuelle et/ou de données sur les technologies de la santé liées à la COVID-19 dans le cadre d’une communauté de brevets ou de technologies ;
  • instaurer des obligations juridiques pour les bénéficiaires de fonds de l’UE en ce qui concerne la transparence relative aux contributions publiques, aux coûts de production ainsi qu’aux clauses garantissant l’accessibilité et le caractère abordable combinées aux licences non exclusives.

Cette ICE a déjà reçu la signature de plusieurs centaines de milliers de citoyens européens, de plusieurs centaines d'organisations (associations, syndicales, politiques, médicales...) de toutes sortes et de collectivités en Europe (dont plusieurs dizaines en France).

La Maire de Bezons refuse l'inscription d'un vœu sur la levée des brevets sur le vaccins contre le COVID
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2021 1 01 /11 /novembre /2021 18:06

Les élus de l’opposition de gauche au sein du conseil municipal de Bezons dénoncent la manœuvre indigne à laquelle s’est livrée, au cours des deux derniers conseils municipaux, Mme Menhaouara concernant la société coopérative HLM AB Habitat.

Lors du conseil municipal du 30 septembre, la Maire de Bezons a annoncé aux élus et à l’audience sa démission du conseil d’administration de la coopérative pour être remplacée par son Premier Adjoint, prétextant son besoin de « prendre du recul » face aux difficultés internes d’ABH. Jugez plutôt : « pour pouvoir prendre un peu plus de hauteur sur ce dossier et de distance, j’ai souhaité démissionner de cette fonction » ; « Moi, je ne souhaite pas participer à cette mascarade, (...) c'est la raison pour laquelle ça m’amène à prendre de la hauteur, prendre du recul sur cette position-là… » ; « à titre personnel je ne suis pas candidate à quoi que ce soit, j’ai déjà beaucoup à faire ». Dans la foulée, elle a refusé d’accorder sur deux dossiers la garantie d’emprunt de la Commune à la coopérative, accusant à demi-mots celle-ci d’être au bord de l’implosion financière. Ces Garanties étaient pourtant nécessaires à la poursuite de sa mission de bailleur social.
Moins de deux semaines plus tard, avec le soutien actif de la droite argenteuillaise, connue pour son combat contre le logement social, et en dépit du vote de sa majorité municipale actant sa démission, Madame Menhaouara est cooptée au sein du conseil d’administration de la coopérative, dont elle voulait tant s’éloigner, et s’est fait élire Présidente de la coopérative AB Habitat !

Nous dénonçons cette duplicité et ce manque de respect envers l’ensemble des Bezonnais.es, devant lesquels elle a annoncé le contraire de ce qu’elle avait l’intention de faire. Les élus, particulièrement ceux de sa propre majorité qu’elle ridiculise ainsi aux yeux de tous, ont été également méprisés. Nous espérons que les quelques élus de gauche qui subsistent dans cette majorité ouvriront les yeux sur les pratiques déloyales et les manipulations dont elle use régulièrement. Rien dans cette affaire n’a été conçu pour répondre aux attentes urgentes des locataires et des salariés d’ABH. Nous sommes donc inquiets de voir accéder à la présidence quelqu’un qui use de telles pratiques : cela n’augure rien de bon pour les Argenteuillais.es et les Bezonnais.es. Nous sommes également inquiets après avoir entendu plusieurs adjointes de la Maire affirmer qu’à l’avenir il ne faudrait plus débattre en conseil municipal de ce qu’il se passe au sein d’AB Habitat…

Les conseillers municipaux de gauche de Bezons resteront vigilants aux côtés des salariés et des locataires d’AB-Habitat pour que cet outil essentiel ne soit pas dévoyé par celle qui désormais affiche clairement, et de manière particulièrement manœuvrière, son alliance avec une droite conservatrice. Avec les locataires, leurs associations et amicales, les syndicats de salariés, nous mènerons le combat pour un logement social digne à Bezons et Argenteuil.

