Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sur l'auteur

Je m'appelle Frédéric Faravel. Je suis né le 11 février 1974 à Sarcelles dans le Val-d'Oise. Je vis à Bezons dans le Val-d'Oise. Militant socialiste au sein de la Gauche Républicaine & Socialiste. Vous pouvez aussi consulter ma chaîne YouTube.
Me contacter

en savoir plus

 

Trouve

Gauche Républicaine & Socialiste

26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 10:30

Samedi 21 novembre 2020, à la fin du conseil municipal, Nessrine Menhaouara présentait sa demande de protection fonctionnelle en vue d'attaquer en justice pour "diffamation" des conseils municipaux de l'opposition.

Sa majorité municipale et elle-même ont refusé d'informer les élus des faits précis mis en cause et qui figureraient dans les comptes-rendus des conseils municipaux précédents (au demeurant en faisant reproduire dans le compte-rendu d'un conseil municipal des propos qu'elle juge "diffamatoires", Mme Menhaouara se serait donc elle-même rendu coupable de diffusion de "propos diffamatoires", voilà qui est cocasse).

Non seulement cela entache la délibération de nullité juridique, mais par ailleurs il n'existe aucun fait de diffamation dans les dizaines de pages de compte-rendu concernées. Nous alertons donc le préfet du Val-d'Oise sur cette délibération et ce comportement illégal et anti-démocratique.

En réalité, comme nous l'avions vu à l'occasion d'une délibération précédente sur son projet de Charte des réseaux sociaux, Mme Menhaouara ne supporte pas la contradiction, elle ne supporte pas les désaccords, elle ne supporte pas les arguments démontrant qu'elle a tort. Elle ne supporte pas tout simplement d'avoir une opposition, que cette opposition aient des arguments et qu'elle représente deux fois plus de suffrages exprimés que sa majorité municipale.

Que cela engendre chez elle une fragilité politique et personnelle ne saurait justifier ces comportements de sa part. Cela ne justifie pas plus qu'elle cherche ainsi à faire peur à toute personne qui pourrait émettre des critiques publiques contre sa politique. J'ai demandé le retrait de cette délibération ; elle l'a refusée. Nous obtiendrons qu'elle soit cassée.

Avec de tels comportements, nous craignons qu'à travers elle la commune de Bezons soit ridiculisée.

Frédéric Faravel
conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
responsable du groupe municipal "Vivons Bezons"

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 13:15

Samedi 21 novembre 2020, j'ai fait la démonstration au nom du groupe municipal "Vivons Bezons" que la Charte des Réseaux Sociaux proposée au vote du conseil par Mme Menhaouara était illégale en ce qu'elle limitait de manière excessive la liberté d'expression des citoyens.

S'arrogeant un pouvoir arbitraire supérieur aux lois et à la constitution, elle voulait interdire l'expression d'avis politiques. Tant que l'expression des citoyens respecte la loi (pas d'appel à la haine, pas d'insulte, pas d'apologie du terrorisme ou de crime, etc.), elle n'en a tout simplement pas le droit. En aucun cas, ce document n'avait été validé par les élus ou le cabinet de l'ancienne équipe municipale.

Nous avons demandé à Mme Menhaoura de retirer cette délibération, ce qu'elle a fini par faire après avoir longuement résisté contre l'évidence, alors qu'ils s'agissait pourtant de protéger la commune de graves risques juridiques. Nous avons proposé et distribué une Charte alternative qui respecte la loi et les droits des citoyens, nous espérons que la majorité saura en tenir compte.

Enfin nous avons demandé que les personnes bannies de la page Facebook parce qu'elles avaient eu le tort de critiquer la politique de Mme Menhaouara puissent être réintégrées, nous n'avons pas eu de réponse... Or ces actes pris sous sa responsabilité sont illégaux.