élus de "Vivons Bezons, le groupe des élus communistes, socialistes et républicains"
Frédéric Faravel, 
Conseiller municipal et communautaire GRS
Florelle Prio, Conseillère municipale PCF
élus du groupe "Avenir de Bezons en commun"
Marjorie Noël, 
Conseillère municipale PCF
Christian Hoerner, Conseiller municipal LFI

Déclaration commune des groupes municipaux « Vivons Bezons » et « Avenir de Bezons en commun » sur les manipulations en cours concernant ABH
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 15:00

Hier soir se tenait un conseil municipal d’un format particulier : la Maire divers droite de Bezons avait décidé d’en faire une sorte de show pour mettre en scène les modifications du cœur de Ville, projet qu’elle n’a cessé de dénigrer pendant toute la campagne des élections municipales et qu’elle prétend aujourd’hui avoir transformé. En termes de transformation en réalité, il n’y a pas de réelle dédensification promise par Mme Menhaouara mais bien une amputation du parc Bettencourt de 0,7ha comme j’ai pu en faire la démonstration hier soir avant de devoir partir car contraint par d’autres obligations prises depuis de nombreuses semaines (on ne reçoit les convocations du conseil municipal que 5 jours avant) : fabuleuse action que de réduire l’extension d’un jardin public pour une élue qui prétendait faire de l’écologie l’axe majeur de son action.

J’ai regardé ce matin l’enregistrement du conseil municipal de Bezons et notamment les débats sur les garanties d’emprunt que nous souhaitions pour AB-Habitat et pour lesquelles nous avions dénoncé le retrait lors du conseil municipal du 30 septembre. Ces débats ont été consternant : la majorité municipale ayant bien du mal à masquer les contre-vérités sur ce dossier. Notons d’abord comme l’ont fait remarquer plusieurs élus, dont Monsieur Christian Hoerner a qui j’avais donné mon pouvoir (j’estime qu’il est important de rassembler la #gauche à Bezons face aux dangers de la politique de Mme Menhaouara et plus largement face à la politique de M. Macron et à l’extrême droite), que le compte rendu du conseil municipal du 30 septembre ne correspond à la réalité des débats : au-delà des propos injurieux tenus par la maire qui ont disparu, sa déclaration par laquelle elle expliquait vouloir « prendre du recul » vis-à-vis d’ABH ne figure pas non plus dans le compte-rendu. Et pour cause ! Entre-temps,

Mme Menhaouara a manœuvré pour s’imposer comme présidente d’ABH ce qu’elle prétendait refuser le 30 septembre dernier. Il est donc légitime pour les élus, pour les Bezonnais comme pour les salariés et les locataires d’ABH de s’interroger sur le fait de savoir si Mme Menhaouara a sciemment menti en public le 30 septembre devant les élus et publiquement (devant le public de la salle du conseil et devant les spectateurs de la vidéo du conseil sur internet) : que vaudrait dans ces conditions la parole d’une Maire ? La question est grave … à cela la majorité municipale divers droite n’a su répondre que par la menace, par l’annonce de l’interdiction à l’avenir de débattre des discussions au sein et autour d’ABH, alors même qu’elle ne se privait pas (parfois avec de vraies questions) de s’interroger et de dénoncer avec virulence la situation d’ABH le 30 septembre dernier : le double discours de ces gens est impressionnant ! J’espère qu’il y a dans la majorité municipale des élus qui commencent sérieusement à s’interroger sur les méthodes employées qui sont malhonnêtes et anti-démocratiques.

Il est également curieux qu’alors que le Maire dénonçait le 30 septembre sur la situation financière d’ABH pour justifier le refuser de faire voter alors deux des trois garanties d’emprunts de l’ordre du jour (et effectivement une garantie d’emprunt ne sert pas à payer les salaires des agents d’ABH), elle ait depuis découvert que la société coopérative de logement social allait en fait bien mieux que la situation catastrophique qu’elle peignait… la situation d’ABH est difficile : la colère des salariés et des locataires le démontre chaque jour qui passe mais non la société coopérative n’a jamais été au bord de la catastrophe et les éléments pour l’apprécier étaient publics donc Mme Menhaouara le savait parfaitement avant de devenir présidente d’ABH.

Toute cette mise en scène est donc extrêmement inquiétante : Mme Menhaouara a déployé d’énormes talents de manipulatrice pour obtenir ce qu’elle estime être un nouvel élément de pouvoir personnel ; dans cette affaire les intérêts des salariés et des locataires d’ABH ont été totalement absents. Son alliance avec le maire d’Argenteuil, représentant d’une droite qui déteste le logement social et ses habitants, ne peut également que nous inquiéter. Avec les sympathisants de Vivons Bezons, groupe des élus communistes, socialistes et républicains, avec les militants du PCF Bezons section Jacky Leser et de la Gauche Républicaine & Socialiste, en lien avec Les Locataires d’ABH, les amicales CNL et la Cgt Ab-Habitat et tous ceux qui à gauche défendent le logement social nous serons vigilants pour tenter d’empêcher toute dérive et nous continuerons à aborder les dossiers d’ABH en conseil municipal que cela plaise ou non à la majorité municipale divers droite.