Frédéric Faravel
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste
Responsable du groupe municipal "Vivons Bezons"

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 15:50

Les choix décidés par Mme Menhaouara et son équipe mettent en danger les finances communales, le développement économique, l’emploi et l’accès au logement à long terme.

À court terme, c’est une opération de communication qui n’arrêtera aucun des grands urbains dans la commune car ils sont déjà engagés : Mme Menhaouara est une écolo de pacotille. Enfin les recettes fiscales promises ne seront pas au RDV... ⚠️ danger !!! Précisions en détail sous la vidéo.

Samedi 21 novembre, le conseil municipal était appelé à se prononcer sur le relèvement général de la taxe d'aménagement de 3 à 5% sur l'ensemble de la commune : nous avons voté POUR ✅.

⚠️ Plus problématique est la proposition qui a été adoptée par la majorité municipale d'un taux majoré à 15% sur une partie de la commune, augmentation qui pouvait être envisagée mais pas un niveau aussi excessif (x5)... Voici pourquoi :

🚫 L'application d'un taux majoré de 15% va provoquer dans les parties de la communes concernées l'arrêt total des projets : le "robinet" des recettes sera donc fermé et les financements annoncés par la majorité pour les équipements ne seront pas au rendez-vous. Cela risque donc d'être compensé par nos impôts locaux. 💶 

🚫 Les zones d'activité de la commune sont également visées par ce taux majoré : cela met en péril le développement économique et l'emploi (rappelons qu'il s'agit aujourd'hui de 12.000 emplois grâce aux efforts que nous avions déployés), et dans la période de crise économique actuelle la ville de Bezons se tire ainsi une balle dans le pied et augmentera les difficultés de trouver un emploi local pour les Bezonnais. 👷

🚫 Par ailleurs, la plupart des grands projets urbains étant déjà engagés et pour certains presque terminés, le taux de 15% ne s'appliquera qu'à des projets futurs qui alors qu'on peut déjà s'attendre à ce qu'ils soient beaucoup nombreux seront encore freinés. La réalité est que ce taux s'appliquera donc à de petits projets d'immeubles d'habitation : cela aura pour effet de renchérir leur coût, d'accroître la pression et la spéculation foncière, de limiter la capacité des Bezonnais ou de Franciliens qui recherchent un logement à accéder à la propriété (au coût du marché ou dans un cadre social), à limiter la sortie et le turn over des HLM vers le locatif libre ou l'accession à la propriété, donc à limiter l'entrée de nouveaux Bezonnais dans des HLM. La nouvelle équipe municipale accroîtra ainsi les difficultés d'accès au logement des Bezonnais à des prix abordables ! 🏡🏘🏬

➡️ En conclusion : Ce taux majoré de 15% est une mauvaise idée qui aura des effets contre-productifs. Il n'empêchera pas les projets urbains engagés (et dénoncés par Mme Menhaouara) et nous sommes devant un effet d'annonces qui n'aura pas d'effet réel. Il n'apportera pas les recettes promises par la nouvelle majorité municipale, qui a par ailleurs été incapable de les évaluer. Il met en danger le développement économique, l'emploi, les recettes municipales et l'accès au logement...
Tout ceci est très inquiétant !

Frédéric Faravel
conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
Responsable du groupe "Vivons Bezons"

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 17:10

Vers midi le samedi 21 novembre 2020, le conseil municipal devait se prononcer sur les représentants de la commune au sein du conseil d'administration du Théâtre Paul-Eluard.

Nous avons tous été surpris de découvrir qu'alors que le conseil municipal devait désigner 11 représentants en son sein Nessrine Menhaouara refusait toute participation de l'opposition municipale, et proposait pour les autres "collèges" uniquement des soutiens politiques de sa liste. Nous avons demandé que l'opposition puisse participer à hauteur de sa place au sein du conseil municipal et sans oublier que les opposition représentent les deux tiers des suffrages exprimés aux élections municipales : avec la représentation proportionnelle, "Vivons Bezons" aurait pu avoir deux représentants et la liste de M. Roullier un représentant, ils auraient pu contribuer aux échanges au sein du TPE.

Le débat qui a suivi a été consternant, démontrant à quel point Mme Menhaouara méprise l'opposition (et donc les Bezonnais qui ont voté pour elle), agresse les élus et a une vision très autoritariste de la vie communale. Toutes les oppositions sont finalement montées au créneau pour expliquer à quel point ce comportement était intolérable et mettait à mal l'image de la commune de Bezons.

Frédéric Faravel
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
Responsable du groupe municipal "Vivons Bezons"

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 10:38

Samedi 21 novembre 2020, le conseil municipal de #Bezons examinait la proposition de vœu faite par la majorité municipale actuelle en faveur d'une plus grande ouverture des commerces de proximité malgré le 2e confinement. Malgré ses insuffisance nous l'avons votée. Nos commerçants dès lors qu'ils respectent les règles de sécurité sanitaire connues de toutes et tous aujourd'hui doivent pouvoir ouvrir et la distinction entre commerces essentiels et les autres est absurde. Cependant ce vœu sert avant tout à masquer les insuffisances de l'action municipale dans ce dossier depuis le début de la deuxième vague : elle a refusé de prendre un arrêté municipal pour l'ouverture des commerces afin de participer à l'effort collectif conduit par des centaines de communes de toute couleur politique pour faire pression sur le gouvernement et sortir de la situation ubuesque et contre-productive actuelle.

Nous avons également insisté avec Arnaud Gibert sur la nécessité de faire respecter dans tous les commerces les règles de sécurité sanitaire : il n'est pas possible que certains commerçants fassent des efforts importants et d'autres ne respectent rien, ce n'est pas bon pour la ville, pas bon pour le commerce, pas bon pour les Bezonnais. Dominique Lesparre et moi-même avons pointé que les promesses du gouvernement pour permettre aux bailleurs d'alléger les loyers des commerçants ne sont pas tenues, quoi qu'en dise Mme Menhaouara qui ne connaît visiblement pas le fonctionnement du crédit d'impôt promis par l'Etat. Il ne saurait être question que les locataires de HLM, qui ne sont pas dans une situation sociale facile, portent seuls le poids de la solidarité, si l'Etat ne prend pas sa part.

Enfin rappelons que les améliorations dans l'organisation du marché "Le Temps des Cerises" constatées une semaine après le début du nouveau confinement l'ont été faites sur propositions précises et détaillées du groupe "Vivons Bezons" lors des réunions hebdomadaires du vendredi durant lesquelles le cabinet de la Maire nous informe des mesures municipales pour le nouveau confinement. Nous regrettons que ce matin encore près d'une heure après l'ouverture du marché, il n'y ait aucun encadrement municipal, alors que les élus et services étaient présents dès l'ouverture du marché à 7h30 au printemps dernier.

Frédéric Faravel
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
Responsable du groupe municipal "Vivons Bezons"

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 10:58

Il n’est plus tolérable que nos enseignants soient menacés pour le travail qui est le leur, plus tolérable qu’ils soient menacés tout court. Nous devons reprendre en main notre destin collectif pour repousser les idéologies de haine et de mort qui s’infiltrent parmi nous pour nous diviser et nous détruire. Marjorie Noël comme tout enseignant de l’école républicaine dans ces moments sombres a toute ma solidarité. Plus largement il est indispensable que chaque citoyen français soit vigilant et ne reste pas indifférent aux signes qui permettent de déceler la diffusion dans nos villes, dans nos communes, de foyers politico-religieux anti-républicains.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué posté hier soir par le groupe municipal "Vivons Bezons" après que nous avons appris les menaces publiques à l'encontre de Marjorie Noël, nos désaccord politiques ne peuvent que momentanément s'effacer face à l'ignominie dont elle est la victime.