Frédéric FARAVEL

Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons, président du groupe « Vivons Bezons, les élus communistes, socialistes et républicains », coordinateur national des pôles thématiques de la GRS

J’interrogeais le 26 octobre M. Lambert de la SADEV

J’interrogeais le 26 octobre M. Lambert de la SADEV

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 15:43

Retour en image sur le conseil municipal du jeudi 30 septembre 2021.

✅ Nous avons défendu la mise en place rapide d'une charte du télétravail pour le personnel municipal avec le forfait télétravail qui est (enfin !) ouvert aux agents publics depuis le 1er septembre. M. Kevin Cuvillier a refusé de s'engager sur ce dernier point ; c'est pourtant simple : quand on est de gauche, on améliore les conditions de travail et de rémunération des travailleurs. Ben non, à Bezons, ils démontrent tous les jours qu'ils sont divers droite.

❌ Nous avons exprimé notre vive inquiétude sur la situation dans le personnel municipal qui connaît depuis un an des conditions de travail qui se dégradent chaque jour un peu plus. Les départs ne sont pas remplacés : on peut se demander d'ailleurs pourquoi tant d'agents partent quand ce ne sont pas des départs à la retraite ? certains agents n'hésitent plus à parler de "chasse aux sorcières". Il manque aujourd'hui 70 postes dans des domaines variés : santé, culture, enfance, direction générale, voie publique, sport, action sociale, cadre de vie... Les agents en font les frais évidemment car leur travail est plus difficile et usant, mais en plus c'est vous les Bezonnais qui faites désormais face à une dégradation du service public communal. Un constat consternant... Nous serons le 5 octobre à 8h30 devant la mairie pour manifester avec les agents municipaux.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 09:43
Retour en vidéo sur le conseil municipal du jeudi 30 septembre.
❌ Nous avons voté contre la construction de 42 logements dans la Rue Victor-Hugo, juste derrière le gymnase et la piscine, un projet dangereux qui posera de graves problèmes de sécurité et de cheminement par rapport aux équipements sportifs et avec des logements qui auront pour vis-à-vis immédiat les murs de ces équipements !?
C'est le résultat des mensonges politiques de Mme Menhaouara et de sa liste pendant la campagne électorale : elle prétendait dédensifier les projets immobiliers, mais en réalité elle redensifie ailleurs pour compenser. Avec l'amputation du Parc Bettencourt et ce type de projet, les Bezonnais sont les dindons de la farce. La Maire applique la maxime de Charles Pasqua : "les promesses électorales n'engagent que ceux qui les croient" !
Frédéric Faravel
conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
président du groupe municipal "Vivons Bezons"
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 15:41

Retour en image sur le conseil municipal de Bezons le jeudi 30 septembre 2021.

✅Nous avons défendu le Logement social, ses locataires et les salariés d'ABH à qui nous avons adressé notre solidarité dans les moments pénibles qu'ils traversent :

❌ défendu contre les arrière-pensées et stratégies politiciennes de différents acteurs au sein du Conseil d'administration qui ne facilitent pas la résolution de la crise que traverse aujourd'hui ABH. A ce titre, la démission de Mme Menhaouara au moment où il faudrait s'investir plus que jamais est tout simplement une désertion pure et simple, qui se mêle à la fois à une logique de chantage et comme d'habitude la diffusion de rumeurs (il y aurait un projet de fusion cachée) ;

❌ défendu contre les méthodes de chantage et d'apprenti sorcier de la Maire qui refuse d'apporter une garantie d'emprunt à ABH dans deux dossiers sur trois, risquant par là-même de mettre l'existence même d'ABH en péril d'ici le 31/12/2021. Elle a dû réexpliquer après avoir décrit des difficultés importantes de la Coopérative d'habitat, pour faire planer la menace que celle-ci serait en faillite, qu'en réalité la structure même d'ABH était saine... la gouvernance actuelle d'ABH crée des dysfonctionnements graves, dont sont victimes locataires et salariés, mais Mme Menhaouara devrait faire attention à ses propos qui risquent de conduire à la mort de la coopérative. Au passage pour exercer un chantage excessif dans son bras de fer politique avec le président d'ABH, ce refus de garantie d'emprunt prive par là-même les Bezonnais en recherche de logements sociaux de 73 appartements sur lesquels ils auraient été prioritaires : vous apprécierez... Nous l'avons exhorté à revenir en arrière ;

❌ défendu contre les attaques de la droite et de Monsieur Marc Roullier dont les solutions (et celles de son camp politique) ont été sous Nicolas Sarkozy et sont aujourd'hui appliquées depuis 4 ans par Emmanuel Macron avec un seul résultat : un effondrement de la construction de logements, un effondrement de la construction de la logements sociaux, un effondrement de la construction de logements en accession sociale à la propriété... en résulte une aggravation de la crise de l'accès au logement digne à un prix abordable, ce qui pénalise d'abord des foyers de salariés qui n'ont rien à se reprocher. Défendu le logement social et les locataires du logement social, contre les amis politiques de M. Roullier qui pratiquent une politique de ségrégation territoriale et sociale dans les communes qu'ils dirigent.

Frédéric Faravel
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste
Président du groupe municipal "Vivons Bezons"

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 11:57

J’étais ce matin à la réunion organisée par les PPG Bezons en lutte depuis un an pour sauver le site industriel de l’ex Joint Français et ses 208 emplois. Ils ont gagné jusqu’ici à plusieurs reprises mais Mme Agnès Pannier-Runacher, ministre de l’industrie, préfère rester inactive.
Les PPG Bezons sont victimes d’une terrible opération de prédation industrielle : rachetés en 2015, leur société veut aujourd’hui planter les salariés qui produisent la richesse, mais n’oubliera pas par contre d’emporter savoir-faire, formules et technologies créés par eux pour délocaliser en Espagne et Angleterre.

Ces salariés courageux ont réuni autour d’eux les travailleurs en lutte dans de nombreuses entreprises affligées de patrons voyous en Île-de-France. Ils ont décidé de se battre et de ne pas rester des victimes. La loi devrait les protéger mais le Gouvernement fait l’autruche.
En effet, depuis 2014, la Loi Florange rend obligatoire de rechercher activement un repreneur pour ces sites industriels. Mais pour y arriver, il faudrait un ministère qui agit et une volonté politique : le gouvernement par son inaction se rend coupable d’abandon de salariés en danger et de destruction d’outil industriel performant.
Militant CGT, quand je suis dans mon rôle de responsable politique, je sais rester à ma place et je ne transforme pas une réunion syndicale en tribune politique ; je laisse parler les camarades syndiqués en lutte. Ils savent le soutien concret que nous leur apportons par ailleurs.

Tout le monde n’a pas la même décence et c’est pire quand les malotrus donnent de fausses informations … comme l’a fait ce matin la maire de Bezons. Faut pas faire semblant d’être de gauche quand on a aucune conviction. Ainsi elle a affirmé être victime des choix de l’agglomération.
L’agglomération de Saint-Germain-Boucles-de-Seine qui a été imposée à la ville de Bezons est terriblement à droite : ça n’empêche pas Mme Menhaouara d’avoir accepté d’en être la 15
e Vice Présidente et d’être solidaire activement de toutes les décisions de la majorité très à droite du conseil communautaire.
Oui solidaire activement : Vice Présidente dans le pôle développement économique de l’agglomération, elle n’a jamais émis aucune position discordante sur les choix de l’agglomération dans ce domaine ni sur aucun autre par ailleurs. Elle a toujours voté TOUTES LES DÉLIBÉRATIONS soumises par la droite.
Elle dit aujourd’hui que Bezons est victime des décisions de l’agglo de baisser les dotations aux communes issues des recettes économiques (qui viennent notamment des nombreuses entreprises de Bezons) : mais elle n’a jamais protesté contre, ni en commission ni en conseil !?!
Quand la majorité très à droite du conseil d’agglomération a proposé la baisse de ces dotations, j’ai voté contre avec mon groupe Alliance citoyenne écologiste et solidaire : Mme Menhaouara A VOTÉ POUR !!! Elle est donc responsable de cette décision qui fait du tort à la commune de Bezons et aux Bezonnais !
On ne saurait trouver aujourd’hui pire malhonnêteté et opportunisme politiques que celui de Mme Menhaouara qui dénonce à Bezons devant les habitants et les salariés en lutte les décisions qu’elle valide au sein de l’agglomération ! Chacun jugera ensuite de la valeur et le fiabilité de son soutien et de sa parole.