Frédéric Faravel
conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine & Socialiste de Bezons

"Alors qu’en cette journée un hommage solennel était rendu dans toutes les écoles de France au Professeur Samuel Paty, assassiné voici deux semaines par un fanatique, des menaces publiques de décapitation ont été adressées à Marjorie Noël, enseignante et conseillère municipale d’opposition à Bezons, sous une publication relative à la rentrée scolaire. Nous condamnons avec la plus grande énergie ces propos infâmes et ces menaces inacceptables. Mme Noël doit être assurée de la protection de la République. Nous l’assurons de notre soutien, plein et entier, dans cette épreuve.
Nous ne devons plus laisser nos enseignants être menacés.
"

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2020 1 02 /11 /novembre /2020 15:00

Dimanche 1er novembre 2020, j'avais écrit aujourd'hui au nom du groupe municipal "Vivons Bezons" à la Maire, Nessrine Menhaouara, pour nous étonner de l'absence de mesures adéquates pour que le marché "Le temps des cerises" de Bezons puissent être ouvert dans de bonnes conditions sanitaires, comme cela avait pu être rétabli au printemps 2020.

J'ai écrit aujourd'hui au nom du groupe municipal "Vivons Bezons" à la Maire pour réclamer que des mesures adéquates soient prises afin de protéger les agents communaux, de permettre la mise en place du télétravail (comme au printemps dernier) et les conditions permettant la continuité du service public. Face au COVID-19, il faut être solidaire et prendre toutes les mesures utiles et efficaces.

Vous trouverez ci-dessous les courriers en images et au format PDF.

Frédéric Faravel
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine & Socialiste de Bezons
Responsable du groupe municipal "Vivons Bezons"

Courrier de "Vivons Bezons" à Mme la Maire de Bezons adressé le lundi 2 novembre 2020

courriers sur le marché puis sur la protection des agents communaux et la continuité du service public local (2/11/2020)courriers sur le marché puis sur la protection des agents communaux et la continuité du service public local (2/11/2020)courriers sur le marché puis sur la protection des agents communaux et la continuité du service public local (2/11/2020)

courriers sur le marché puis sur la protection des agents communaux et la continuité du service public local (2/11/2020)

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2020 2 27 /10 /octobre /2020 14:29

Samedi 24 octobre 2020 à 10h était convoqué le quatrième conseil municipal depuis le second tour de l'élection municipale, après deux reports sans concertation.

Rien dans ce conseil ne laissait présager que les choses se passent mal ; il se serait d'ailleurs bien passé partout ailleurs qu'à Bezons. Ce conseil s'est d'ailleurs ouvert par un moment de communion républicaine en hommage à Samuel Paty, le professeur d'histoire-géographie lâchement assassiné puis décapité en pleine rue par un fanatique islamiste qui lui reprochait d'avoir fait son devoir, d'avoir donné à ses élèves comme chaque année un cours sur la liberté d'expression. Vous retrouverez en fin d'article la vidéo de l'intervention au nom du groupe municipal "Vivons Bezons" prononcé par mon collègue Arnaud Gibert.

Je ne doute pas un seul instant que chaque conseiller municipal de Bezons est convaincu qu'il est nécessaire d'assurer la protection de tous ceux (agents publics communaux, policiers, soignants, enseignants, etc.) qui font vivre concrètement la République au quotidien, qu'il faut faire en sorte que la promesse républicaine devienne (enfin !) une réalité pour toutes et tous afin de ne pas offrir de terreau fertile au radicalisme religieux et qu'il ne faut plus céder un pouce de terrain à tous les fanatiques religieux qui tentent de détruire à bas bruits ou par des coups d'éclats notre communauté. J'ajouterai pour ma part que cela ne peut être réalisé qu'à la condition que l'égalité républicaine devienne concrète partout sur notre territoire ; contrairement à ceux qui à droite et au gouvernement semblent penser que la République implique "des droits et des devoirs", j'affirme que la République établit d'abord des droits, l'égalité de ses citoyens et l'obligation faites à tous (et à l'Etat en premier lieu) de les respecter. Jean Jaurès avait dit au lendemain de l'adoption de la loi de 1905 qui faisait de notre République un Etat laïque : "La République est devenue laïque, elle doit désormais devenir sociale. La République restera laïque parce qu'elle sera devenue sociale !" Ce message est plus que jamais d'actualité.