Mme Cécile Dumas, toute nouvelle conseillère régionale, a voulu s’imposer dans les prises de parole des syndicalistes. Ce n’était pas le lieu, mais je peux comprendre qu’elle ait été agacé par les fausses informations de Mme Menhaouara. Elle a cependant eu raison de rappeler quelques faits.
Lorsque François Hollande était président (soutenu aveuglément par Mme Menhaouara), le groupe GDR avait déposé une proposition de loi contre les #licenciementsboursiers qui n’a jamais été soutenu par le groupe des Députés Socialistes et apparentés. Certains députés socialistes y étaient favorables : Ces députés s’appelaient les « Frondeurs» on en a beaucoup parlé. Mme Menhaouara soutenait à l’époque ceux qui conspuaient les « frondeurs » : elle n’a découvert un intérêt au Made In France en politique que bien plus tard, lorsqu’elle a cru qu’elle en tirerait profit. Soutien épisodique par ailleurs 😉.

En conclusion, je me permets de solliciter les sénateurs Fabien Gay et Marie-Noëlle Lienemann, qui siègent au nom des Sénateurs Communistes Républicains Citoyens et Écologistes au sein de la commission des affaires économiques du Sénat, pour qu’ils redéposent (en plus de leurs actions de soutien habituelles aux salariés en lutte) la proposition de lois contre les licenciements boursiers, ce serait un soutien fort aux PPG Bezons et aux salariés en lutte aujourd’hui.

Frédéric FARAVEL
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
Président du groupe "Vivons Bezons"

Il faut soutenir les PPG Bezons ... pas mentir aux salariés et aux Bezonnais...
Il faut soutenir les PPG Bezons ... pas mentir aux salariés et aux Bezonnais...Il faut soutenir les PPG Bezons ... pas mentir aux salariés et aux Bezonnais...Il faut soutenir les PPG Bezons ... pas mentir aux salariés et aux Bezonnais...
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 09:30
Hier soir, se tenait le conseil municipal... Nous vous avons représentés, ma collègue Florelle Prio et moi-même, du mieux que nous avons pu. Les convocations sont toujours envoyées dans les temps mais au dernier moment, rendant ainsi le travail de toutes les oppositions extrêmement difficile, la majorité municipale pratiquant les mêmes techniques que la Maire reprochent à d'autres structures.
 
✅ Nous avons défendu le Logement social, ses locataires et les salariés d'ABH à qui nous avons adressé notre solidarité dans les moments pénibles qu'ils traversent :
❌ défendu contre les arrière-pensées et stratégies politiciennes de différents acteurs au sein du Conseil d'administration qui ne facilitent la résolution de la crise que traverse aujourd'hui ABH. A ce titre, la démission de Mme Menhaouara au moment où il faudrait s'investir plus que jamais est tout simplement une désertion pure et simple, qui se mêle à la fois à une logique de chantage et comme d'habitude la diffusion de rumeurs (il y aurait un projet de fusion cachée) ;
❌ défendu contre les méthodes de chantage et d'apprenti sorcier de la Maire qui refuse d'apporter une garantie d'emprunt à ABH dans deux dossiers sur trois, risquant par là-même de mettre l'existence mêle d'ABH en péril d'ici le 31/12/2021. Elle a dû réexpliquer après avoir décrit des difficultés importantes de la Coopérative d'habitat, pour faire planer la menace que celle-ci serait en faillite, qu'en réalité la structure même d'ABH était saine... la gouvernance actuelle d'ABH crée des dysfonctionnements graves, dont sont victimes locataires et salariés, mais Mme Menhaouara devrait faire attention à ses propos qui risquent de conduire à la mort de la coopérative. Au passage pour exercer un chantage excessif dans son bras de fer politique avec le président d'ABH, ce refus de garantie d'emprunt prive par là-même les Bezonnais en recherche de logements sociaux de 73 appartements sur lesquels ils auraient été prioritaires : vous apprécierez... Nous l'avons exhorté à revenir en arrière ;
❌ défendu contre les attaques de la droite et de Monsieur Marc Roullier dont les solutions (et celles de son camp politique) ont été sous Nicolas Sarkozy et sont aujourd'hui appliquées depuis 4 ans par Emmanuel Macron avec un seul résultat : un effondrement de la construction de logements, un effondrement de la construction de la logements sociaux, un effondrement de la construction de logements en accession sociale à la propriété... en résulte une aggravation de la crise de l'accès au logement digne à un prix abordable, ce qui pénalise d'abord des foyers de salariés qui n'ont rien à se reprocher. Défendu le logement social et les locataires du logement social, contre les amis politiques de M. Roullier qui pratiquent une politique de ségrégation territoriale et sociale dans les communes qu'ils dirigent.
 
✅ Nous avons soutenu l'élargissement à tout le territoire communal de la convention entre la Ville de Bezons et l'établissement public foncier d'Île-de-France ce qui permettra de protéger notre commune contre les promoteurs immobiliers indélicats.
 
❌ Nous avons constaté avec consternation que l'adjoint au Maire à la sécurité et la Maire étaient incapables de nous indiquer précisément combien de postes d'ASVP, d'agents chargés de la vidéoprotection ou de l'environnement. Une vidéo municipale d'août 2021 indiquait une dizaine en tout, Mme Menhaouara dit que c'est faux, qu'il y aurait donc 12 policiers municipaux et ne sait pas pour le reste mais ce serait 25-30... le mystère continue.
 
❌ Nous avons voté contre la construction de 42 logements dans la Rue Victor-Hugo, juste derrière le gymnase et la piscine, un projet dangereux qui posera de graves problèmes de sécurité et de cheminement par rapport aux équipements sportifs et avec des logements qui auront pour vis-à-vis immédiat les murs de ces équipements !? C'est le résultats des mensonges politiques de Mme Menhaouara et de sa liste pendant la campagne électorale : elle prétendait dédensifier les projets immobiliers, mais en réalité elle redensifie ailleurs pour compenser. Avec l'amputation du Parc Bettencourt et ce type de projet, les Bezonnais sont les dindons de la farce. La Maire applique la maxime de Charles Pasqua : "Les promesses électorales n'engagent que ceux qui les croient" !
 
✅ Nous avons défendu la mise en place rapide d'une charte du télétravail pour le personnel municipal avec le forfait télétravail qui est (enfin !) ouvert aux agents publics depuis le 1er septembre. M. Kevin Cuvillier a refusé de s'engager sur ce dernier point ; c'est pourtant simple : quand on est de gauche, on améliore les conditions de travail et de rémunération des travailleurs. Ben non, à Bezons, ils démontrent tous les jours qu'ils sont divers droite.
 