Il en fut malheureusement autrement comme en a témoigne le débat sur le budget supplémentaire dont vous trouverez la vidéo ci-dessous (vous trouverez les autres à la fin de l'article).

Ainsi, Arnaud Gibert et moi-même avons interrogé la nouvelle majorité municipale sur le budget supplémentaire (dénommé "décision modificative") qui nous était soumis ce matin là. Nos questions étaient précises : sur la chute de l'autofinancement, sur les changements opérés en matière d'enfouissement des réseaux et de travaux de voirie, sur les projets qui étaient portés par la nouvelle municipalité concernant le square de la République, la vidéosurveillance... Nous avons également interrogé Mme Menhaouara et son équipe sur l'absence de réalisation de l'armurerie de la police municipale et sur la sincérité des sommes affichées dans ce budget supplémentaire.

Pour éviter de nous répondre, Mme Menhaouara a fait une opération de diversion pour changer l'orientation des projecteurs et ne plus parler du budget et s'ériger en victime (un moment informel avec ses enfants en marge d'une action municipale peut arriver) sur un fait que personne ne lui avait reproché (M. Lesparre avait dénoncé des rencontres de travail avec des partenaires économiques et institutionnels avec en première ligne des personnes qui n'avaient pas de lien direct avec l'institution municipale)... Il est vrai qu'aucun élu de l'opposition n'avait été averti (nous l'avons découvert pendant le conseil) qu'une réception se tiendrait à l'Hôtel de Ville en présence d'un sénateur du Val-d'Oise et d'un représentant du consulat d'Algérie le 17 octobre dernier. A partir de ce moment là, non seulement nous avons eu droit à un numéro indécent avec trémolos dans la voix qui n'avait pas sa place en conseil municipal, mais toutes questions et toutes interventions de l'opposition ont été dénoncées par principes comme des insultes et des agressions. J'ai donc demandé et exigé le retour au calme et qu'on sorte du ridicule absolu...

Nos questions n'ont pas plus reçu de réponse, Mme Menhaouara confondant démocratie et autoritarisme du Maire, menaçant l'opposition de lui couper le robinet : nous n'avions pas remarqué qu'il était ouvert. Le pire enfin c'est qu'une partie des réponses à nos questions se retrouvent dans la presse, après un entretien accordé au Parisien Val-d'Oise suite au conseil municipal, alors qu'on nous (nous, les représentants des Bezonnais.es) avait refusé par principe ces mêmes réponses en conseil municipal... c'est proprement scandaleux ! En réalité, Mme Menhaouara semble considérer chaque question comme un offense et chaque intervention de l'opposition comme une insulte, et menace de réduire l'expression démocratique des oppositions...

Ce fut un moment pénible pour tous et pour les Bezonnais.es plus encore. N'ayant pu obtenir des éclaircissements sur ces dossiers, ne justifiant l'engagement que plusieurs centaines de milliers d'euros que par l'existence de plusieurs "groupes de travail" ouverts aux seuls conseillers municipaux de la majorité "divers droite" de Mme Menhaouara, nous avons voté contre le budget supplémentaire.

Nous étions aussi amenés à nous prononcer sur une demande de subvention à l'Etat pour les masques de fabrication française achetés lors du confinement par l'ancienne municipalité et distribués à la population de Bezons. Cette demande de subvention avait été également initiée par l'ancienne municipalité. L'occasion pour moi de redire qu'il faut prendre des mesures de solidarité et économiques pourtant évidentes que se refuse à faire encore le gouvernement d'Emmanuel Macron (vidéo ci-dessus).