❌ Nous avons exprimé notre vive inquiétude sur la situation dans le personnel municipal qui connaît depuis un an des conditions de travail qui se dégradent chaque jour un peu plus. Les départs ne sont pas remplacés : on peut se demander d'ailleurs pourquoi tant d'agents partent quand ce ne sont pas des départs à la retraite ? certains agents n'hésitent plus à parler de "chasse aux sorcières". Il manque aujourd'hui 70 postes dans des domaines variés : santé, culture, enfance, direction générale, voie publique, sport, action sociale, cadre de vie...
Voici une liste non exhaustive par service permettant de pointer le manque de personnel : il n'est tenu compte que des postes non remplacés, à cela il faut rajouter les arrêts maladies, accidents de travail, congés maternité, ... et tous les agents qui envisagent de partir prochainement.
CENTRE DE SANTÉ : Pas de direction (depuis plus d’un an) / Pas de direction administrative (depuis 8 mois) / pas de chargé de mission prévention santé (depuis 5 mois) Manque une assistante dentaire, des infirmières et aides soignantes du SSIAD …
ÉCOLE DE MUSIQUE : Pas de directeur administratif et financier (ex-direction adjointe ) / Manque des professeurs contrebasse, piano …
MEDIATHEQUE : Pas responsables section adulte, enfance, primaire … pas de « couvreuse de livre »
SERVICE JEUNESSE : Pas de directeur du « tiers-lieu» et de la jeunesse,
CUISINE CENTRALE : Pas de responsable des offices / pas de responsable de production / pas de responsable de zone / 2 agents de fabrication en retraite cet automne / manque des agents d’office ...
MAISON DE LA CITOYENNETE : Manque la chargée de mission prévention sécurité urbaine et suivi des incidents et délits
DRH : Manque des gestionnaires carrière paye / le responsable et le gestionnaire maladie / Conseiller en prévention ...
CCAS : Manque un travailleur social
SPORTS : Pas de directeur / pas d’assistante de direction / pas de chef de bassin / Manque un maître-nageur.
COMMUNICATION : Départ du rédacteur en chef des publications en octobre.
FINANCES : Pas directeur / pas de directeur gestion du budget et comptabilité / manque les 2 juristes acheteur de la commande publique /
manque un coordinateur budgétaire et financière / manque un régisseur
SECRÉTARIAT GÉNÉRAL : Pas d’archiviste / Pas de secrétaire de direction du DGS / pas de juriste / pas adjoint administrative au cimetière / manque un huissier,
ENFANCE : départ d’un coordinateur pédagogique et administratif en octobre / Pas de référent parcours PRE à partir de fin octobre / manque des ATSEM, des animateurs
PETITE ENFANCE : manque une éducatrice de jeunes enfants, manque des auxiliaires de puéricultures, des assistantes maternelles
CADRE DE VIE
 Administratif : Pas de directeur adjoint administratif et financier / Départ du chargé de mission acheteur public du cadre de vie fin septembre.
 Logement : pas de directeur depuis 6 mois.
 Urbanisme : pas de directeur depuis 2 ans / Instructrice des permis construire en retraite à part de septembre.
 Mission commerce fermée depuis 9 mois.
 Voirie : Manque un surveillant de voirie et deux techniciens.
 Parc et jardins : Manque un chef de régie et des jardiniers.
 Patrimoine : Pas de directeur/ pas d’adjoint / manque un technicien patrimoine.
 ANRU : Pas de chargé de missions
 Bureau d’études : Pas de responsable,
 CTM : Pas de responsable parc auto (depuis 10 mois) / manque de menuisiers, plombiers, manutentionnaires ...
Les agents en font les frais évidemment car leur travail est plus difficile et usant, mais en plus c'est vous les Bezonnais qui faites désormais face à une dégradation du service public communal. Un constat consternant... Nous serons le 5 octobre à 8h30 devant la mairie pour manifester avec les agents municipaux.
Je condamne enfin le comportement irrespectueux et parfois injurieux de la Maire à l'attention de Mme Marjorie Noël ; ce n'est pas une attitude digne de la première magistrate de la commune et aucun autre conseiller municipal ne se permet de tels débordements, et malheureusement ce n'est pas la première fois !
Frédéric FARAVEL
conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste
président du groupe municipal "Vivons Bezons"
Un Conseil Municipal long de 5 heures : nous sommes inquiets pour la Ville et ses habitants...
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 15:10
Le syndicat CGT des communaux de Bezons appelle l’ensemble des agents municipaux à un rassemblement le mardi 5 octobre, devant la mairie à 8h30.
En tant que conseiller municipal et président du groupe Vivons Bezons, comme responsable de la Gauche Républicaine & Socialiste de Bezons, je vous invite à vous y joindre.
 
Ce rassemblement a pour objet de démontrer la détermination des personnels titulaires et contractuels à refuser de travailler dans des conditions qui ne cessent de se dégrader depuis juillet 2020. La CGT porte un certain nombre de revendications essentielles dont :
✅ le remplacement des nombreux départs et postes vacants pour ne pas pénaliser les usagers et mettre en difficultés les agents municipaux (plus de 70 postes vacants) qui risquent aujourd'hui la démoralisation ;
✅ la titularisation des agents contractuels et l’arrêt de la précarisation ;
✅ la fin de divers contrats avec des sociétés privées, contrats qui ouvrent la porte à la privatisation de certains services…
 
Je suis moi-même fonctionnaire territorial : je connais ces métiers, je constate aussi en tant qu’élu d’opposition les dégâts causés par la nouvelle équipe municipale divers droite… Nos agents municipaux méritent notre mobilisation et la solidarité des Bezonnais.
 
Frédéric FARAVEL
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
Président du groupe "Vivons Bezons"
Le 5 octobre, défendre les agents communaux de Bezons c'est défendre le service public !
Partager cet article
Repost0