Je suis également revenu sur le désengagement progressif et continu depuis 2014 de l'Etat dans tous les dispositifs de "politique de la Ville". La solidarité territoriale est devenue la cinquième roue du carosse de l'action publique des gouvernements. Le fait que les groupes scolaires Louise-Michel et Karl-Marx ne soient pas en zone prioritaire et que les CP et CE1 ne puissent y être dédoublés est particulièrement scandaleux... Depuis des années, la précédente municipalité a demandé le changement. La nouvelle maire émet des considérations très défaitistes en la matière - il est vrai qu'une partie de sa majorité municipale est complice de la politique du gouvernement -, pour notre part nous continuerons à pousser à un changement nécessaire pour nos enfants. (vidéo ci-dessous)

Le conseil municipal examinait aussi une demande de subvention pour le Centre Municipal de Santé (CMS) au Fonds d'intervention régional : cette demande avait été initiée par Florelle Prio dès le confinement au printemps dernier, lorsque le CMS s'était sous impulsion réorganisé pour faire face à la Crise Sanitaire et à la pandémie de COVID-19. Notons également que l'Agence Régionale de Santé s'est engagée à compenser les pertes financières des centres de santé dûes au COVID, nous l'avons souligné et la municipalité ne nous a pas répondu sur le sujet. (vidéo ci-dessus)

J'ai également l'inquiétude des Bezonnais.es face aux difficultés que traversent aujourd'hui le CMS, avec de nombreux départs et arrêts maladies non compensés, ce qui impacte évidemment son activité et la qualité du service. Nous considérons que le CMS doit être au cœur de l'offre de soin à Bezons. Monsieur Cuvillier a annoncé le recrutement prochain du directeur de la structure, du personnel d'accueil et le passage d'un infirmier de 50 à 75% : nous nous en félicitons, nous espérons que les améliorations vont se poursuivre, et nous remercier Monsieur Cuvillier de sa réponse. Mme Menhaouara s'est contentée d'attaquer la gestion des ressources humaines de l'ancienne municipalité : difficile à entendre quand on sait qu'elle appartenait à l'ancienne municipalité, que les mêmes agents gèrent les RH jusqu'à cette semaine et quand on connaît les efforts déployés par Mme Prio pour résoudre des situations difficiles qu'avait rencontrées le CMS.

La création de poste du Directeur de la tranquillité publique déjà soumise au conseil du 2 septembre revenait de manière inhabituelle à ce conseil. Lors du précédent conseil municipal, mes questions avaient été balayées d'un revers de la main par Mme Menhaouara. Cette fois-ci, contraint par une sorte de ridicule de repasser au vote du conseil un poste précédemment voté, la Maire et M. Kevin Cuvillier, premier adjoint au Maire en charge de l'administration et des ressources humaines, ont du rentrer dans les détails.
Qui a dit que les questions de l'opposition étaient insultantes et ne servaient à rien ? (vidéo ci-dessous)

J'ai par ailleurs salué l'initiative bien venue de créer des postes d'apprentis surtout la période économique difficile que nous traversons.

Frédéric Faravel
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
membre du groupe municipal "Vivons Bezons"

Hommage à Samuel Paty

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 07:00

Hier soir, mardi 20 octobre 2020 à 18h30, nous étions quelques dizaines à rendre hommage à Samuel Paty sur le parvis de l’hôtel de ville de #Bezons. Avant l’intervention de Christian Leduey, secrétaire de la section PCF Bezons Jacky Leser et la minute de silence, j’ai pris la parole pour la Gauche Républicaine & Socialiste :

« Samuel Paty, professeur d’histoire, a été assassiné puis décapité en pleine rue vendredi par un fanatique qui lui reprochait d’avoir montré en classe des caricatures de Mahomet à l’occasion d’un cours sur la liberté d’expression. Nous n’avons pas de mots assez forts pour exprimer l’horreur que nous inspire cet acte ignoble. Nos premières pensées vont à sa famille, à ses proches, ses élèves et ses collègues, plongés dans la douleur.
À travers lui, c’est l’école républicaine, son rôle d’éveil des consciences, l’apprentissage de l’esprit critique, la laïcité et la liberté d’expression qui sont visés. C’est une volonté de nous terroriser, pour qu’aucun citoyen n’ose plus réagir devant l’inacceptable. Ils veulent ainsi orienter les programmes scolaires pour faire triompher l’obscurantisme.
Nous ne pouvons cependant en rester là : la République doit être forte et rassembler tous les Français dans ce moment d’intense émotion et tristesse, et surtout au-delà.
Un deuil national doit rendre hommage à Samuel Paty et à l’ensemble des enseignants qui ont la charge de transmettre les principes républicains à notre jeunesse.
Des débats doivent être organisés dans tous les établissements scolaires pour qu’au-delà de l’émotion la Raison reprenne ses droits. L’institution Éducation Nationale doit faire preuve d’une vigilance sans faille pour soutenir et accompagner les enseignants, mis en cause, menacés, mis sous pression pour n’avoir fait que leur devoir !
Plus que jamais nous ne devons rien céder aux fanatismes religieux et au terrorisme islamiste. »
Frédéric Faravel
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
Hommage à Samuel Paty à Bezons le 20 octobre 2020 : Ensemble pour l'égalité, la liberté d'expression et la laïcité
Hommage à Samuel Paty à Bezons le 20 octobre 2020 : Ensemble pour l'égalité, la liberté d'expression et la laïcitéHommage à Samuel Paty à Bezons le 20 octobre 2020 : Ensemble pour l'égalité, la liberté d'expression et la laïcitéHommage à Samuel Paty à Bezons le 20 octobre 2020 : Ensemble pour l'égalité, la liberté d'expression et la laïcité

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 16:36

Je participerai samedi à la commémoration annuelle qui se tiendra au pont de Bezons. En tant que Républicain et Socialiste, il me paraît indispensable de rendre hommage aux victimes d’une répression violente et illégitime. Mes camarades de la Gauche Républicaine & Socialiste s’associent évidemment à cette démarche. Vous trouverez ci-dessous l'appel à participation que j'ai rédigé pour le groupe municipal "Vivons Bezons".

"Samedi 17 octobre à 11h30, "Vivons Bezons" encourage les Bezonnais.es à participer à la commémoration qui se déroulera au Pont de Bezons devant la plaque d'hommage aux victimes du massacre perpétré voici 59 ans.
Le 17 octobre 1961, le Préfet de Police Maurice Papon organisait et ordonnait la répression sanglante contre des dizaines de milliers de manifestants pacifiques qui défendaient l'indépendance de l'Algérie.
Des centaines d'Algériens de toute la région parisienne furent ainsi tués, sous les coups de la police, noyés dans la Seine, à Paris, en banlieue, à Bezons même.
Maurice Papon ne fut pas seulement leur assassin, il abimait durablement la République au nom de laquelle il agissait en commettant ce crime irréparable.
Depuis de nombreuses années, Bezons rend hommage aux victimes algériennes qui subirent cette violence intolérable et pour certains y laissèrent la vie. C'est un devoir pour nous de participer chaque année à cette commémoration et de réaffirmer ainsi qu'il n'est plus possible de commettre au nom de la République qui nous rassemble des actes aussi contraires à ses principes, que plus jamais la France ne tombera dans la faute de la colonisation.
Ensemble portons haut les valeurs d'humanité et de fraternité entre les Peuples."

Frédéric Faravel
Conseiller municipal et communautaire Gauche Républicaine et Socialiste de Bezons
membre du groupe municipal "Vivons Bezons"

Bezons rend hommage aux victimes du massacre du 17 octobre 1961

Partager cet article

Repost0